Par : Fleury LJ
Publié : 24 août 2013

Un juge expéditif

Ïn djuge que n’ trïnne pe

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 23 août 2013

Ci René n’ât p’ènne raînne d’abnètie. Le môtie n’veut p’yi tchoère dechus. È n’ritte pe les entèrr’ments cment bïn d’âtres qu’i n’veus citaie mains qu’y v’niant chutot po qu’on les voyeuche. Poétchaint, èl é bïn faiyu qu’èl alleuche en çtu d’sai fanne è y é tot djeute ïn an. Dâdon, è n’é pus rebotè les pies â môtie.

Le tiurie yi fait des eur’preudges :

– Voili ïn an qu’tai fanne ât moûe. Te n’és p’ fait dire ne de mâsse de septieme ne de trentieme. Te dairais â moins faire dire ènne béche-mâsse.

– Oh, vôs saîtes, not’ Chire, Dûe ât ïn djuge que n’ trïnne pe. È n’é p’aittendu ïn an po djudjie. Ou bïn lai Léa ât dj’â pairaidis, dains ci cas, è n’sie ran d’faire dire ènne mâsse anniversaire po lée. Ou bïn èlle ât en enfie èt peus totes vos mâsses ne poérrïnt l’en r’tirie. Ou bïn èlle fait son ptèt sédjoé â purgatoire. Yé bïn, léchites-lai, ç’ât qu’èlle en é fâte !

De l’utilité d’une messe anniversaire.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.2 Mo

info document -  PDF - 95.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">