Par : Fleury LJ
Publié : 16 juillet 2011

Eribert Affolter, RFJ, 10 juillet 2011

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 3 octobre 2010

Auteur : Eribert Affolter

Thème : Les vacances

Eribert Affolter, RFJ, 110710 -  MP3 - 4 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 110710

Rfj 10 d’juyèt 2011

Aimis di patois bondjoué,

Ç’ât le drie côp qu’i vôs djâse d’vaint les gros condgies (les grandes vacances). I tchvâ dje, en trétus, ïn bon tchâtemps èt des djoués piein de bonhèye èt de soraye. Brâment de dgens vïnt tçhittie yote traivaiye. Qué bïn çoli veut faire. Des yuns vïnt allaie voûere d’âtres cares, d’âtres vïnt d’moraie en l’hôtâ. Que vôs feuchïns d’ènne san o bïn d’ènne âtre, portchaiyie (profitez) de vôs enrétchi l’aîme èt de faire des cognéchainces. Po vôs tus, retchairdgie les baitteries èt faite le piein de foûeche po péssaie l’herba èt l’heûvie. Les condgies, ç’ât’n’p de ne ran faire ç’ât d’faire âtres tchoses.

Dadon que ces chires n’aint’p voyu bèyie ché snainnes è tchétçhun, ès fât pare c’qu’an nôs bèye èt tirie l’tchairat. Traivaiyie c’ment des émoinouses, èt aivoi pu de condgie, c’n’ât’p bïn non pus. Pus les dgens sont preussie pus les médcïns aint d’l’oeûvraidge. Les apothitçhaires chutôt, riolant èt s’en botant piein les baigattes.

I me s’vïns, dains le temps, les condgies s’étïnt les « r’leudgères » (les horlogères). Tos les dgens aivïnt ènne snainne, la douzième de djuihèt. Ề fayiait en profitaie. I aivôs des caimerâdes que v’nïnt â traivaiyes, le drie djoué, lai dyïmbarde tchairdgie. Le vardi, è chè lai demi di soi, ç’était la tchie-bridâ (la liberté). Le gros viaidge vai le soray, vai lai mèe. De ci temps li, è n’y avaît’p d’autoroute, èt les dgens botïns quâsi ènne djoinnèe po allaie â Tessin. I n’seus djemais t’aivu ïn fo de lai vie èt encoé moins des grèves (plages). Ç’ât po çoli qu’i prenios des cares pus piein. Lai montaigne, les côtes, les r’vires, tot c’qu’è fât po bïn dreumi èt se r’botaie d’aidroit. I n’ainmôs’p les moncés de dgens que reutissïnt â soray c’ment des graibeusse. Tote c’te tchie que reûchelè me poétchaie condaigne. Moins è y aivait de dgens meus i m’sentôs.

Les condgies çoli dait étre ïn temps po se r’botaie en quechtion. Po raivoitie laivoù en s’r’trove, s’qu’an fait tchu c’te tierre, d’aipârre è cognâtre les sïns. Tiaint an traivaiye an n’les voit’p que le soi èt des côps ïn po le duemoine. De péssaie di temps è tâle, de reugnaie dains lai côte, de révisaie les çhoés, de beuyie les bétes savaidges, èt n’y é ran de meus po se r’faire ènne saintè.

Les p’téts bonhèyes sont s’vent les moiyous. R’anque d’eûvries ses lâdes, i seus bïn hèyrerou de m’émaîyie èt de me rédjoui les eyes. Voûere le soray èt musaie qu’ènne novelle djoinnèe ècmence i seus le pu hèyrerou des hannes.

Voili ! I vôs tchvâ tos c’que vote tiure è envie. Che vôs étes d’aiccou, i vais vôs r’trovaie â mois d’ot, i m’rédjôyis dje.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


10 juillet 2011

Amis du patois bonjour,

C’est la dernière fois que je vous parle avant les grandes vacances. Je vous souhaite déjà, à toutes et à tous, un bel été et des jours plein de bonheur et de soleil. Beaucoup de personnes vont quitter leur travail. Quel bien cela va faire. Les uns vont aller visiter d’autres pays, d’autres vont rester à la maison. Que vous soyez de ceux-ci ou de ceux-là, profitez de vous enrichir l’âme et faites des connaissances. A vous tous, rechargez les batteries et faites le plein de force pour passer l’automne et l’hiver. Les vacances, ce n’est pas de ne rien faire c’est faire autre chose.

Dès lors que ces Messieurs n’ont pas voulu donner six semaines à chacun, il faut prendre ce que l’on nous donne et aller de l’avant. Travailler comme des machines, et avoir plus de vacances, ce n’est pas la solution. Plus les gens sont pressés plus les médecins ont du travail. Les pharmaciens, surtout, rigolent et s’en mettent plein les poches.

Je me souviens, dans le temps, les vacances c’étaient les « horlogères ». Tous les gens avaient une semaine, la deuxième de juillet. Il fallait en profiter. J’avais des camarades qui venaient, le dernier jour, la voiture chargée. Le vendredi, à dix-sept heures trente, c’était la liberté. Le grand voyage vers le soleil, vers la mer. En ce temps-là, il n’y avait pas d’autoroutes et les gens mettaient presque une journée pour aller au Tessin. Je n’ai jamais été un fou de la route et encore moins des plages. Pour ces raisons j’optais pour des régions plus tranquilles. La montagne, la forêt, les rivières, tout ce qu’il faut pour bien dormir et se refaire une santé. Je n’aimais pas les rassemblements de personnes qui rôtissaient au soleil comme des écrevisses. Toute cette chair qui reluisait de crème me portait dédain. Moins il y avait de monde, mieux je me sentais.

Les vacances doivent être un temps pour se remettre en question. Pour faire le point, savoir ce que l’on fait sur terre, apprendre à connaître les siens. Lorsque l’on travaille on ne les voit que le soir, les fins de semaines. Passer du temps à table, se balader dans la forêt, regarder les fleurs, observer les bêtes sauvages, il n’y a rien de mieux pour se refaire une santé.

Les petits bonheurs sont souvent les meilleurs. Rien qu’en ouvrant ses volets, je suis bien heureux de m’émerveiller et de me réjouir les yeux. Voir le soleil et penser qu’une nouvelle journée commence je suis le plus heureux des hommes.

Voilà ! Je vous souhaite tout ce que votre cœur désire. Si vous êtes d’accord, je vous retrouverai au mois d’août, je me réjouis déjà.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter