Par : Fleury LJ
Publié : 1er juin 2013

Le mystère de la vie

C’ment qu’an vïnt â monde

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 31 mai 2013

–Mére, c’ment qu’i seus tchoè â monde ?

– Coidge-te èt peus maindge tai sope ! – Pére, c’ment qu’i seus tchoè â monde ?Èt peus mon frérat ? Èt peus tus les âtres ?

– T’és ouyi, nitiou, ç’que t’é dit tai mére ? T’és l’temps d’aippâre. Te n’és p’encoé sat drie les aroiyes.

Ç’ât dïnche qu’an réponjait és courieûs afaints dains l’temps. Ç’n’était p’des sudjèts po yôs. Â djoué d’âdj’d’heu, an n’yôs coitche ran, an yôs dit lai voirtè. È y é meinme ènne fanne que pésse dains les écôles po échpyiquaie. Èlle ât v’nie hyie tchie lai régente. Dvaint qu’de bèyie sai yeuçon, èlle é v’lu saivoi laivou qu’èls en étïnt. – Ât-ce qu’vôs l’saites, vôs, dâ laivou qu’ès vniant les afaints ?

Ci ptèt Roland, çtu qu’son pére traivaille â Canton, yeuve le doigt :

– Çoli dépend. Dains les vèlles, ou bïn dains les gran tes tyeûmeunes, ou bïn encoé dains ces qu’aint fujionnè, an condut les fannes è l’hôpitâ. Dains les haimés, ç’ât encoè touedge lai cigangne qu’les aippoétche.

Cigogne traditionnelle ou maternité ?


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

info document -  PDF - 88.6 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">