Publié : 17 janvier

Sur le finage

Ch’ le fïnnaidge

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo janvier 2019

Ch’ le fïnnaidge

I vïns de r’cidre ènne lattre d’lai tieûmune de Daimphreux. Çoli ait’nât ïn tot p’tét tchaimp qu’mon graind-pére é aitch’tè i n’sais p’ tiaind. Chutôt, ci p’tét câre de tiere, qu’i ainmôs taint tiaind qu’i étôs afaint, ât d’enloçh. Mon graind-pére nôs é aidé dit qu’èl était ch’ lai fïn d’Niungniez, mains ç’ ât les Qoûes d’étiureûs qu m’enviant lai lattre, pe, è sanne qu’le p’tét bôs qu’le djouchte ât chus lai tieûmune de Mont’gnez. È n’en tchât. I ainmôs ci p’tét tchaimp pochque daivôs nôs vaitches, è fayait pus d’ temps po allaie pe po r’veni, qu’ po faire le traivaiye. I me n’ch’vïns p’ d’aivoi vu ran qu’ïn côp, qu’an aiveuche vengnie âtçhe chus ç’te tiere, ne piaintè des bètt’râves obïn des pammes de tiere. C’était ènne pran. Bïn chur que meinme che c’était bïn laivi d’nôte hôtâ, n’allêtes pe craire qu’an poéyait bâçhaie l’traivai-ye di foinnaidge obïn d’lai voiy’néjon. È fayait quaitre ens’râyies djoués d’aiffiyèe : l’pre-mie maitïn an aippyaiyait ènne vaitche en nôte pajainne machine è soiyie. Daivô ïn ailzïndye, i moinnôs lai vaitche que tirait lai soiyouje djainqu’ en nôte piaintche, ch’ lai fïn d’Niungnez. Di temps qu’mon pére soiyait l hierbe, i m’aimujôs daivô nôte Flora (c’était l’nom d’lai vaitche) tot en ècmençaint d échpeindre l’hierbe. Tiaind qu’tot l’hierbe ètait échpeinju, nôs r’vegnïns en l’hôtâ ; aiprès l’dénè, an r’touénait l’hierbe ; en lai fïn d’lai vâprèe, an raimés-sait l’hierbe pe en f’sait des valmons d’foin, obïn des tchéyons d’voiyïn. Les dous djoués qu’cheûyïnt, nôs échpeinjïns l’hierbe le maitïn, nôs lai r’virïns aiprés l’dénè, nôs lai raimés-sïns pe l’entchéy’nïns obïn l’envalmouenïns en lai fïn d’lai vâprèe. L’quaitrieme djoué, è fayait échpeindre l’hierbe le maitin, lai raiméssaie pe lai raimoinnaie en l’hôtâ lai vâprèe. Ènne tchôje qu’i ainmôs, c’était d’voûere tos les côps des dainvois dains ci tchaimp. I m’ai-mujôs daivô yôs, i m’les envôjôs âtoué di cô, obïn i les tyissôs tot bal’ment dains mai baigat-te, d’vaint d’les r’laîtchie laivoù qu’i les aivôs trové. C’était âchi aidé chus ç’te laiv’nïnne piaintche qu’an finéchait l’foinnaidge aich’bïn qu’lai voiy’néjon. Po fétaie çoli, i ainmôs copaie dous trâs braintchattes d’hét’lats, en faire ïn p’tét boquat, pe l’fichquaie enson l’é-tch’latte di tchie daivô ènne roûetche. Sietè ch’ le foin obïn ch l’voiyïn, i étôs hèy’rou, meinme ïn pô fie, en traivoichaint ènne paitchie d’mon v’laidge de Mont’gnez.

J-M. Moine

Sur le finage

Je viens de recevoir une lettre de la commune de Damphreux. Cela concerne un tout petit champ que mon grand-père a acheté je ne sais quand. Surtout, ce petit coin de terre, que j’aimais tant quand j’étais enfant, est de nulle part. Mon grand-père nous a toujours dit qu’il était sur la fin de Lugnez, mais ce sont les Queues d’écureuil (c’est ainsi qu’on appelle les gens de Damphreux) qui m’envoient la lettre, et il semble que la petite forêt qui le jouxte est sur la commune de Montignez. Peu importe. J’aimais ce petit champ parce qu’avec nos vaches, il fallait plus de temps pour aller et pour revenir, que pour faire le travail. Je ne me souviens pas d’avoir vu une seule fois, qu’on ait semé quelque chose sur cette terre, ni planté des betteraves ou des pommes de terre. C’était un pré. Bien sûr que même si c’était très éloigné de notre maison, n’allez pas croire qu’on pouvait bâcler le travail de la fenaison ou de la récolte du regain. Il fallait quatre jours ensoleillés d’affilée : le premier matin on attelait une vache à notre pesante machine à faucher. Avec un cordage pour attacher les vaches, je conduisais la vache qui tirait la faucheuse jusqu’à notre planche, sur la fin de Lugnez. Pendant que mon père fauchait l’herbe, je m’amusais avec notre Flora (c’était le nom de la vache), tout en com-mençant d’étendre l’herbe. Quand toute l’herbe était étendue, nous revenions à la maison ; après le dîner, on retournait l’herbe ; en fin d’après-midi, on ramassait l’herbe et on faisait des tas de foin ou des veillotes de regain. Les deux jours qui suivaient, nous étendions l’herbe le matin, nous la retournions après le dîner, nous la ramassions et nous l’enveillotions ou nous faisions des tas de foin à la fin de l’après-midi. Le quatrième jour, il fallait étendre l’herbe le matin, la ramasser et la ramener à la maison en fin d’après-midi. Une chose que j’aimais, c’était de voir chaque fois des orvets dans ce champ. Je m’amusais avec eux, je me les enrou-lais autour du cou, ou bien je les glissais tout doucement dans ma poche, avant de les relâcher là où je les avais trouvés. C’était aussi sur cette lointaine planche qu’on finissait la fenaison aussi bien que la récolte du regain. Pour fêter cela, j’aimais couper deux trois branchettes de petits hêtres, en faire un bouquet, et le fixer au haut de l’échelette du char avec un lien. Assis sur le foin ou le sur regain, j’étais heureux, même un peu fier, en traversant une partie de mon village de Montignez.

J-M. Moine