Publié : 13 mars 2015

Une leçon de politesse

Ènne yeçon de politèsse

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 13 mars 2015

Ènne yeçon de politèsse

Ç’ât les véjïns di tiurie. Ès sont bïn d’aivô lu. Tchétçhe snainne, ès yi poétchant âtçhe, ïn tchô, ènne salaidge, des rétis, des faivioles. Tiaind qu’lai Lison fait â foué, èlle yi bote ènne vètçhe d’ènne sens ou bïn ïn toétché en lai fraiyure.Tiaind qu’ès botchoiyant, ès yi bèyant di boudïn ou bïn di portchat.

Le p’tèt Louyis ât tchairdgie d’aippoétchaie ces crômas en lai tiure. È soénne, è rôte sai cape èt peus èl aittend. Le tiurie entroeuve lai poûetche, prend l’saitchat èt eurçhoûe lai poûetche sans ïn mot. L’afaint, qu’ât bïn éyevè, trôve çoli chorpregnaint.

Dains lai vâprèe, lai mére é fait des begnats. « Louyis, ritte en lai tiûre, en poéchaie dous trâs â tiurie ! »

È soénne, léche les begnats d’vaint lai poûetche èt peus s’enfut. L’hanne en noi l’raippele.

« Vïns voûere poi chi, nitiou, qu’i veus t’aippâre lai politèsse. Nôs vl’ans tchaindgie les rôles. Te srés l’tiurie èt peus moi le p’tèt Louyis.

Ô bïn, èt peus eurtïns :

Bonjdoué, Môsieu l’Tiurie. Voili des begnats qu’mai mére vôs envie. »

Le p’tèt Louyis, dains son nêu rôle de tiurie, chneuque dains sai baigatte :

- En te rméchiaint. T’és ïn braive boueba. Tïns, voili ènne piéçatte po tai poéne.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.7 Mo

Une leçon de politesse

Ce sont les voisins du curé. Ils sont en bons termes avec lui. Chaque semaine, ils lui portent quelque chose, un chou, une salade, des radis, des haricots. Quand Lison fait au four, elle lui met de côté une vèque ou un gâteau à la crème. Quand ils bouchoient, ils lui donnent du boudin ou du porc frais.

Le petit Louis est chargé d’apporter ces présents à la cure. Il sonne, il enlève son bonnet et attend. Le curé entrouvre la porte, prend le cornet et referme la porte sans un mot. L’enfant, qui est bien élevé, trouve cela surprenant.

Dans l’après-midi, la mère a fait des beignets. « Louis, cours à la cure, en porter quelques-uns au curé ! »

Il sonne, laisse les beignets devant la porte et s’enfuit. L’homme en noir le rappelle. « Viens par ici, gamin, que je t’apprenne la politesse. Nous allons changer les rôles. Tu seras le curé et moi le petit Louis. Écoute bien et retiens : Bonjour, Monsieur le Curé. Voilà des beignets que ma mère vous envoie. »

Le petit Louis, dans son nouveau rôle de curé, fouille dans sa poche :

—  Je te remercie. Tu es un brave garçon. Tiens, voilà une piécette pour ta peine.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">