Publié : 8 janvier

Les frelons de Rocourt

Lés gravalons de Rôcouét

L’Ugène d’après Daucourt, paru dans l’almanach du Jura 2019

Lés gravalons de Rôcouét

Les frelons de Rocourt

tirie de « Légendes jurassiennes » d’Arthur Daucourt, tradu poi L’ Ugéne

Adj’d’heû qu’ lai grôsse paitchie di dichtrict d’ Poérreintru ât rpraindgie (livrée) és tiultures, lés poues-sèyès, lés youps, lés céres èt lés tchevreûs aint tyittie lai voidge Aîdjoue po d’ bon po s’ rétropaie (réfugier) dains l’ Noi-Bôs èt l’ Blauenberg. Ç’ ât è poinne ch’ lo pavrou yievre oueje encoé reguenaie dains nôs caimpaignes èt nôs côtèes. L’ temps dés grantes rvenues (broussailles), dés tot grants vierdges bôs ât péssè dâs bïn grant tchie nos èt, aivô lu, aîje bïn lai tcheusse aivô ènne rotte de tchïns, laiquéle pairmé lés dgentiyèsses de cés péssès temps, di réchte déchpitèes (contestées), pèrméchait â chire qu’aivait fraid, d’ poichie (éventrer) l’ premie pouere diaîle que péssait poi li po s’ rétchâdaie lés pies dains lés tripaîyes (entrailles) encoé tot tchâdes. Nos n’ sains pe s’ è fât tot craire, mains c’ que nos poéyans aichurie, ç’ ât qu’ lés piaîjis d’ lai tcheusse étïnt en l’ hanneur â tchété de Poérreintru èt peus tchéz lés chires di paiyis. Lés aivaintaidges de lai tcheusse étïnt défenjus aivô foueche poi cés qu’ aivïnt ci drèt, poéche que en pus di piaîji qu’ èls aivïnt, ès voidjïnt ïn échprit de dyiere meinme di temps d’ lai paix.
Ritaie aiprés l’ cére èt dépichtaie l’ poue-sèyè étïnt dés piaîjis di foue chire de Rôcouét qu’ se diait ne r’yevaie que de Due èt de lu. Ferry-lo-Djuene smonjait (conviait) dés aimis èt dés poirents. Lés daimes de ci temps-li n’ aivïnt pe pavou d’ allaie tcheussie aivô lés envellies (invités) di chire de Rôcouét. Dains lés maîles piaîjis qu’ faint di brut en cés ceintnies (siècles) d’ lai tchvâlrie, an léchait aidé és daimes ènne tote boinne piaice. L’ cochtume chi rétche, chi diffreint dés véyes temps, aidjoutïnt encoé â riujaint (brillant) d’ cés djoiyeuses souetchies laivoù l’ dgebie èt lés fâves bétes étïnt lés vitçhtimes.
Poi voi lai fïn di tchâd mois d’ ot 1493, poi ènne bèlle maitnèe, an ont vu souetchie de la véye vèlle de Poérreintru ènne riujainne rotte de tcheussous vétis de rétches voidges vétures brôdèes d’oue qu’ étïnt éçhéries poi lés premies rés (rayons) d’ ïn tchâd sraiye di tchâtemps. En téte de ci riujaint cortége, allïnt è tchvâ (chevauchaient) l’ comte de Ferrette, l’ bairon d’ Ésué, l’ chire Cuno de Vindlïncouét èt Étienne III de Châtel-Vouhay, tus â toué di bé chire de Rôcouét, lo fie Ferry-lo-Djuene. Drie cés-ci vnyïnt lés pitious vétis d’ roudges cochtumes èt poétchaint l’ étiuchon d’ yôs maîtres . Ès tnyïnt en lésse ènne tote bèlle proue (meute) de bés tchïns di Çhôs di Doubs. Aiprés lés pitious vnyïnt lés fâconnies, vétis d’ ïn gris y’sue de Friboé, en lai môde. Ès tnyïnt aivô grâche tchu lai main de vidy’rous fâcons. D’ âtres dgens d’ chèrviche fremïnt lai mairtche èt dains ct’ airâ (troupe) qu’ aittendait ïn piaîji è vni, an n’ oueyait que dés djoiyeus dires, di brut èt peus dés tchaints. Dïnche organisè, l’ bé cortége tyitté lai vèlle poi lés vlaidges de Codg’dou, de Tchevnez èt de Rôcouét po s’ diridgie dains lo ptét vâ de Vagegeon preutche de Graindfontainne.
Lai djoinnèe s’ ainnonçait bïn, lo sraye tcheussait pô è pô lés maitnieres brussâles èt lo mére de Rôcouét aivait dje convoquè tos lés paiyisains po traquaie l’ dgebie dôs lés eûyes dés nobyes tcheussous.
• Vôt Snieûlrie (Seigneurie), diait l’ bairon d’ Ésué â chire de Rôcouét, peut étre aichurie qu’ èlle airé âchi boinne tchaince poi chi dains cés sâvaidges yues que dains nôs finaidges de Tchairmoiye laivoù l’ annèe péssèe vos aivïns tcheussie l’ tchevreu.
• Tchu mon hanneur, Bairon d’ Ésué ! réponjé Ferry, i seus bïn aîje que vos feuchïns vni tchu més tieres que sont faivorâbyes en lai tcheusse és tchevreus.
• Poi sïnt Tiènna de Tchairmoiye, réponjé l’ bairon d’ Ésué, en voiyaint cés bèlles campaignes èt lés près entre Graindfontainne èt Rôcouét. Vos saîtes que ci câre poérait bèyie de rétches tiultures ? È yi é d’ quoi feuni di pain en nôs poueres fietous (vassaux).
• Aidé l’ meinme, chire d’Ésué, en moitan d’ vôs piaîjis, vos musèz encoé és paiyisains. Léchies d’ ènne san cés idèes ! Nôs paiyisains sont bïn cment qu’ ès sont. Èls aint l’ prôdut d’ yôs bétes, lai yaindèe (glandée) po yôs poues, èt lés sâvaidges fruts, ïn cô satchies, yos crômant (procurent) ènne réchâle (saine) neûrr’ture en aibondaince po l’ huvie. C’ que nos ains d’ meu è faire adj’d’heû, ç’ ât d’ pâre di piaîji en cte paitchie de tcheusse. Aittieutes, méchires, en aivaint èt hourra !
Bïntôt tot lai rotte s’ évengne (se disperse) dains lés grants bôs â pie d’ lai montaigne de Rotche-d’Oue ; an oue l’ hieutchèt (cor de chasse) èt lés tchïns sont laitchies. Aivéjies en cés souetches de tcheusses, èls eunent bïntôt diaingnie lo lairdge en s’ lainçaint, lai quoue béche èt l’aroiye és aidyèts. Ïn cô ou l’ âtre, ès s’ râtïnt èt an voiyait yôs grants meûtés dains lés prieres (prairies). L’ chire de Rôcouét aittendait qu’ ïn bé cére, rlancie (poursuivi) poi lés paiyisains, vnieuche se botaie en lai potchèe d’ sés aîrmes. Son aittente ne feut pe grante ! Ènne bèlle piece allaie péssaie vite cment l’ ouere. Ferry, â combye de lai djoue s’ veut piaicie en bon yue (bon endroit). Fsaint doues trâs péssèes, è pôje lo pie poi médiaidge (mégarde) dains ïn nid d’ gravalons. Cés-ci, fôs d’ raidge, s’ lainçant tchu l’ aidgi (audacieux) èt sains pâre diaîdge en sai snieûlrie, l’ pityant, s’ aitchairnant taint qu’ son mâ aiccrât (augmente) encoé è câse de sai raidge. L’ bé chire de Rôcouét dait aibaindnaie lai tcheusse èt sés aimis po rentraie, tot noi d’ graingne, dains son manoir dains ïn pitou l’ état. L’ djoué d’ aiprés ci djoué qu’ yi proméchait taint d’ piaîji, èl é fait è vni l’ mére d’ lai tieûmune èt yi rpreutché de n’ pe aivoi saivu l’ préservaie d’ cés peutes bétes. L’ pouere hanne, grulaint (tremblant), s’ veut échtiusaie.
• Coije-te ! yi réponjé en graingnaince (fureur) l’ chire de Rôcouét. Coije-te, mainaint ! Te sais bïn qu’ t’ és mon hanne èt que ch’ i vlôs, i t’ poérôs moénaie, ènne couedge â pie, tchu l’ mairtchie de Poérreintru èt peus t’ vendre cment ïn létan (pourceau) ! Vais, i t’ poidjene mains fais en souetche qu’ è n’ y’ aiveuche pus d’ gravalons tchu més tieres !
Tot étchvaintè (ahuri) poi dïnche ènne rbaquèe (rebuffade), l’ mére s’ empreussé d’ éjétiutaie lés aibchurdes (stupides) ouedres di chire.
Mains bïntôt Ferry s’ en allé â paiyis dés tarpies (mourut) en lai cheûte de son étchaippâle (aventure), sains léchie ïn maîle afaint. Çoli s’ péssé en 1492 èt sai snieûlrie d’ Rôcouét rvenié en l’ évêtçhâ èt n’ en rpaitché qu’ en 1793. Lés dgens d’ Rôcouét étïnt devni ailibrès (libres) èt aint rci l’ aiccoue de détrûre lo tchété qu’ ât aivu laîrnaie (piller) d’ fond en combye èt tchoiyé pô èt pô en ruenes. En sai piaice en ont conchtru ènne tchaipelle peus l’môtie d’ adj’d’heû.
An n’ sait pe ch’ lo mére de Rôcouét é porcheuyè lai tcheusse és gravalons mains c’ qu’ ât chur ç’ ât qu’ lai moue di drie sgneû d’Rôcouét é vayu és dgens de ci vlaidge lo sobritçhèt de « Gravalons ».