Publié : 22 avril 2015

Ïn trésoûe tirâyi de tos les sans : lo « Fonds Jolidon »

L’micou

Vit’ment, pregnans l’temps d’se raippelaie c’qu’ât aivu produ dains l’péssè po lai défeinse di patois de notre contrèe. Lo premie tèchte, an l’dait en ïn bordgeais de Yovelie, Ferdinand Raspieler que feut tiurie è Courroux. Vâ lès annèes 1735, èl é tradu, dains lai laindye de Courroux, ïn tèchte en patois de Besançon. Pus taîd, an trove dés poémes, dés tchaînsons èt totes souetches de fôles graiynès poi Guélat de Poérreintru, Biétry de Ferdgiecoét, Friedlance de Tchairmoiye et chutôt Simon Vatré de Veindlincouét, en tiu an dait ïn glossére encoé yutilijè adjd’heû. Èt pe an coégnât les musattes et les pieces de théâtre di Barotchet et di Vadais sains rébiaie l’traivaiye de daime Oberli tchu lo bé pailè d’lai Montaigne, èt bïn chur l’ irempiaichaibye glossére (2600 paidges) de Jean-Marie Moine, ïn bordgeais de Mont’nie .

Mais c’qu’i voéros faire è coégnâtre dains ci biat, ç’ât lés ïmpoétchaîntes eur’tchiertches di tiurie Robert Jolidon de Sïnt-Brais, tchu l’patois de son v’laidge èt lai laindye de tchie nôs. Di temps qu’è feut tiurie, è porcheûyait sés raicoédgèyes. Èl é graiynè dés valmonts de paipias, de feuyats, de rtyeuyrats, craibïn pu d’ïn stére…

Mains ne voili pe que tot d’ïn côp, dains sai quairantequaitrieme annèe, ci pouere hanne meurt chôbitement, sains aivoi l’temps de défendre son chichtème devaint lés dgens d’l’euniverchitè de Zurich. Ç’ât â moins ç’qu’an muse, poucheque sai bésaingne ne se r’trove an âtiune piaice. Pendaint vinte annèes tos lés dossies di Fonds Jolidon sont r’tenis poi lo chire Schulé, réchponsâbye di « Glossaire des patois romans », que promât de faire ènne pubyicâchion, main ran n’se pésse djemaîs…

Poétchaint ïn hanne ne sairrait aittendre pu grant, lo tiurie André Chèvre, de Baîchecouét, lu-meinme hichtorien. Aivo l’aissichtaince d’ïn aivaintpailie, è fait r’veni lo Fond Jolidon dains l’Jura èt, dâ 1974, è doue dains l’dieûgnie di Musée jurassien è D’lémont !

Aidonc, voili pu de quairante annèes qu’lo tiurie Jolidon s’en è allèe â paiyis dés tarpies èt son eûvraidge dédevïnt dains ïn dieûgnie… L’annèe péssèe, petèt échpoir : lo cainton débioque dous trâs sous èt permât en ïn hichtorien patoisain, Jean-Paul Prongué de botaie son nèz dains ci trésoûe.

Ç’qu’è trove ât chôrpregnaint : dains dés câtchons mâfotus sont entaissies dés paipias tchu pu de 7000 mots patois, tchu l’eûjaidge chpéchiâ di patois de Sïnt-Brais, dés câtches di Jura èt dés preûtches contrèes de Fraince laivou sont graiynèes lés diffreintes fromes patoises de diejainnes de mots. An n’sairait dire que ci trésoûe ât sâvè, mais èl ât aivu scannè pai Jean-Paul Prongué èt dali tot l’monde peut r’trovaie lo Fonds Jolidon tchu l’site internet : « Djasans.ch » . I vos consayie brâment d’allaie voûere !


L’micou


Accéder aux trésors de l’Abbé Jolidon