Publié : 5 avril

Un cadeau de prix

Ïn tchie crôma

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 5 avril 2018

Ïn tchie crôma

Çoli s’ pésse en lai Vouivre, lai yivrairie de Saingn’ledgie. Ïn aitch’tou s’aidrâsse en lai vendouse :
—  I voérrôs eûffri ïn bé stylo en mai fanne po sai féte.
—  Oh qu’ ç’ât dgentil çoli. I m’ muse qu’ vôs v’lèz yi faire ènne petète cheurprije.
—  Po lée, çoli s’ré putôt ènne tote grosse cheurprije.
—  Yé poquoi, l’hanne ?
—  Yé bïn voili. Nôs ains tçhétyun sai dyïmbarde. I aî lai mïnne, èlle é lai sïnne. I dairôs dire : èlle aivait lai sïnne. Not’ gosse, ci toxon qu’ n’é meinme pe l’ pèrmis, yi é pris po allaie faire lai bringue d’aivô ènne rote d’aimis. È y aivait ïn paquèt d’nadge. Dains lai déchente chu Goumois, è y aivait d’ lai yaice ch’ lai vie. Lai dyïmbarde é tyissè. Not’ gosse n’é p’ poéyu lai r’teni. C’était en l’aicmence d’ lai foérêt. Lai dyïmbarde é tyittè lai vie, èlle é fait dous trâs toénés èt èlle s’ât râtèe contre ïn aibre. Lai dyïmbarde, fotue. Not’ gosse ât rentrè en mé d’ lai neût. Nôs n’ l’ons meinme pe oûyi. Mains le lend’main, çte chtom’lèe qu’èl é r’ci. Vôs peutes me craire.
—  Èt ci stylo, qu’ât-ce qu’èl é è voûere d’aivô ç’t’hichtoire ?
—  Ç’ât tot sïmpye. Mai fanne s’aittendait è r’cidre ènne novèlle dyïmbarde po sai féte. Nôs en ons brament djâsè. Mains i aî fait mes calculs. S’è vôs pyait, Daime, ci stylo, vôs peutes me l’entoélaie dains ïn paipie d’ féte ?

Note
entoélaie, emballer


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.3 Mo

Un cadeau de prix

La scène se passe à la librairie de la Vouivre à Saignelégier. Un client s’adresse à la vendeuse :
—  Je voudrais offrir un beau stylo à ma femme pour son anniversaire.
—  Oh, que c’est gentil. Je suppose que vous désirez lui faire une petite surprise.
—  Pour elle, ce sera plutôt une toute grande surprise.
—  Pourquoi donc, Monsieur ?
—  Eh bien voilà. Chacun de nous a sa voiture. J’ai la mienne, elle a la sienne. Je devrais dire : elle avait la sienne. Notre fils, cet imbécile qui n’a même pas le permis, la lui a prise pour aller fêter avec une bande d’amis. Il y avait beaucoup de neige. Dans la descente sur Goumois, il y avait du verglas sur la route. La voiture a glissé. Notre fiston n’a pas pu la retenir. C’était au début de la forêt. La voiture a quitté la route, elle a fait quelques tonneaux et a fini sa course contre un arbre. La voiture, irrécupérable. Notre gamin est rentré au milieu de la nuit. Nous ne l’avons même pas entendu. Mais le lendemain, quelle raclée il a reçue vous pouvez me croire.
—  Et ce stylo, quel rapport il a avec cette histoire ?
—  C’est tout simple. Ma femme s’attendait à recevoir une nouvelle voiture pour son anniversaire. Nous en avons longuement parlé. Mais j’ai fait mes calculs. S’il vous plaît, Mademoiselle, ce stylo, vous pouvez me l’emballer dans un papier de fête ?

Note
entoélaie, emballer