Articles

  • La croix de finage, Lai crou di finaidge - Janvier 2009

    Un texte de Bernard Chapuis, traduit par l’Ugène, alias Michel Choffat.
    Patois d’Ajoie, origine Coeuve.
    Pour écouter l’histoire de la croix du finage :
    Lai crou di finaidge
    Tchu nôt’ boinne véye tiere aidjolate, lai foi d’ nôs anchétres é piaintè dés croux. Crou de piere rencontrèe â hésaîd dés tch’mïns, ribèe èt tieuvie de mouche michtérieûse èt sains aîdge, èlle se drâsse vâs l’ cie.
    Crou dés chourches, crou dés benés laivoù l’ regu’nou aipaîje sai soi.
    Crou de bôs, crou d’ fie que voiye en lai croûegie, (...)

  • Le diaile â môtie - Février 2009

    Jules Surdez a accompli un travail de folkloriste remarquable. Voici une histoire qu’il a écrite pour l’exposition nationale de 1939.
    écouter l’histoire :
    Môtie a un équivalent en vieux français, Moustier.
    C’est l’origine du nom de la ville de Moutier.
    voir le dictionnaire du vieux français, moustier

  • Le dernier envol du condamné - Avril 2009

    Un texte de Bernard Chapuis, traduit par Denis Frund.
    Patois du Val Terbi, origine Courchapoix.
    Le d’rie envoul di condamnè
    Po botaie ïn pô d’burre tchu les épinaidges, Boivin è ècmencie d’éyevaie des dg’rènnes. Sai r’nammèe n’s’è p’fait aittendre. L’ôvaidge de ses ûes paitérre, lai savou de ses polats éyevès en libertè yi aimoénainnent bïntôt ènne rotte d’aitchetous. Le paitron di dgeurnie, ïn tot bé et sâvaidge pou, était réyi c’ment di paipie è dyïndye, meu qu’ènne r’leudge. Tchéque maitïn, è lai pitçhatte di (...)

  • Les contes de Jules Surdez publiés par Gilbert Lovis, ASPRUJ - Juillet 2009

    L’ASPRUJ, Association de Sauvegarde du Patrimoine Jurassien, accomplit un travail exceptionnel pour la conservation et la promotion des trésors du passé.
    L’association publie sur son site les contes en patois de Jules Surdez, grâce à l’énergie de Gilbert Lovis.
    Pour écouter les contes
    Pour télécharger et lire les contes de Jules Surdez, version lourde 6.7 Mo
    Les contes de Jules Surdez, par Gilbert Lovis
    Le n° spécial de l’Hôta en téléchargement, version lourde 6.7 Mo
    Le n° spécial de l’Hôta en (...)

  • Tchïns de lai noi - Août 2009

    Tchïns de lai noi
    Çtu que s’étchâde di temps, ne s’étchâde de ren !… Nos véyes dgens le saivaïnt bïn, pe nos raibaîtchaïnt svent les aroiyes aivô ci diton. Mains, è fât le recoingnâtre, po lai féte des tchïns de uyatte, tos les dgens en djâsaïnt di temps, sutot le vardi, è tchoiyait des côedges. Lai noi se virie en paitche. Çoli é bèyie tot pyein de djinguéye és réchponsabyes de lai maniféstâtion. Hèyurousement, le saimbèdi le temps s’ât aipyaigni. Le soroiye yeusè dains le byeû di cie. Aipontie les paircoués po les (...)

  • Décrâ - Août 2009

    Décrâ
    En v’niaint véye, an pie.
    Ç’ât ènne coètche faiçon de dire lai véyaince. En v’niaint véye, an pie ses pois, ses dents, sai pipe, ses breliçhes. An pie son tch’mïn, sai çhaie, lai mémoûere, l’peûtou . Piedre, çoli ne fait p’ mâ èt peus çoli bèye bïn s’vent des tçhelèes chituâchions.
    Yun aivaît predju l’aivijoûere des hoûeres èt peus des séjons. È preniait son dédjûnon lo soi èt peus èl était tot ébâbi qu’è n’y euche de noi â tchâtemps. In âtre se predjait â long de sai mâjon. En ces boènnes dgens que le raimoénïnt è (...)

  • Le petét saipïn de Nâ, conte - Novembre 2009

    Le petit sapin de Noël.
    Un petit sapin avait poussé dans le crêt de la combe à la Vouivre. Il se plaisait bien à l’ombre des grands bois. Lorsque le soleil tapait sur la cime des grands sapins, lui ,il était bien au frais. C’était la même chose quand le vent soufflait, lui ne sentait presque rien. Tout compte fait, il était heureux. Le pied caché dans la mousse, quelquefois des fourmis lui faisaient les chatouilles en passant sur ses racines. Il y avait même un jour, une taupe qui avait eu le toupet (...)

  • Bello, le chien du curé - Novembre 2009

    En patois des Franches-Montagnes, une histoire de la Babouératte, dite par l’auteure.
    Aidûe Bello.
    Méneût aippretchie. Môssieu le tchurie s’aippontie po célébraie lai masse de lai neût de Nâ. Aivaint de tchittie lai tchure, è tchaimpé ïn eûye de lai san de son tchïn Bello.
    Tchain que le Djoset d’Ensson-lai-Fïn y aivait baiyie, è y’aî tchaïnze ans, èl y aivait dit :
    Ç’ât ïn caignat, pe ç’ât dgentil çte sôtche-lì. Dïnche-lai, vos airèz quéqu’ün, y veut djâsaie, ène préseince en lai tchure.
    Dâs ci djoué lì, le (...)

  • Le Petit Chaperon Rouge - Août 2010

    Un conte des plus connus ! Voici une version patoise, traduite par Christiane Lapaire.
    Dans le document joint, elle est suivie de la version originale de Charles Perrault, éditée en 1697.
    Qui nous enverra un dessin pour illustrer ces pages ?
    Voici mis en film version sonore, les dessins de la classe de Marie-Jeanne Maître-Montavon et Elisabeth Siegenthaler.
    Lo Petét Roudge Tchaiperon
    Èl était ïn côp ènne petéte baichatte que poiétchait aidé ènne roudge câle que sai mére y aivait fait ; c’était (...)

  • Les contes de Jules Surdez étudiés par Aurélie Elzingre - Septembre 2010

    Voir la page d’origine RERO
    La variation phonétique dans les parlers jurassiens : un corpus de contes recueillis par Jules Surdez (1878-1964)
    Elzingre, Aurélie
    Kristol, Andres (Dir.)
    Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2005
    Faculté des lettres et sciences humaines.
    Centre de dialectologie.
    Résumé français :
    La plus grande partie de la Suisse romande - Genève, Vaud, Neuchâtel, ainsi que les parties francophones de Fribourg et du Valais - appartient au domaine linguistique du (...)

  • Lo prïnce tchairmant - Février 2011

    Lo prïnce tchairmant
    Djustine, ènne véye baichatte, vit tot pa soi d’aivo son tchait. Èlle pésse des hoûeres et des hoûeres devaint sai v’imaidge, èlle révije sains y poétchaie brâment d’aittenchion ço qu’ès baiyant tot en fsaint dyaîe en son tchait. Èlle demoère tote predjue dains ses soveniances èt pe ses sondges.
    Di temps d’lai dyiere, nian p’ce drie, mains çté d’quaitourje, è y aivait des soudès poi tot le vlaidge. Ses poirants aivïnt haibardgie ïn officie. Çte youcatte s’en ât aiccoét’nèe, d’ci bé djûene (...)

  • Sadge fôle po des bieus afaints - Février 2011

    Sadge fôle po des bieus afaints
    Ecouter Bernard Chapuis
    Chire Rossignolat ainmaît les aiméres.
    Chire Rossignolat ainmaît les condgies.
    Chire Rossignolat aivaît ïn gros boûetchat d’aiméres â moitan de son tieutchi.
    Chire Rossignolat aivaît ïn gros boquat de condgies â moitan de son tchâtemps. Èt peus cment èl ainmaît brâment viaidgie di temps de ses condgies di tchâtemps, èt peus que ses condgies tchoyïnt en lai vnainne â temps des aiméres, è s’ trovaît tchéque an dvaint lo meinme sôleinne tchoi : ou bïn (...)

  • Le Jura de la Babouératte - Mai 2011

    Le Jura
    Le Jura : bé paiyis que demainde è étre coingnu po aippréciaie ces valous ancéstrales. Pon ïn véye paiyis, mains ène populâtion magrè sai roide aippaireince aitcheuye çtu que veut détcheuvri les rétchainces di paiyisaidge Jurassien. È ne fât pon le visitaie en ritaint, mains dgentiment en courieux.
    Les mâsons paiyisainnes, pouéche qu’è y aî encoué tot-pyein de paiyisains-éyeuvous, sont traipates aivô de lairdges touétures po retcheuyie l’âve de pyeudje. Les façades de quéques férmes int voidjèes loûe (...)

  • Lai baîchate â poi d’oue - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez,1. Lai baîchate â poi d’oue. La jeune fille aux cheveux d’or
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond (...)

  • Le boirdgie de tchievres - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 2. Le boirdgie de tchievres. Le chevrier
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Lai métchainne soeur - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 3. Lai métchainne soeur. La méchante soeur.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Lai montaigne de voirre - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 4. Lai montaigne de voirre. La montagne de verre.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Lai noire dgerenne - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 5. Lai noire dgerenne. La poule noire
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Le foulta - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 6. Le foulta. Le lutin
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Les cïntye bâssins - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 7. Les cïntye bâssins. Les cinq jumeaux.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Lai fôle des cïntye l’apchârds - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 8. Lai fôle des cïntye l’apchârds. Le conte des cinq brigands.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Le Petét Pueçat - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 9. Le Petét Pueçat. Le Petit Poucet.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Le bieû l’ôjé - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 10. Le bieû l’ôjé. L’oiseau bleu.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • In drôle d’ôjé - Juillet 2011

    Conte publié par Gilbert Lovis, dans la revue Hôta de l’Aspruj
    La version complète de la revue peut se télécharger
    Pour faciliter le téléchargement, chaque conte est en version séparée, ci-dessous. Jules Surdez, 11. In drôle d’ôjé. Un drôle d’oiseau.
    Ecouter la version sonore du conte, dite par Raymond Erard

  • Les racontotes du patois en langue romane - Décembre 2011

    L’union des patoisants en langue romane publie de nombreux récits.
    Pour consulter quelques textes, voir la page de l’Union des patoisants en langue romane

  • Ènne visite en lai mâjon d’véyes - Avril 2012

    Ènne visite en lai mâjon d’véyes
    I seus t’aivu l’âtre djouè è Saint-Ochanne po voûere ces véyes. I y vais encoé bïn s’vent. I m’dis qu’è mon toué, i veus étre véye aiche bïn, èt peus qu’i s’rôs bïn content s’an vïnt m’voûere, chutot d’avô ènne boénne botaye.
    È y aivait lai Mélie di Bout-d’là, vôs saîtes, çté qu’sai baichatte é mairiè le boûebe de ci Tchaîlat drie tchie l’Colas ... Nian ! Çté qu’son boûebe é mairiè lai baichatte de ci Colas drie tchie l’Tchaîlat ... Nian, nian ! Quât-ce qu’i baidgeule ? Çté qu’son hanne ... (...)

  • Le Petit Chaperon rouge, enregistrement dans la classe de Mme Marie-Françoise Zornio, à Courfaivre - Mai 2012

    Dans sa classe d’école enfantine, à Courfaivre, Mme MF Zornio a invité une grand-maman pour raconter en patois, l’histoire du Petit Chaperon rouge.
    Elle a utilisé les images d’un kamishibaï emprunté au centre de ressources, HEPBejune, Porrentruy
    Un mot de Mme Zornio :
    J’ai trouvé les images toutes faites pour mon histoire du Petit Chaperon Rouge au centre de documentation.
    La grand-maman, Mme Christine Mahler a préparé son histoire et est venue nous la lire en classe.
    C’était une belle expérience. (...)

  • La souris et le gros chat gris, fable picarde - Août 2012

    Une fable de Jean-Marie Braillon, traduite du picard en patois par Bernard Chapuis de Porrentruy
    LA SOURIS ET LE GROS CHAT GRIS
    Une souris avait fait son nid dans une bibliothèque
    Trouvant à cet endroit tout ce qu’il lui fallait pour manger.
    Un jour elle mangeait du Racine, un autre de l’Aragon
    Rien n’aurait pu lui faire mal à la bedaine. Le bibliothécaire mettait bien du blé empoisonné
    Notre souris préférait du Rabelais.
    Le bibliothécaire a acheté un gros chat gris,
    Ce bétail-là, il a vite (...)

  • È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte - Mai 2014

    È n’y é chi p’téte moûetchatte que n’aiye sai croujatte.
    Le texte dit par Denis Frund
    « I dais me présentaie adjd’heû po ècmencie de traivaiyie. I seus aittendu és heûtes pai l’diridjou d’lai mâjon ». C’ât è po prés dïnche qu’ïn hanne encoé djûene s’ât ainnoncie en lai poétche de mon yûe de traivaiye. C’était ïn hanne de vinte-trâs ans, aivô des bieus eûyes è pe ènne soûetche de baîrbichatte tote rossatte. Lai cheûte vos veut môtraie que c’était ïn hanne que n’était pe cmen les âtres…
    Po vos djâsaie d’lu, i veus l’aipplaie (...)

  • Boirdgie d’éssattes - Septembre 2012

    Boirdgie d’éssattes
    Qu’és-te è breûyie d’ène tâ fôche Popole ?
    Mére, y me seus fait pitchie pai ène éssatte, ébrâme entre doux ciats le boûebat, çoli me fait tot pyein mâ !
    Aimouéne-te, y veus tchaimpaie ïn eûye.
    D’ène main fèchte, lai mére tïnt son boûebat po tirie feûs l’aidgeuyon pyaintè â câre de l’eûye.
    Peus aivô aidrasse, tot-pyain, elle aippyique ïn po de vouardjou su lai byassure qu’ècmence d’enchaie. Le petét s’ât ïn po (...)

  • Sondges de Nâ - Septembre 2012

    Sondges de Nâ
    Ço qu’on s’ennue dôs ci saipïn ! Sôpilaie trôs baibiôles. È y aî dje tchïnze djoués que nôs aittendans, bïn saidgement Nâ. Aivô lai môde d’adjd’heu ; le temps des fétes s’éleûchant d’ène en l’âtre. Les saipïns de Nâ pyaicies dâs les premiîes djoués de déchembre, n’int quâsi pus de poignats po lai féte.
    Dïnche se pyaîgnïnt les trôs baibiôles, Petéte Etoile, Brainchatte pe Tchaindoile. Èlles épignolaïnt ïn crôme envirtolè d’ïn paipie môlurè pe déposè dôs le saipïn de Nâ.
    Allèz-vôs vôs râtaie de chnoufaie cmen des (...)

  • Raiconte de Nâ - Décembre 2012

    Raiconte de Nâ
    Çoli fait dj’ bïn grant qu’ le Gustave Montandon d’ Lai Combe d’ lai Raiceinne ât mâ dains sai pée, poch’que çoli fait encoé bïn pus grant qu’és ne s’ djâsant pus d’aivô l’Alcide Huguenin des Cottards. Tot çoli è câse d’ ènne croûeye hichtoire qu’ sât péssé di temps des péres d’ yos grants-péres. È s’était raicontè poi Lai Brévine que ctu-ci aivait vendu è ctu-li ènne dg’neusse que, aiprès aivoi vélè, n’ béyait di laicé qu’ d’aivô trâs tçhitches. Dâli le riere-papon d’ l’Alcide était chur qu’ le riere-papon (...)

  • Lai tch’nèye - Septembre 2013

    Lu par Bernard Chapuis, Porrentruy
    Lu par Michel Dominé, Vicques
    Lai tch’nèye
    Ïn djoué, totes soûetches d’animâs djasïnt entre yos,
    Èt lônïnt brament le vare è choûe.
    « Qué don, dyïnt-ès, môtre ci frondon
    En compojaint cés flès che douçats, che fïns, che bés
    Que faint lai rétchaince de l’hanne ! »
    Tus braguïnt son ôvrâ èt tchaintïnt son embrûe.
    È n’y aivait qu’ènne tch’nèye po trovaie des défâts
    Èt po bâtchie dvaint les âtres ébâbis.
    Èlle dyait "vôs craîtes" èt peus "poétchaint".
    Ïn rnaid s’ât écriyè : « (...)

  • È y aivait ïn cô ... Fôles de ci coénat - Avril 2014

    La complicité de Bernard Chapuis et Marylène Valle produit des merveilles.
    Voici les contes parus dans les Actes 2013 de la Société Jurassienne d’Emulation, dans les pages 271 à 290.
    L’ensemble des contes

  • Mai premiere maîtrasse - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter Lexique

  • Conte de Nâ - Avril 2014

    Patois de la Vallée et du Val Terbi

  • Sadge fôle po de bieus afaints - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter Lexique

  • ïn étiureû bïnhèyerou - Mai 2014

  • Le d’rie envoul di condamné - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter le conte de Bernard Chapuis traduit et dit par Denis Frund Lexique 

  • Voyage en Oïlie - Juin 2015

    Un enregistrement de Bernard Chapuis, à consulter sur le Blog

  • Rdyïndyou-bredon dains la neût de Nâ - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter Lexique

  • Léopold è lai poûtche di paradis - Décembre 2015

    Texte paru dans le n°32 / 2015 du bulletin de l’Union des Patoisants de Langue romande

  • Lai crou di finaidge - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter Lexique

  • Jules Surdez ; C’ment que le diaîle feut rôlé - 14 juillet

    En marge de l’exposition Jules Surdez au Musée jurassien d’art et d’histoire à Delémont

  • Mâlhèvurouses câtches - Janvier 2013

    Paru dans Le Quotidien Jurassien, cahier spécial, décembre 2012
    Présentation et Impressum
    Le conte entier en format impression
    Ecouter Lexique

  • Jules Surdez, Ai Carimentran - 14 juillet

    En marge de l’exposition Jules Surdez au Musée jurassien d’art et d’histoire à Delémont

  • L’ métie è téchie. - 25 juin

    L’ métie è téchie.
    Lai djûen’ Airie ainmait brâment les bétes. Tiaind qu’néchïnt des aignelats, èlle les v’lait aidé pâre dains ses brais po les çhaiti. C’était ch’douçat, ch’ bon tchâd d’ morayie dains ci biainc è tot fïn poi ! Regu’naint tot â traivie di tchaimpois, èlle raiméssait les pois des berbis qu’ d’moérïnt aicretchies és braintchattes des boûetchèts. Pe, en les tridoéyaint dains ses mains, èlle en f’sait des greméchés qu’en tiraint dains totes les sens, bèyïnt totes soûetches de p’tétes naippes. C’ât c’ment qu’ (...)

  • L’ airouse  - 25 juin

  • Grant-mére vu poi ïn afaint - 25 juillet

    Grant-mére vu poi ïn afaint
    poi Agnès Robert
    Ènne grant-mére, ç’ ât ènne fanne qu’ n’ é p’ d’ afaint ; ç’ ât po çoli qu’ èlle ainme les afaints des âtres.
    Les grant-méres n’ aint ran è faire, èlles n’ aint ran qu’ d’ étre li.
    Tiaind qu’ èlles nôs emmoinnant prom’naie, èlles mairtchant tot bal’ment â long des bèlles feuyes è pe des tch’néyes. Èlles ne diant dj’mais : « Aivaince pus vite, dépâdge-te ! »
    En dgén’râ èlles sont grôsses, mains pe trop, po poyait aittaitchie nôs soulaîes.
    Èlles saint bïn qu’ an ont toûedje (...)

  • L’ premie môtie - 25 juin

    L’ premie môtie
    Ès vétçhïnt en ènne p’téte tieûm’nâtè, dains ènne soûetche de v’laidge que comptait è pô prés tçhinze bacus. C’était ïn r’tirie yûe, mains lai fïn airrivait è pô prés djainqu’ en ènne romainne vie. È s’ seuvniait qu’ tiaind qu’ èl était tot p’tét, son pére djâsait quéques côps d’ aivô des romains soudaîts qu’ péssïnt ch’ lai vie. Laivoù qu’ allïnt tos ces soudaîts ? Ç’ ât yos qu’ se daivïnt aidé dépiaicie po aichurie l’ airriere di grôs romain l’ Empire, d’lai sen di Rhïn. Les soudaîts aivïnt dit en son pére qu’ (...)

  • L’éyevaidge di poûessèyê. - 25 juin

    L’éyevaidge di poûessèyê.
    Le p’tét loup Rauraque é bïn crâchu. Mon Dûe qu’ les afaints aint poéyu djôtaie d’aivô lu. E ritait aiprés les étchènnes de bôs qu’èls yi tchaimpïnt pe è les raippoétchait. E rôlait âtoué des dgens d’ lai tribu. Mains tiaind qu’è feûnait des loups qu’ péssïnt, le voili qu’ lainçait è fond d’ train vés yôs. E r’veniait aidé vés nôs dgens en aittiraint les poiraintes bétes d’aivô lu, che bïn qu’ d’âtres loups feunent bïn soîe aipprevéjies. D’aivô l’temps, ces loups dev’niainnent des sâvaidges tchïns pe (...)

  • L’ métra, lai môtre è pe le r’leudge. - 25 juin

    L’ métra, lai môtre è pe le r’leudge.
    In djoué qu’ èlle r’veniait en l’ hôtâ,
    Ènne djûene fanne â poiye s’ ât enf’lèe.
    Èlle boté sai môtre chus ïn câre di métra,
    D’vaint d’ s’ allaie r’tchaindgie po tieûj’naie.
    L’ ordyouse môtre ècmencé son hichtoire.
    Èlle aivait regu’nè tot poitchot dains lai vèlle,
    An aivait aivu bïn pavou d’ lai l’chie tchoire,
    C’était lée lai moiyou, c’était lée lai pus bèlle !
    Bïntôt le véye r’leudge, dains lai tchaimbre d’ â long,
    Tot bal’ment fsé ché côps résounaie.
    L’ métra dié en lai môtre : (...)

  • L’Rauraque. - 25 juin

    L’Rauraque.
    Nôs dgens s’leudgïnt mitnaint dains ènne bâme. Lai r’viere était preutche, c’était soîe po s’nenttayie, pe po trovaie è boire. Les pus aidgiles aivïnt meinme aippris è aittraippaie quéques grôs poûechons, traites, boétchats, cârpes qu’naidgïnt vés lai rive d’lai r’viere, en les pregnaint d’aivô lai main dôs les roétches, obïn en les échtoûerbaint d’ïn bon côp d’ soûeta. Des aîges, ès n’en aivïnt p’ïn grôs moncé. Bïn chur qu’èls étïnt en l’aissôte d’lai pieudje, d’ l’oûeraidge. L’ tchâtemps, è f’sait bon (...)

  • L’ soc en fie. - 25 juin

    L’ soc en fie.
    L’ temps péssait aidé pus vite. Les tchaindg’ments qu’è fayait aittendre mil ans po s’en aivégie, an les poéyait mitnaint quâsi voûere en ïn siecle. Dains ci r’tirie câre de tiere, laivoù qu’ niun n’ veniait, péssïnt mitnaint brâment d’ rotes de dgens. S’vent c’était po s’veni baittre, po s’pâre des bétes, des utis, des dgens, chutôt des fannes. S’vent âchi, an s’poéyait djâsaie dgentiment. E n’y aivait p’ tot d’meinme ran qu’ des sâvaidges chus lai tiere. Nôs dgens aivïnt aippris que ran qu’è quéques (...)

  • L’taiyou d’pieres. - 25 juin

    L’taiyou d’pieres.
    E s’ seuvniait d’ces lôvrèes tiaind qu’ son grant-pére raicontait qu’èl était paitchi d’aivô brâment de dgens di paiyis. Quéll’ aivisâle de fô èls aivïnt aivu d’breûlaie quasi tos yôs bacus en bôs d’vaint d’ paitchi po s’ laincie dains lai grante aiventure. Djainqu’è Agen, vés lai Gaironne, qu’èls étïnt aivus ! Els aivïnt fotu ènne trifouyie és Romains, èls les aivïnt meinme fait è péssaie dôs l’ djoug. Pe, mâ d’ lai grie di paiyis, èls étïnt r’venis dains l’ Jura laivou que c’ment des beûjons, ès (...)

  • Lai bretchatte - 25 juin

    Lai bretchatte
    Lai d’riere neût, i aî fait ïn sondge. I m’ trovôs d’aivô mai p’téte Maëlle è Mont’gnez. Èlle aivait craibïn dous l’ ans pe c’était yun des premies côps qu’ i v’niôs d’aivô lée dains l’ Jura, bïn chur è Mont’gnez. Aiprés l’ dénèe, i enf’mé mai pipe, pe i paitché d’aivô lée. Èlle èc’mençait d’ ïn pô baidg’laie, pe m’ môtrait totes soûetches de tchôses qu’ èlle raiméssait â long di tch’mïn. I y’ diôs les patois noms des çhoés, des bétattes qu’ nôs voyïns. Tiaind qu’ èlle feut ïn pô sôle de mairtchi, i lai youpé ch’ (...)

  • Lai câtche - 25 juin

    Lai câtche
    Ci djoué-li l’ Dyis aivait ïn po pus d’ vinte ans. Chneuquaint dains ses l’ aiffaires, è r’trové ènne câtche qu’ èl aivait rébièe dâs grant. È s’ seuvnié d’ ci djoué tiaind qu’ d’ aivô son pére, èl était déchendu vés lai r’viere d’ lâtre sen di crâ. Èls aivïnt trovè li, l’ coûe d’ ïn moûe l’ hanne, véti d’ ïn échpèche de grôs sait, ch’ lequél était aiccretchie ènne crou. Èls aivïnt botè l’ coûe en tiere, mains èls aivïnt vadgè ènne soûetche de biat, c’ment ènne câtche qu’ était d’ côte di moûe l’ hanne.
    L’ Dyis n’ (...)

  • Lai dèm’nâle - 25 juin

    Lai dèm’nâle
    Nôs ains vu dains ènne âtre hichtoire, c’ment qu’ ci Djeain était dev’ni r’môlou aiprés qu’ èl euche ïnventè lai coérbatte. En l’ ècmenç’ment, èl allait d’ aivô sai Yâdine pe tot son airtifâye, d’ ïn yûe en ïn âtre po r’bèyie l’ fie. Mains mitnaint qu’ èl aivait des afaints, sai fanne n’ le poéyait pus aidé cheûdre po virie lai coérbatte. Èl épreuvé d’ virie lai coérbatte d’aivô ènne main, pe péssait l’ uti ch’ lai ribe d’ aivô l’ âtre main. Mains dïnche, è n’ fsait ran qu’ di traivaiye de poûe. L’ uti dainsait (...)

  • Lai Dyènainat’tyètye - 25 juin

    Lai Dyènainat’tyètye
    Les véyes aivïnt raicontè c’ment qu’ des dgens qu’ vétçhïnt aivâ, tot prés d’ lai r’viere étïnt paitchis ïn pô pus hât dains lai côte, è câse des ennâvaidges qu’ détrujïnt aidé tot. Dâli, ès vétçhïnt dains ïn p’tèt l’ haimé, en mé lai côte, dâs craibïn pus d’ ïn mill’nâ. È n’ y aivait ran qu’ quéques p’téts bacus po les dgens pe po les bétes, â moitan d’in éssapeut, â long d’ïn p’tét reûché qu’ yô aippoétchait d’ lai boinne âve. Ènne neût (è y aivait d’ çoli ènne vintainne d’ annèes) lai montaigne était tchoé (...)

  • Lai fairainne. - 25 juin

    Lai fairainne.
    Cïntçhe djûenes dgens di v’laidge étïnt paitchis, è y é craibïn ché annèes po édie è baîti ïn grôs môtie dains ïn véjïn vâ. C’ât qu’ nôs dgens craiyïnt, mitnaint, en ran qu’ïn Dûe qu’ s’était fait è coégnâtre poi son fé, l’ Chricht. Els étïnt dev’nis des chrétiens. Els s’étïnt r’trovès d’aivô brâment d’âtres dgens que v’niïnt d’ïn pô tot l’ traivie di paiyis po faire ènne grôsse mâjon di Bon Dûe, ïn môtie. E y en aivait qu’ saivïnt dj’ traivaiyie lai piere, le bôs, le varre, le fie. D’âtres c’ment yos, n’ saivïnt (...)

  • Lai premiere vengne. - 25 juin

    Lai premiere vengne.
    E s’en était péssè di temps, dâs lai d’riere hichtoire tiaind qu’ nôs dgens aivïnt aipprevégie des poûessèyês. Els aivïnt âchi aipprevégie doues âtres soûetches de sâvaidges bétes, des motons pe des tchievres. Po s’ neurri, ès f’sïnt mitnaint pus soîe. Yôs berbis è yôs tchievres bèyïnt di laicé. An poéyait âchi maindgie d’ yote tchie, sains rébiaie ç’té des poûes. Pe, po tcheussie d’âtres pus grôsses sâvaidges bétes, èls aivïnt yôs tchïns.
    Lai rotte de dgens s’était aigranti, lai bâme était trop (...)

  • Lai r’molouse è l’ envie - 25 juin

    Lai r’molouse è l’ envie
    L’ Moûeri aivait aidé ainmè l’ bôs. Tot d’ pai lu èl aivait aippris è l’ traivaiyie. C’ était ïn échpèce de m’nujie-tchaipu obïn d’ tchaipu-m’nujie. Èl aivait d’maindè en ïn favoirdgie d’ péssaidge d’ yi foûerdgie quéques l’ utis, chutot des maitchés pe des cisés. C’ était aivu chutot yun des premies taiyous d’ bôs. Sôle d’ aidé voûere voulaie des faifiôs d’ bôs tiand qu’ è y fayait soûetchi ïn bout d’ piaintchatte d’ ènne béyatte, èl aivait meinme fait faire des dents en yun d’ ses coutés. Ç’ feut, (...)

  • Lai rècmence. - 25 juin

    Lai rècmence.
    El était coutchie dains lai troûese, preussaint tot contre lu son éroéy’nè boûebat qu’ s’était endreumi pe sai baîchatte qu’ n’airrâtait p’ de chnoufaie d’ pavou. Tote lai neût tiaind qu’è n’aivait p’ aicouè ses l’afaints, sans airrâte, èl aivait aipplè l’ dûe di tchêne en raivisaint l’aîbre tot prés d’yos, obïn l’ dûe d’ lai yune en lai ravoétaint dains l’ cie, â traivie des braintches. E s’était r’musè les dires des véyes dgens d’ son v’laidge, qu’ raicontïnt c’ment qu’ des sâvaidges étïnt v’nis pus d’ïn (...)

  • Lai rûe. - 25 juillet

    Lai rûe.
    Nôs dgens aivïnt dj’ vu des greumes qu’ rôlïnt aivâ lai côte, mains djemaîs ès n’aivïnt aivu le s’né d’en tirie paitchi. Es feunent tot ébâbis d’ voûere les Romains péssaie d’aivô yôs tchies chus les vies qu’ès creûyïnt â traivie di paiyis. L’ tchaipu n’aivait p’ prou d’ ses dous l’eûyes po beûyie, mains c’ment qu’è n’y aivait p’ de vie â long d’ tchie lu, è n’ siéjait è ran d’épreuvaie d’ faire ïn tchie.C’était bïn trop grôs. Poétchaint, qu’è s’ dié, ch’ i m’ poéyôs faire âtçhe po allaie tçh’ri mon bôs dains lai (...)

  • Lai Sïnt Fromont (ou Sïnt Fromond) - 26 juillet

    Lai Sïnt Fromont (ou Sïnt Fromond)
    poi Eribert Affolter
    L’ Djôsèt è l’ Aigathe aivïnt déchidè d’ allaie en lai Sïnt Fromont po fétaie loues quairante annèes d’ mairiaidge.
    Vôs saites qu’ lai Sïnt Fromont ç’ ât l’ djoué qu’ cheût l’ Aichenchion. Ïn vardi, ç’t’ annèe-li, çoli bèyait tiaind qu’ le mois d’ mai èc’mence.
    Lai voiye â soi, tot était prât, ènne novèlle véture po l’ Djôsèt è pe ïn nové d’vaintrie po ç’t’ Aigathe. È s’ fât musaie en tot. Po l’ révaye maitïn, è y aivait ç’te Mignonne, loue vaitche. Ès n’ aivïnt p’ (...)

  • Lai tçhaimpainne - 27 juillet

    Lai tçhaimpainne
    poi Eric Matthey, nôvembre 2001
    È y é quéques mois, en mai-djuïn, nôs feunes di temps d’ cïntçhe s’nainnes tchie nôs djâsous d’ frainçais tiusïns (cousins francophones) di Québec. Nôs ains bïn chur regu’nè dains les vèlles de Montréal, Québec, Ottawa. Mains nôs ains chutôt rôlè â traivie de ç’te tote grôsse provïnce poi les bôs è les campaignes. È pe, qués bôs, qués campaignes ! Nôs se n’ poéyïns p’ imaidgïnnaie ènne tâ grôssou d’vaint que d’ l’ aivoi vu. I vôs peus dire qu’nôs s’ sons rempiâchu les (...)

  • Lai sôl’tè d’ lai tiere. - 26 juin

    Lai sôl’tè d’ lai tiere.
    Dâs tote petéte, lai Bluatte ainmait les çhoés. Po chur, ç’ n’ât p’ po çoli qu’an l’aivait dïnche aipp’lèe, mains èlle poétchait bïn son nom. Èlle n’aivait ran qu’ dous, trâs ans, tiaind qu’ èlle ècmencé d’ copaie totes soûetches de çhoés pe épreuvé d’ les piaintaie dains lai tiere poi l’ copè bout. Èlle était aivu aidé pieinne de dépét tiaind qu’ aiprés ïn djoué ses çhoés aivïnt crevè. Ïn maitïn qu’èlle était d’aivô sai mére que piaintait des tchôs, èlle aivait vu qu’â béche de tchétçhe piainton de (...)

  • Lai tcheusse è l’oué. - 27 juin

    Lai tcheusse è l’oué.
    Mon Dûe, qu’les séjons étïnt croûeyes. E s’fayait dépiaicie aidé pus laivi po poéyait trovaie quéques sâvaidges graînnes è gremaie. Les bétes âchi paitchïnt po s’poéyait ïn pô meu neurri. Dâs brâment d’djoués, note rotte de dgens aivait ritè po en tcheussie quéques yènnes, pe s’était airrâtèe po r’pâre des foûeches. Els aivïnt botè d’ènne sen, dôs ènne téche de raims, des réchtes de tchie.
    A soi, lai diaîdge que dyèttait coitchie drie ènne épâsse eur’venûe, voiyé â traivie des feuyes que boudgïnt, (...)

  • Lai tchievre di chire Seguin - 27 juillet

    Lai tchievre di chire Seguin
    (Traduchion po ci Claude Proudhon)
    L’ chire Seguin n’ aivait dj’mais aivu d’ tchaince d’ aivô ses tchievres.
    È les predjait aidé d’ lai meinme faiçon ; ïn bé maitïn, èlles rontïnt yote coûedge, paitchïnt dains lai montaigne, pe l’ enson, l’ youp les maindgeait. Ne les çhait’ries d’ yote maître, ne lai pavou di youp, ran n’ les r’teniait. C’ était, è ç’ qu’ en dit, des yibres tchievres, que v’lïnt lai grôsse oûere pe lai tchie-bridâ.
    Èl en encrâchait en ci braîve chire Seguin, que n’ (...)

  • Le bossuat - 27 juillet

    Le bossuat
    Tiaind qu’i étôs djûenat pe qu’i allôs â catétçhisse, an nôs djasait di bïn, di mâ, d’l’enfie pe di pairaidis. L’enfie, po nôs, c’étïnt les çhaîmes pe l’diaîle qu’nôs tirait dains l’fûe d’aivô son graipïn. Po l’pairaidis nôs s’voyïns tchaindgi en aindgeats chu des p’téts rôses nuaidges en train d’nenttayie les étoiles di cie en tchaintaint. È bïn, i vôs peus dire qu’ch’ l’enfie n’m’aittirait’p’dyère, l’pairaidis ne m’aittirait pe daivaintaidge poch’qu’i n’ai djemais brâment ainmè les nenttayaidges ! Mains bïn (...)

  • Le r’môlou - 27 juin

    Le r’môlou
    Ènne baîchatte, lai Yâdine, vétçhait d’ aivô ses pairents, quéque paît dains l’ Jura. Son pére, le Grôs Djaîtçhes aivait r’pris lai p’téte foûerdge de son pére, pe s’était botè è faire totes soûetche de novés l’ utis. En airtijaint qu’ èl était, c’ était yun des premies taiyaindies di paiyis. Â long di fûe pe d’ l’ ençhainne ç’ ât en lai foûeche des brais qu’ son maitché fiait chus les roudges pieces de fie. D’aivô ïn aîne, lai Yâdine allait poétchaie és paiyisains d’ ci câre de tiere les utis qu’ aivait fait (...)

  • Le toéré - 27 juillet

    Le toéré
    C’était ïn bé maitïn d’ècmencement d’herbâ. Lai campaigne était encoé môve de rosèe. Les vaitches, tondïnt lai couétche l’hierbe des tchaimpois et loûes tçhaimpainnes f’sïnt ènne bèlle musique è traivie tote lai montaigne. Le cie était tot bieû, lai lumiere était bïn natte et le r’dyaîd poûetchait djunque tchu les montaignes de Fraince. Dos les raimes des fiattes, çoli sentait bon les moûechirons et, poi chi poi li, les lôvrattes ainoncïnt la fïn d’lai tchâde séjon. Sait â dos et soûetat en lai main, tras (...)

  • Lai tcheusse (néchaince di JURA) - 27 juillet

    Lai tcheusse (néchaince di JURA)
    Es ritïnt dâs des valmons de mille ans, pe aidé des rottes de totes soûetches de bétes se sâvïnt d’vaint yos. Es n’aivïnt p’encoé bèyie d’noms en totes cés bétes qu’an nanme adjed’heû rennes, cies, aurochs, mammouths,… Entre yos, ès boussïnt des breûyèts qu’réponjïnt en cés bïn pus foûes encoé des bétes qu’ès porcheûyïnt. Es n’saivïnt p’encoé bïn djâsaie, ès s’f’sïnt s’vent compâre en évairaint, en déraimaint c’ment les grantes tieuchies des aîbres di bôs qu’tot âtoé s’toûejïnt poi lai (...)

  • Quéques boussèes d’ mes seûv’nis d’afaince - 27 juillet

    Quéques boussèes d’ mes seûv’nis d’afaince
    poi A.-M. Kasteler
    Çoli s’ péssait en ç’te bèlle séjon d’ l’ hèrbâ, tiaind qu’ i allôs vadgeaie nôs vaitches â tchaimpois. Èlles étïnt bïn étréyies, mes vaitches, daivô yôs quoûes bïn décrïnnèes. Quéqu’ côps, i pregnôs ènne aimie daivô moi. C’ment qu’ nôs n’ vadgïns ran qu’ trâs vaitches, çoli nôs bèyait l’ temps d’ s’ aimusaie.
    Nôs fsïns di fûe, pe nôs tieûjïns des pommattes qu’ nôs trovïns dains l’ eûtche, poi li, â long di tchaimpois. Çoli f’sait des boinnes quaite. Aivô lai noire (...)

  • L’ermite de la Pierre de l’Autel, Ne pés, ne moyous - 10 août

  • ïn tchïn dains lai famille - 13 août

    Ïn tchïn dains lai famille
    Cortételle, le doze d’ aivri 2007
    Nôs étïns quaitre afaints. I étôs lai tchianni. Mai grand-mére aivait ïn bé p’tét tchïn. C’était note compaignon de djûe. Èl ât moûe qu’ i aivôs trâ ans. Nôs piorniïns aidé po en r’aivoi yun, mains nôs pairents n’ étïnt p’ d’aiccoûe. Nôs ains granti. Èl ât veni lai diyèrre, aivô son train de miséres. È soubey, nôs ains vétiu lai débâcle de ces airmèes françaises. Les soudaits, les officies aitot qu’ les dgens qu’ airrivïnt d’ lai frontiére étïnt déboussolès, (...)