Par : Fleury LJ
Publié : 24 mai 2013

La femme idéale

Lai moyoue fanne

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 24 mai 2013

Èls étïnt trâs djûenes stoeckous qu’étïnt sôles de djûere és câtches. Ès djâsïnt d’fannes atoé d’ènne boènne botaye.

– Moi, dit l’premie, i voérrôs ènne fanne que m’aippoétcheuche tchétçhe maitïn le café â yét.

– Moi, dit l’doujieme, i voérrôs ènne fanne que m’aippoétcheuche tchétçhe soi le yét â café.

– Moi, dit l’trâjieme, è m’en farait dous, ènne â yét èt peus ènne â foénat. Le quaitrieme n’avait encoé ran dit.

– Et peus toi, qu’yi diant ses caim’rades. Dis voûere ton aivis !

– Oh bïn, moi, qu’è répond, i n’é p’fâte de fanne. I prends çté des âtres.

Chacun a sa conception de la femme idéale. Le quatrième joueur aurait-il raison ?


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 969.9 ko

info document -  PDF - 192 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">