Publié : 16 février 2018

Je m’en fus voir ma maîtresse

I m’en feus voûer’ mai maîtrasse

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 16 février 2018

I m’en feus voûer’ mai maîtrasse

I m’en feus voûer’ mai maîtrasse,
Bïn rétyipè :
Èll’ ne poéyait p’ me recoégnâtre’,
Taint y’éto bé,
Saquerdjue !

I aîvôs ïn bé tchaipé rond,
Carré, pointu,
Que m’é côtè cïnquant’-nue sôs,
Quasi ïn étiu, saquerdjue !

I aivôs ènn’ bèlle perruque
De poi de poûe
Qu’i me peingnôs tos les duemoinnes
Aivô ïn rété, saquerdjue !

I aivôs ènn’ bèll’ biaintch’ tchemij’
En toile écrue,
De fi qu’ mai mére aivait felê
A câr di fue, saquerdjue !

I aivôs ènn’ bèll’ graivatte
En gros can’vas
Qu’i me loiyôs atoé di cô
Aivô ïn loquat, saquerdjue !

I aivôs des bèll’s neuves tchâsses
De poi d’ lapïn
Que m’aivait tricotè dains l’ temps
Mai véye memïn, saquerdjue !

I aivôs des bés fïns soulès
De pé d’ tchevri
Qu’ lo crevoijie m’aivait couju
 crédit, saquerdjue !

I aî dit : « Bondjoué mai mie,
C’ment qu’vôs allèz ? »
Èlle me foté derie lai pouetche
Dôs les égrès, saquerdjue !

Source : « Vieux airs, vieilles chansons », 1929.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.4 Mo

Je m’en fus voir ma maîtresse

Je m’en fus voir ma maîtresse
Bien attifé.
Elle ne pouvait me reconnaître,
Tant j’étais beau, sacrebleu !

J’avais un beau chapeau rond,
Carré, pointu,
Qui m’a coûté cinquante-neuf sous,
Presque un écu, sacrebleu !

J’avais une belle perruque
En poil de porc
Que je peignais tous les dimanches,
Avec un râteau, sacrebleu !

J’avais une belle chemise blanche
En toile écrue,
De fil que ma mère avait filé
Au coin du feu, sacrebleu !

J’avais une belle cravate
En gros canevas
Que je nouais autour du cou
Avec un cadenas, sacrebleu.

J’avais de beaux bas neufs
En poil de lapin
Que m’avait tricotés autrefois
Ma vieille grand-mère, sacrebleu !

J’avais de beaux souliers fins
En peau de chevreau
Que le cordonnier m’avait cousus
A crédit, sacrebleu !

Je lui ai dit : »Bonjour, ma mie.
Comment allez-vous ?
Elle me flanqua à la porte
Sous l’escalier, sacrebleu !

Source :"Vieux airs, vieilles chansons », 1929


La chronique patoise du QJ en direct :