Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Pages d’histoire > Vie quotidienne > L’ trôssé des fannes, è y é grant temps
Publié : 1er août 2018

Le trousseau des femmes, il y a bien longtemps

L’ trôssé des fannes, è y é grant temps

Thérèse Frésard

L’ trôssé des fannes, è y é grant temps

(l’ nûef de feuvrie 2001)

poi Thérèse Frésard

Ç’ n’ ât p’ aîjie d’ dire ço qu’ les djûenes fannes poéyïnt botaie dains yôs crêtches. En ci temps-li les trôssés étïnt mïnces, les fannes s’ contentïnt d’ ïn ran, d’ sïmpyes tchôses. I m’ muse qu’ èlles yi botïnt quéques grôsses toiles de tchainne pe d’ yïn qu’ èlles aivïnt vengnie po téchie. D’ aivô çoli, èlles fsïnt des draips, des tieûchains, des d’vaintries, des caracos, des robattes, des doubyats, des tch’mijes, des tiulattes aivô d’ lai dentèlle. Ch’ èlles aivïnt botè d’ ces d’dôs c’ment mitnaint, d’ ces « strïngs », d’ ces « tangas », d’ ces « froufrous », çoli airait t’ni moins d’ piaice. È daivait y aivoi aito des sabats pe des tchâsses tchâss’nèes d’ aivô lai lainne d’ yôs berbis qu’ èlles aivïnt flèe. Èlles aivïnt chur’ment âchi quéques l’ aij’ments d’ tieûjainne, quéques tiaisses, des aissietes, des étçhéyattes, des bolats en tôle, sains rébiaie les moiyoûes r’çattes d’ lai manman : po faire les chtriflattes, les mijeûles, les flottes, totes ces boinnes tchôses di véye temps.
Chutot, yôs tiûres r’goûessïnt d’ aimoé, d’ échpoi, d’ sondges è d’ musattes po totes ces p’tétes biondes tétes qu’ ïn djoué f’rïnt lai ronde âtoué d’ lai grôsse tâle dains lai tieûjainne.