Par : Fleury LJ
Publié : 4 juillet 2014

Saint-Ursanne

Sïnt-Ochanne

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 4 juillet 2014

Sïnt-Ochanne

Dans Lés Béls-Ouejés (Les Beaux-Oiseaux), nouvelle bilingue parue dans les Actes de 1946, Jules Surdez décrit Saint-Ursanne au temps jadis.

Elle était ençashée pa des hâts mues que grèpounïnt djinque an des bainçons de rotches. Tot enson se drassaît aidon ïn grand tchété qu’è ne demore pus que lo bés de lai toué di croton catchi pa des bôs de biantche djoux. I ne sairôs dire cobïn de maîrtches d’égrès mouennïnt an ènne bâme qu’aissôtaît èt peut aivrissaît ïn èrmitre èt son oué aipprevéjie. In pont de pierre, d’aivô ïn saint que vaillaît neût èt djoué, tranvachaît enne reviere que randenaît èt djoffaît entre les pilies. Dâs les pouetches des sens d’ouere, de médi èt de bije, des vies mouennïnt en Aidjoue, en lai Montaigne vou dains lo Vâ. Les mâjons se raiméssïnt â toué d’ïn môtie qu’èl airait faillu allè djinque ai Bâîle, ai Soleûvre vou ai Bérne po en trovè ïn chi bé. E fesaît tot pitye ai ressoeuveni an enne grôsse nê que se serait aipparaillie po péssè lai mê.

 (Copie conforme).


Le patois de Jules Surdez appartient à une autre époque. Le petit lexique proposé ci-dessous au lecteur lui en facilitera la compréhension.

blanche joux, joux blanche : chênaie, hêtraie, etc.

noire joux,
sapinière, pineraie

bâme, caverne

ençashée entourée

lai toué di croton la tour des oubliettes, le donjon

aissôtaît abritait de la pluie

aivrissaît abritait du vent

randenaît èt djoffaît bouillonnait et écumait

lai nê le navire

lai mê la mer


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.4 Mo

Saint-Ursanne

Jules Surdez (1878-1964), dans Les Beaux-Oiseaux, nouvelle bilingue parue dans les Actes de 1946, décrit Saint-Ursanne au temps jadis.Traduction de l’auteur :

Elle était entourée de hauts murs qui grimpaient jusqu’à des bancs de rochers. Tout au haut s’élevait alors un grand château dont il ne reste plus que la base de la tour des oubliettes cachée par des arbres de blanche joux. Je ne saurais dire combien de marches d’escaliers conduisaient à une baume qui abritait un ermite et son ours apprivoisé. Un pont de pierre, avec un saint qui veillait nuit et jour, traversait une rivière qui bouillonnait et écumait entre les piliers. Depuis les portes des côtés de vent, de midi et de bise, des voies romaines menaient en Ajoie, à la Montagne ou dans la Vallée. Les maisons se pressaient autour d’une belle église dont on n’eût pas trouvé pareille jusqu’à Bâle, Soleure ou Berne. Elle rappelait d’une manière frappante un navire qui aurait appareillé pour traverser la mer. 

blanche joux, joux blanche : chênaie, hêtraie, etc, par opposition à noire joux, sapinière, pineraie

baume, caverne


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">