Publié : 15 septembre 2017

Belle victoire

Bèlle victoire

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 15 septembre 2017

Bèlle victoire

Ç’ât ènne hichtoire que raicontait ci Djeain Chrichte le Vadais. Çoli s’péssait è Bonfô è y é brament longtemps. Le contou aichure que çoli s’ât vrament péssè dïnche. I veus bïn l’ craire. Aidonc, les Bonfô aivïnt créè yote premiere étype de football. Les Vindlincouét âchi. C’ment qu’ès n’aivïnt p’ les moiyïns d’ s’aitchtaie des tyussattes, les djuous aivïnt pris des tiulattes de grant-mére èt peus èls aivïnt copè les tchaimbes. Lai tote premiere rencontre feut è Vindlincoèt, ïn saim’di lai vâprèe.

Tiaind qu’ lès Bâts sont rentrès le soi, yun aivait ènne aroiye déchirèe, ïn âtre le nèz écraibouillie, ïn trâjieme ïn oeûye â noi beurre. En déchendant d’ lai boy’vatte – ç’ât l’ nom qu’an bèyait â p’tèt train è vapeur -, ès tchoéyant chu l’ tiurie, ïn rempiaiçaint que v’niait d’Ailsace. È yôs d’mainde :

- Yé les afaints, ç’ât bïn allè, ci match ?

- Oh aye, M’sieur l’ tiurie. Nôs sons contents. Les Bâts aint baittu les p’tèts l’Aînes.

- Dâli, qu’ât-ce qu’ vôs èz fait ?

- Dous è zéro, M’sieur l’ tiurie.

- Oh, mains, ç’ât magnifique ! I vôs félicite. Dous buts è zéro.

- Nian, nian, vôs nôs èz mâ compris. Pe dous buts è zéro. Les Vindlincoét aint aivu dous tchaimbes rontues, èt peus nôs piepe yènne.

Notes

Les Bâts (les crapauds), sobriquet des habitants de Bonfol.

Les p’tèts l’Aînes (les petits ânes), sobriquet des habitants de Vendlincourt.

Lai boy’vatte, littéralement la brouette. C’est ainsi que l’on surnommait le train régional à vapeur.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.7 Mo

Belle victoire

C’est une histoire que racontait Jean Christe, dit le Vadais. Elle se passait à Bonfol il y a très longtemps. Le conteur assure qu’elle s’est réellement passée. Je veux bien le croire. Les Bonfol avaient créé leur première équipe de football. Les Vendlincourt également. Comme les joueurs n’avaient pas les moyens de s’acheter des culottes courtes, ils avaient pris des caleçons de grand-mère dont ils avaient coupé les jambes. La première rencontre eut lieu à Vendlincourt, un samedi après-midi.

Quand les Bâts sont rentrés le soir, l’un avait une oreille déchirée, un autre le nez écrabouillé, un troisième un œil au beurre noir. En descendant du train, ils tombent sur le curé, un remplaçant qui venait d’Alsace. Il leur demande :

—  Alors, les enfants, ça s’est bien passé ce match ?

—  Oh oui, Monsieur le curé. Nous sommes contents. Les Crapauds ont battu les petits Ânes.

—  Bravo ! Quel est le score final ?

—  Deux à zéro, Monsieur le curé.

—  Oh, mais, c’est magnifique ! Je vous félicite. Deux buts à zéro.

—  Non, non, vous nous avez mal compris. Non pas deux buts à zéro. Les Vendlincourt ont eu deux jambes cassées, et nous aucune.

Notes

Les Bâts (les crapauds), sobriquet des habitants de Bonfol.

Les p’tèts l’Aînes (les petits ânes), sobriquet des habitants de Vendlincourt.
La brouette, en patois lai boy’vatte, C’est ainsi que l’on surnommait le train régional à vapeur.


La chronique patoise du QJ en direct :