Publié : 27 juin 2018

Un sacré médecin

Ïn sâcrè méd’cïn

Eric Matthey

Ïn sâcrè méd’cïn

En l’èc’menç’ment des annèes 1900, è y’ aivait en Lai Tchâ-d’Fonds ïn tot bon méd’cïn que f’sait brâment pailaie d’ lu. C’était l’méd’cïn d’ lai vèlle è pe des tchaimps. Él était coégnu dains tote lai contrèe po s’ dévouaie po ses malaites. Lai nêut c’ment l’ djoué an l’poyait voûere ritaie, d’aivô son tchvâ pe sai cairyôle, dains lai vèlle obïn â traivie lai caimpaigne po soingnie les malaites, les poûeres aichbïn qu’les rétches. Mains po les poûeres, è n’y’ aivait bïn s’vent pe d’ facture poch’ qu’en c’ temps-li les dgens n’aivïnt ‘p’ d’aichuraince-mailaidie c’ment âdj’d’heû.
Mains c’ment è n’ sairait y’ aivoi d’ hanne (è pe bïn chur de fanne !!!) sains défât, ci méd’cïn aivait ènne sâcrè téte de poûe ! È diait les tchoses sains détoué, sains botaie d’mitainnes. Adj’d’heû an dirait qu’èl é di caractére ! Dâli bïn chur, çoli fait qu’an ont raicontaie pus d’ènne hichtoire en son sudjèt. En voili yènne.

Ïn bé maitïn d’herbâ, en l’houre d’lai conchultâchion, ïn paiysain d’ Lai Saigne airrive tchie lu. Po ïn côp è n’y’é niun d’âtre dains l’ poiye d’aittente. L’méd’cïn l’fait tot comptant péssaie dains l’caib’nèt en y’i diaint, aiprès l’aivoi saluè :

È vôs s’ fât dévéti !
Mains i n’ veus pe…
Vôs saîtes, l’hanne, tchie l’méd’cin vôs peutes vadgeaie vot’ tchaipé chu lai téte, mains vôs daites rôtaie vôs vétures, è pe vot’ tiulattes aito.
Mains Docteur, i vôs aichure que ç’ n’ât’ p’ lai poine…
Moi, i vôs aichure qu’ i n’ai pe qu’vôs è r’cidre ci maitïn, è pe é ne s’ vôs fât’ p’ dgeinnaie, i seus méd’cïn, i en ai vu bïn d’âtres, allé aitieuds !

Po aivoi enfïn lai paix pe en fini, not’ Piait-Nèz (ç’ât l’sobritçhet des dgens d’Lai Saigne !) rôte ses vétures. Dâli l’méd’cïn y’i dit :

È bïn voili, ç’n’ât p’ pu du qu’ çoli ! Mit’naint, dites me, qué mâ vôs aimoéne tchie moi.

Dâli, piaintè, nu c’ment ïn vie â moitant di caib’nèt, l’paiysain répond :

Docteur, i vïns vôs yivraie le tchie d’ toérbe qu’vôs m’èz commaindè po c’t’ huvie !

Les Foulets, le 22 de djanvie 2010 Eric Matthey