Par : Fleury LJ
Publié : 6 décembre 2010

Eribert Affolter, RFJ, 5 décembre 2010

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 5 décembre 2010

Auteur : Eribert Affolter

Eribert Affolter, RFJ, 101205 -  MP3 - 4.1 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 101205

05 décïmbre 2010

Aimis di patois bondjoué.

Adjed’heû, les Taignons, patoisainnes èt patoisaints, sont raissembiaie, à Dgenevéz, po fétaie le Sïnt-Nicolas. I veus allaie tot comptant, aiprés vôs aivoi djâsè, les r’trovaie po fétaie d’aivô yôs. Ç’ât ènne boussèe qu’an ne peut manquaie. Che vôs v’lèz v’ni d’aivô nôs, vôs srèz r’ci les brais gros euvris.

Voili bïn des annèes que nôs fétans le Sïnt-Nicolas èt tos les côps ç’ât aidé pus bé. Note Francine, oh i n’airaî’p du dire sont nom, poche qu’è y en é encoé bïn, pairmé nôs, que craiyant que le Sïnt-Nicolas tchoit di cie d’aivô son aîne èt sai uyatte (sa luge). Sacoeurdie, ç’ât vrâ qu’é y en é, dains les patoisaints, que botant encoé yôs sulaîes d’vaint lai tchemnèe. Vôs saîtes po d’moraie djeûne è fât d’moraie afaint tote sai vétçhaince. Èt peus è n’y é ran de pus bé que de d’moraie afaint.

Nôs ains de lai tchaince poche que ce Sïnt-Nicolas li, è l’é le tiure chu’lai main. Ès nôs bèye brâment de ch’lèkries èt de loitcheries (gourmandises). Ès cognât tos les patoisainnes èt les patoisaints poche qu’ès dit ènne coyenâde è trétus. C’ment des afaints nôs réchitans nôs poésies èt nôs sâtant ch’les dgenonyes de ci bé Sïnt-Nicôlâs. Che vôs poyïns raivoitie les eûyes de cés dgens vôs vôs euchïns crâchu ch’les baincs d’lai p’téte écôle. Des eûyes piein de lumiere èt d’émaiyement. Tos ces boûebats èt ces baîchattes que raivoétant ci bé pére de Nâ. Ç’n’ât que du bonhèye. Nôs r’vnians é ceintnie péssè (siècle passé) èt tote lai vétçhaince d’note djûenence d’écôle nôs r’vïnt dains lai téte. Tchétçhe annèe ç’ât pus bé.

Ïn gros r’mèchiment è note Francine que se béyie brâment de poènne èt qu’aipppointe c’te féte de tot son tiure.

Vôs n’voite’p c’te djouénèe sains ïn varre de roudge, sains ïn p’tét r’ceugnon, sains loune èt sains tchaints. Nôs ains po çoli note présideine que ce bote è foénna èt que nôs tieu ïn tchaimbon d’aivô des salaîdges. Po faire è péssaie tot çoli ïn bon cafelat d’aivô ïn tçhissat de damé, voili po vôs r’botaie d’aidroit èt vôs béyie lai foûeche de djûere è câtches tote lai vaprèe. Mèchi Jose. Nôs sons les dgens les pus hèyerous.

I tchvâs è tos les dgens tchu c’te tiere de péssaie des boussèes c’ment cés li.

Des vaprès è djure, è tchaintaie, è riolaie çoli vôs fait rébiaie les tieûsains de tos les djoués.

Voili ç’ât le drie côp c’t’annèe qu’i vôs djâse. I vôs tchvâs de bélles fétes de Nâ èt di Bon an èt i me rédjôyis de vôs r’trovaie l’annèe qu’vïnt, che le Bon Dûe nôs prâtes vétçhaince. .

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.
E. Affolter


5 décembre 2010

Amis du patois bonjour.

Aujourd’hui, les Taignons, patoisantes et patoisants, sont réunis, Aux Genevez, pour fêter le Saint-Nicolas. Je veux les rejoindre, après vous avoir causé, pour fêter avec eux. C’est un moment qu’on ne peut manquer. Si vous voulez venir avec nous, vous serez reçu les bras grands ouverts.

Voilà bien des années que nous fêtons Saint-Nicolas et chaque fois c’est toujours plus beau. Francine, oh je n’aurais pas du dire son nom, parce qu’il y en a encore bien, parmi nous, qui croient que le Saint-Nicolas vient du ciel avec son âne et sa luge. Sacrebleu, c’est vrai qu’il y en a, parmi les patoisants, qui mettent leurs souliers devant la cheminée. Vous savez pour rester jeune il faut rester enfant toute son existence. Et, il n’y rien de plus beau que de rester enfant.

Nous avons de la chance car ce Saint-Nicolas, a le cœur sur la main. Il nous donne beaucoup de gourmandises. Il connaît toutes les patoisantes et les patoisants car il dit un bon mot à chacun. Comme des enfants nous récitons nos poésies et nous sautons sur les genoux de ce beau Saint-Nicolas. Si vous voyiez les yeux de ces personnes vous vous croiriez sur les bancs de l’école enfantine. Des yeux pleins de lumière et d’émerveillement. Tous ces garçons et ces fillettes qui regardent ce beau Père Noël. Ce n’est que du bonheur. Nous retournons au siècle passé et toute la vie de notre jeunesse d’école nous revient à l’esprit. Chaque année c’est plus beau.

Un grand merci à Francine qui se donne beaucoup de peine et qui prépare cette fête de tout son cœur.

On ne peut imaginer cette journée sans un verre de rouge, sans un petit repas, sans histoires et sans chants. Nous avons pour cela notre présidente qui se met au fourneau et qui nous prépare un jambon avec des salades. Pour faire passer tout cela un bon café et une goutte de damassine, voilà pour vous remettre en forme et vous donner la force de jouer aux cartes toute l’après-midi. Merci Jose. Nous sommes des gens heureux.

Je souhaite à toutes les personnes sur cette terre des moments comme ceux là.

Des après-midi à jouer, à chanter, à rire cela vous fait oublier les soucis de la vie quotidienne.

Voilà, c’est la dernière fois cette année que je vous parle. Je vous souhaite de belles fêtes de Noël et de Nouvel An et je me réjouis de vous retrouver l’année prochaine, si Dieu nous prête vie.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter