Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Ïn sondge de fô po mai vèlle ? Ç’n’ât’pe encoé chur !
Publié : 19 août

Une utopie pour ma ville : Pas si sûr !

Ïn sondge de fô po mai vèlle ? Ç’n’ât’pe encoé chur !

Michel Cerf, l’Micou

Ïn sondge de fô po mai vèlle ? Ç’n’ât’pe encoé chur !

Cés qu’ainmant not’ bèlle vèlle de Poérreintru, que lai voérïnt ïn po moins endremie, se d’maindant aidé c’ment qu’an porait faire po qu’èlle feuche ïn po pu aiveniainte. Chur qu’aivô dous tras mil dgens en pus, lai vie y s’rait tot achi piaijainte, lés maigaisïns ne dairïmpent chioure lés yuns aiprés lés âtres èt d’lai san des tchairdges, nos srïns ïn pô pus po paiyie dés împôts...
An n’sairait dire que l’tçheumnâ ne s’bèye pe de poinne, mains ç’qu’ât chur ç’ât qu’èl en é ! Lés aiménaidg’ment « â tiuere de lai vèlle », è lés fâré craibïn aittendre encoé dés dijaines d’annèes, èt peus dés novâtès c’ment cés pavés que prodûjant de l’élèctricitè... ès n’sont piepe encoé indgniès d’aidroit !
I muse que d’lai san de l’ïnduchtrie è fât léchie faire lés privés, mains chi an on fâte de tot l’monde, chutôt des « Trente sous » po faire mairtchie lés usiones, an ainm’rait achi en voûere dous trâs y v’ni d’moéraie. An djase brâment achi d’émeudre ïn po d’lai san di tourisme, d’aimoinaie dés novès envèllies, dés dgens de péssaidge o d’âtres que porïnt d’moéraie di temps d’yôs condgies dains not’ bé care de tiere.

Ç’ât dains ci câdre-li qu’i dévoéle mon sondge, mon idée d’fô : faire de not’ vèlle ïn yûe que lés dgens airïnt encoé pus de piaigi è détçheuvri. I muse ne pus ne moins è reconchtrure lés poûetches de lai vèlle c’ment qu’èlles étïnt dains lés péssès siecles. Aivô not’ bé tchété, aivô tos lés paivés de nôs vies r’botès d’aidroit, çoli écrâtcherait lai biatè èt lai séduchion de lai vèlle.
Lés véyes graivures ne manquant’pe. Lés yûes laivoù qu’an lés porait rebaiti sont coégnus. Mitnaint qu’an tçhie poi tos lés moiyens de r’tchaimpaie lés dyïmbardes feûe de lai vèlle, an ne sairait pu prétendre que cés poûetches serïnt brâment dgeinnantes po l’traifitçhe.
Lai poûetche de Coétchdoux, qu’ât aivu démôli lai driere, dairait, étre rebaiti lai premiere. Vôs saites qu’en tiraint ènne véye mâjon ainvâ, cés dries djoés, an on retrovaie brâment de véyes pieres que f’sïnt paitchie de çte poûetche. Lés dgens di cainton lés aint fait botaie d’ènne san... en aittendaint de lés botaie en valou.

Vôs v’lèz dire : ç’ât bïn ènne aivisaîye de véye régent... Èt peus lés sous ? Hein... lés sous ? Mon Dûe è s’y en troverait bïn dés sous. An on botè tchu pie dés prodjets bïn pu toûedjus. Dés souscriptions, dés « financements participatifs », dés subsides... Âdj’d’heû que les banques vos faints paiyie des ïntèrèts négatifs po botaie vôs répraindges â tchâd... ç’ât lo moyou moment po paitchi aivô dïnche dés prodjèts !
I aî aidé, dains ïn care de mon tiûere ç’te senteince de Voltaire, qu’i graiyenne de mémoûere : « Che ènne tchôse vos sembye ïmpossibye, ç’at chur qu’è vos lai fât faire ! »

L’micou

Une utopie pour ma ville : Pas si sûr !

Ceux qui aiment notre belle ville de Porrentruy, qui la voudraient un peu moins endormie se demandent comment on pourrait faire pour qu’elle soit un peu plus avenante. Certainement qu’avec deux trois mille habitants en plus, la vie y serait tout aussi plaisante, les magasins ne devraient pas fermer les uns après les autres, et du côté des dépenses publiques, nous serions un peu plus pour payer des impôts... On ne peut pas dire que le conseil communal ne se donne pas de peine, mais ce qui est sûr, c’est qu’il en a ! Les aménagements du « coeur de ville », il faudra peut-être les attendre encore des dizaines d’années, et des nouveautés, comme les pavés produisant de l’électricité, ne sont pas même correctement inventés ! Je pense que du côté de l’industrie, il faut laisser faire les privés, mais si on a besoin de tout le monde, notamment des travailleurs français pour faire marcher les usines, on aimerait aussi en voir deux trois s’installer. On parle beaucoup aussi de développer le tourisme, d’attirer de nouveaux visiteurs, des gens de passage ou d’autres qui pourraient rester durant les vacances dans notre beau coin de pays.

C’est dans ce domaine que je dévoile mon rêve, mon utopie : faire de notre ville un lieu que les gens auraient encore plus de plaisir à découvrir. Je pense ni plus ni moins qu’il faudrait reconstruire les portes de la ville, telles qu’elles étaient dans les siècles passés. Avec notre magnifique château, avec nos rues repavées correctement, cela accroîtrait la beauté et la séduction de la ville.
Les vieilles gravures ne manquent pas. Les endroits où on pourrait les reconstruire sont connus.Maintenant qu’on cherche par tous les moyens à rejeter les voitures hors de la ville, on ne saurait prétendre que ces portes seraient très gênantes pour le trafic.
La Porte de Courtedoux, qui a été démolie la dernière, devrait être reconstruite la première. Vous savez qu’en démolissant une vieille maison, ces derniers jours, on a mis à jour beaucoup de vieilles pierres qui faisaient partie de cette porte. Les gens du canton les ont fait mettre de côté, en attendant de les mettre en valeur.

Vous allez dire : c’est bien la vision d’un vieux régent... Et puis les sous ? Hein... les sous ? Mon Dieu, il s’en trouverait bien des sous. On a mis sur pied des projets bien plus tordus. Des souscriptions, des financements participatifs, des subsides... Aujourd’hui, alors que les banques vous font payer des intérêts négatifs pour mettre votre argent au chaud... c’est le meilleur moment pour démarrer avec de tels projets !
J’ai toujours, dans un coin de mon coeur cette sentence de Voltaire que je rapporte de mémoire : « Si une chose vous semble impossible, c’est sûr qu’il faut la faire »

L’micou

info document -  PDF - 45.8 ko

Ïn sondge de fô po mai vèlle ? Ç’n’ât’pe encoé chur ! (2)

Dains mon biat di 9 d’aivri (Mag N°4), i aivôs en téte de r’bèyie en not’ vèlle de Poérreintru ènne paitchie de sai biâtè d’aintan, en remâjenaint lés poûetches dés murayes que feûnes tirie aivâ po léchie péssaie lés dyïmbardes.
Mit’naint qu’an veut craibïn circulaie è vinte kilométres en l’houre dains lai véye vèlle èt qu’en ne muse qu’è fôtre les dyïmbardes defeûs... çoli fré dés beveniaints rétgnâts.
Lai poûetche de Codgedoux, qu’ât aivu démôli lai driere, dairait étre rebaîti lai premiere. Vôs saites qu’en tiraint ènne véye mâjon ainvâ, cés dries temps, an on retrovaie brâment de véyes pieres que f’sïnt paitchie de ç’te poûetche. Lés dgens di cainton lés aint fait botaie d’ènne san... en aittendaint de lés menttre en valou. Vôs éz craibïn encoé en mémoûere ci coplèt de la tchainson dés Petignats :

En lai poûetche de Codgedoux, ès sont airmés lés oyïtes-vôs ?
Ès sont airmès lés oyïtes-vôs...
Petignat tchèf de yôs cohortes, demainde qu’an eûvre lés poûetches...

Cés poûetches, an on prou de graivures que lés r’présentant èt an lés sairait r’botaie en yôt djeûte piaice, lo pu s’vent sains ran démôli dés véjènnes mâjons. C’ment dains totes lés vèlles qu’aint voidgè cés recoés di péssè, è farait bïn chur léchie ïn pô d’piaice po lés dyïmbardes o meinme lés camions. En lai Poûetche de Fraince, qu’ât aidé li, tot se pésse sains aiccreus.
En tçhittaint lai vèlle po allaie de lai san de Coérdgenay, an péssait d’dôs ènne premiere poûetche, qu’ât aidé li, èt peus è fayait pare lai poûetche de Sïnt-Dgeurmïn, lai pus impoétchainte dés çïntche. An peut encoé voûere lo bés de sai toué, â care de lai Vie di 23 Djuïn. De cés dous poûetches que se cheuyïnt, demoérant lés mots « d’dos lés poûetches ».
Enson lai vèlle, lai d’riere poûetche, que raippelle ïn po moins ïn foûe tchété s’aipp’lait lai Saliere, poéche qu’an y voidgeait ènne réserve de sâ. Èlle bèyait tchu lai campaigne. Tiaind è y aivait ènne dyierre, ç’te poûetche demoérait aidé çhoue.
 bés de lai vie de Bure, dains lai muraye, ènne eûvieture ât aivu poichie po léchie péssaie lo traifitçhe, mains çoli ne feut dj’main ènne vartabye poûetche dains l’véye temps.
Dains mon biat di 9 d’aivri, i bèyôs dous trâs pichtes po paiyie cés ôvraidges. An en djaserait bïn grant, mains dés sous, tiaind an en veut... è s’y en trove. Craibïn qu’an porait achi pare son temps, èt c’ment dains lai véjainne Bourgogne, è Guédelon, léchie mâjenaie ces poûetches poi des ôvries aittaitchis és seinchâchions que raipp’lant lo Moyen-Aîdge. En pus, cés mâjenages en lai véye môde aimoinnerïnt dés touristes

Une utopie pour ma ville ? Pas si sûr (2) !

Dans mon billet du 9 avril, (Mag N° 4) j’avais en tête de redonner à notre ville de Porrentruy une partie de sa beauté d’antan, en reconstruisant les portes des remparts qui furent détruites pour laisser passer les voitures.
Maintenant qu’on va peut-être circuler à vingt kilomètres à l’heure dans la vieille ville et qu’on ne pense qu’à rejeter les voitures au dehors... ça ferait des ralentisseurs bienvenus.
La porte de de Courtedoux, qui a été démolie la dernière, devrait être rebâtie la première. Vous savez qu’en démolissant une vieille maison, ces derniers temps, on a mis à jour passablement de vieilles pierres qui faisaient partie de cette porte. Les gens du canton les ont fait mettre de côté... en attendant de les mettre en valeur. Et ce couplet de la chanson des Petignats, nous rappelle qu’en réalité cette porte avait une grande importance :

A la Porte de Courtedoux, ils sont armés entendez-vous ?
Ils sont armés entendez-vous ?
Petignat, chef de leurs cohortes, demande qu’on ouvre les portes...

Ces portes, on a assez de gravures qui les représentent et on pourrait les remettre à leur juste place, le plus souvent sans démolir de maisons voisines. Comme dans toutes les villes qui ont conservé ces témoins du passé, il faudrait bien sûr laisser un peu de place pour les voitures ou même les camions. A la Porte de France qui est toujours en fonction, tout se passe sans accrocs.
En quittant la ville pour aller du côté de Courgenay, on passait jadis sous une première porte, qui est toujours là, puis il fallait prendre la Porte Saint-Germain, la plus importante des cinq. On peut encore voir le bas de sa tour à l’angle de la Rue du 23 Juin. De ces deux portes qui se suivent, demeure l’expression « Sous les Portes ».
Au haut de la ville, la dernière porte qui rappelle un peu moins un château fort, s’appelait la Salière, parce qu’on y gardait une réserve de sel. Elle donnait sur la campagne. Quand il y avait une guerre, cette porte restait toujours fermée.
Au bas de la route de Bure, dans le rempart, une ouverture a été percée pour laisser passer le trafic, mais ce ne fut jamais une véritable porte dans l’ancien temps.
Dans mon billet du 9 avril, je donnais deux trois pistes pour payer ces ouvrages, On en parlerait bien longtemps, mais de l’argent, quand on en veut... il s’y en trouve.
Peut-être qu’on pourrait aussi prendre son temps, et, comme en Bourgogne voisine, à Guédelon, faire construire ces portes par des ouvriers attachés aux sensations qui rappellent le Moyen-Âge. En plus, ces constructions à la mode ancienne amèneraient des touristes.
L’micou

info document -  PDF - 69.8 ko