Par : Fleury LJ
Publié : 3 septembre 2012

Concours littéraire 2012

Tiere d’Aidjoûe, Terre d’Ajoie

Christiane Lapaire, Lai Graibeusse

TIERE D’AIDJOÛE

Oh mai tiere d’Aidjoûe

En lai roûe-neût di paitchi-feû

Chus lés tchaimps bruns ét moûes

Djünqu’à pie dés grands bôs

Lo vengnou ât defeû, po vengnie sés grïns d’oûe

À ré di s’raye, dôs lai yune

Dains lo ch’crèt dés djoés, lo michtère de lai neût

Lés grïns vaint crâttrent pou nos béyie yos fruts

Oh mai tiere d’Aidjoûe, bèlle ét dgén’rouse

Lés moûries ne faint pe meûris lés grïns que proméchant brament.


Et voili que lés tchaimps trichtes de l’huvie

Se çheuréchant de bèlles djânes matalas

En redeveniaint vois ét en se vétant de biès, d’oûerdge és épis bairbéyous

Oh mai tiere d’Aidjoûe, te m’euffres taint de rétchainces

Te tchaintes dôs més péssaies

Te me djâses âchi, te me djâses sains étre malaibiéchainte

Lés paivots gracious, gotte de saing, biassure

Me raippeulant que tchu c’te tiere djemais ran ne demoére

L’hanne y coégnât sés djoûes, sés poinnes, sés piaigis

Mains ïn djoés è dait meûrit !

Péssaidgies que nos sont, c’ment lai çhoé dés biès.


Oh mai tiere d’Aidjoûe

Lai tiere que me neurât

Tiaind te me r’cidrais dains ton tiûere tchâl’rou

Oh mai tiere hébèrdgeouse

Condus–me djainqu’à Bon Dûe !

Lai Graibeusse

info document -  PDF - 19.5 ko

TERRE D’AJOIE

Oh ma terre d’Ajoie

À l’aube du printemps

Sur les champs bruns et morts

Jusqu’au pied des grands bois

Le semeur est dehors pour semer ses grains d’or

Aux rayons du soleil, sous la lune

Dans le secret des jours, le mystère de la nuit

Les grains vont pousser pour nous donner leurs fruits

Oh ma terre d’Ajoie belle et généreuse

Les ronces n’étouffent pas les graines prometteuses.


Et voilà que les champs tristes de l’hiver

Se fleurissent de belles jonquilles jaunes

Redevenant verts et s’habillant de blés et d’orge aux épis barbus

Oh ma terre d’Ajoie, tu m’offres tant de richesses

Tu chantes sous mes pas,

Tu me parles aussi, me parles sans rudesse

Les coquelicots gracieux, gouttes de sang, blessure

Me rappellent que sur cette terre rien ne reste jamais

L’homme y connait ses joies, ses peines, ses plaisirs

Mais un jour il doit mourir !

Passagers que nous sommes, comme la fleur des blés.


Oh ma terre d’Ajoie

La terre qui me nourrit

Quand tu me recevras dans ton cœur chaleureux

Oh ma terre hospitalière

Conduis-moi jusqu’au Bon Dieu

Christiane Lapaire, avril 2012


Poème présenté à la Fête cantonale des patoisants, au Noirmont, le 2 septembre 2012