Par : Fleury LJ
Publié : 8 septembre 2013

La Chenille

Lai tch’nèye

Florian traduit par bernard Chapuis

Lu par Bernard Chapuis, Porrentruy

info document -  MP3 - 2.5 Mo

Lu par Michel Dominé, Vicques

info document -  MP3 - 1007.4 ko

Lai tch’nèye

Ïn djoué, totes soûetches d’animâs djasïnt entre yos,

Èt lônïnt brament le vare è choûe.

« Qué don, dyïnt-ès, môtre ci frondon

En compojaint cés flès che douçats, che fïns, che bés

Que faint lai rétchaince de l’hanne ! »

Tus braguïnt son ôvrâ èt tchaintïnt son embrûe.

È n’y aivait qu’ènne tch’nèye po trovaie des défâts

Èt po bâtchie dvaint les âtres ébâbis.

Èlle dyait "vôs craîtes" èt peus "poétchaint".

Ïn rnaid s’ât écriyè : « Chires, qu’i vôs échpyique,

Ç’ât que çte daime fele âchi ! »

Jean-Pierre de Florian

La chenille

Un jour, causant entre eux, différents animaux

Louaient beaucoup le ver à soie

« Quel talent, disaient-ils, cet insecte déploie

En composant ces fils si doux, si fins, si beaux

Qui de l’homme font la richesse ! »

Tous vantaient son travail, exaltaient son adresse :

Une chenille seule y trouvait des défauts,

Aux animaux surpris en faisait la critique,

Disait des mais et puis des si

Un renard s’écria « Messieurs, cela s’explique,

C’est que madame file aussi ! »

Jean-Pierre de Florian

Jean-Pierre Claris de Florian, né près de Sauve à Logrian, le 6 mars 1755 et mort à Sceaux le 13 septembre 1794, est un auteur dramatique, romancier, poète et fabuliste français.