Par : Fleury LJ
Publié : 22 août 2012

Michel d’Béfoue : Lou p’tchu d’lai grande Tiaitrine

Lou p’tchu d’lai grande Tiaitrine

E i ai bïn grant temps, tchu lés bâts d’Béfoue d’lai sen di yevaint, è i aivait enne soûetche de bâme qu’en aipplait lou p’tchu d’lai grante tiaitrine. An diait qu’s’était ïn réchte di véye tchété, lavou qu’s’trove mitnaint lai toué d’lai Miotte. L’eûsaidge nos dit qu’è s’y ai péssaie dous trichtes évén’ments. An n’sait pu tiend dans lou véye temps, aiprès c’te « révolution », enne djûene fenne, étraindgiere, d’aivô ïn aifnat, était airrivaie li po s ’botre en lai sôte, to po lée aiprès aivoi fait ènne grôsse rate de djûnence. Elle n’aivait ran qu’ses haîllons et dremait poi tiere tchu enne yétière d’étrîn. Elle suppoétchait sai poûertè sains s’piaindre, po vétçhie tçhétçhes boinnes dgens i f’saint lai tchairitaie.

In djoué d ’huvie qui aivait dgealaie foue, ïn hanne qu’péssait poi li trova lai djuenne fenne éleuchée poi tiere d’aivô son bouebat dains les brais, és étïnt tos lés dous moues d’faim ét d’fraid ... Niun n’en ai djasaie, cés dous poûeres bogres qu’sont v’nis d’piepe ïn yue s’en sont r’paitchis, cré bïn en pairaidis, éls l’aint tot même méritaie.

Lou saintie qu’moinait li était dev’ni mâdit, pô è pô lés ronces aint éffaicie lai traice qu’â tchoèe dains lai rébiaince. Dés onnaies ét des onnaies ont péssaie, lai mémoûere d’lai baichatte ét d’son mairmat s’sont évadnaies dains l’poussat di temps.

Et pe ïn djoué lai bâme â t’avu d’nové otiupaie poi enne fenne de croûye vétiaince qu’en aippelait lai grante Tiaitrine. Peute, tote véye, aibaindenaie, niun n’voéyant lai vouere o li djasaie. Djuenne ét belle, raînne dés caibairèts lés galaints i viraient atouè ét lai youcatte saivait bïn i fére po lés endjenâtchie ét tirie yote airdgent. Mitnaint élle poéyait allaie â diaîle. Vos voites qu’ment l’hichtouère s’répéte, ci yue était brâment lai promâsse d’péniteince ét d’épreûve. Lou temps pésse aiccompaignie d’mijére et d’décoraidg’ment. In djoué, lie âchi an l’ai trovaie mouetche dains son rédut. Dés hannes. tot de noi vétis l’aint botaie dains ïn sait ét poétchaie â ceimetére dains lai fosse des poûeres dgens.

Dadon, c’te bâme â t’aivu r’boûetchie ét le p’tchus d’lai grante tiaitrine â dev’ni enne fôle di temps péssaie.

Amis d’not patois, poétchais vos bïn.

L’michel d’Béfoue.

info document -  PDF - 147.6 ko