Publié : 19 décembre 2016

Deux grammes de graisse

Dous grammes de graiche

l’micou, Michel Cerf

Dous grammes de graiche

Bïn dés ainimâs, po totes soûetches de raijons, ne péssant’pe tote l’annèe dains lés meinmes yûes : dés oûejés, dés voulpés, dés poûechons... Cés viaidgeaintes bétes (animaux migrateurs) se dépiaiçant â long dés séjons, è case de lai fritçhaisse de l’huvie, o bïn poûeche qu’ès n’trovant pu è maindgie. Mains è y é d’âtres raijons encoé. Po quéques poûechons, lés sâmons poi ésempye, an on di mâ de compare ço que c’mainde yôs dépiaicements. Voili dés bétes que v’niant â monde dains lés r’vieres èt que péssant tote yôte vétçhaince dains lai mée, vou l’âve ât salèe. Poétchaint, èlles trovant lai foûeche de r’montaie lo courre dés r’vieres, quaji d’jainqu’en lai source, po ôvaie èt coitchi yôs ûes dains l’sabye, aivaint de r’paitchi dains lai mée.

Tchie nôs, lés hèlombrattes sont lés pu coignus viaidgeaints l’oûejés. Tiaind vïnt l’herbâ, èlles se raissembyant tchu lés flés, entre lés potés, èt tot d’ïn côp an n’lés voit pu. Èlles se sont envoulèes d’lai san d’l’Afrique po y péssaie lai croûeye séjon. È y en é que faint d’jainqu’è dieche mil kilométres po dyaingnie lo sud de l’Afrique. Meinme chi lai tchâlou èt lés ïnchectes ne mainquant’pe dains cés contrèes, lo s’né dès hèlombrattes yôs c’mainde, ïn bé djoué, de faire lo viaidge dains l’âtre san. Èlles revniant tchie nôs, r’trovaie aidé lés meinmes nids po y ôvaie, covaie yôs ûes èt bèyie néchaince en ènne novèlle djeûrnâchion.

Tiaind an muse qu’ïn hanne, proudju dains lés Côtes di Doubs, n’sairait bïn s’vent pu r’trovaie son tchmïn...

È y é dés viaidgeaints l’oûejés que m’léchant encoé pu ébabi qu’lés hèlombrattes. Ç’ât lés oûejés-moûetches (colibris). Lés pu p’tès d’cés oûejés faint è poinne dous grammes. Ès poyant voulaie tchu piaice po seûcie lo djus dés tçhoés sains s’posaie. Ès voulant ach’bïn en airiere qu’en aivaint, è pu de cinquante kilométres en ènne houre. Cés colibris péssant ènne paitchie d’l’annèe en Amérique, è Madagascar o â Mexique èt vaint se r’produre â Québec, vou lai tchâlou ât pu suppotchaibye. I vôs djase d’ïn oûejé que ne poije que dous grammes po ènne grantou de tras centimétres ! Po s’maintni quaji tot l’djoué en voule, cés colibris maindgeant aidé. Tiaint vïnt l’herbâ, po faire lo viaidge de rtoué en Amérique, yôte poisantou dait dobbiaie. Dali, ès botant dous grammes de graîche en résavre. Èt lés voili paitchis, en rotte, po ïn voule de mil kilométres entre lo Canada èt Madagascar o lo Mexique. Mil kilomètres sains s’posaie, en vinte-che houres, aivo po seigne résavre dous grammes de graiche ! Lai rotte traivoiche lai mée, portchaiyant d’lai foûeche de l’ouere. Lés mairïns lés voyant dés côps que raijant l’âve, è poinne dieche métres pu hât que lés vâdyes.

Dali, i coégnâs bïn dés dgens que poijant âtaint que cinquante mil colibris, mains que n’serïnt montaie lés égraies sains étre éçhoueçhès !

L’micou