Publié : 28 juillet 2018

Bouchoyer au temps passé

Botchoiyie de dains l’temps

Eribert Affolter

Botchoiyie de dains l’temps

Les fraids djoués de l’heûvie péssè, l’Yâde allait en lai foére d’Saignleudgie aitch’taie ïn léetan. Te réviserai qu’èl euche les aroiyes bïn drètes, yi dit lai Mairie. Èt peus què feuche bïn laîrdge, bïn coyat, dains les tyïnze tchu lai quoûe. L’soi, l’Yâde ïn côp dains l’nèz et lai paivou de r’cidre cac de lai Mairie, s’en r’vegniait de lai capitale des pives, d’aivô son léetan dôs l’brais que groingnait de faim et de grie.

Dâdon ci p’tét poûe bèyait bïn di tieûsain. In foérraidge bïn daidroit èt peus ènne boinne rétrainnure : po ènne vétiaince de poûe çoli n’était’p mâ. El arrivait des côps qu’les dgens de lai mâjon le pregneuchïnt d’aivô yôs po allaie en lai péture, dâli è poyait s’fotre d’l’hierbe bïn graiche è r’bousse-meûté, réchpirie l’bon air, è n’aivait pus qu’è engraichie.

Tiand les djoués ècmençant de v’ni couéts, en hèrbâ, lai Mairie aidjoutait, dains sai mèltre, des feuyaidges et des palures de pomattes d’aivô di creuchon. Poûere béte, è n’musait qu’è bâfraie, et lai Marie diait :
« l’poûe vïnt bïn grais èl è son bon brûe. Quéques côps lai Mairie méjurait, po échtimaie, son poitrâ èt diait : èl aippreutche les trente, ç’ât dje ènne bouènne béte ».

Le temps des caleindries n’était’p encoé v’ni, è fayait continuaie è engraichie ci poûe. En aittendaint ïn frâ temps dedains l’mois d’novembre po poyaie l’botchoiyie, c’ment les véyes nôs l’aivïnt aippris.

Lai Tôssaint péssèe, les tieurtis dgievrès et bïn s’vent ennoidgies, ainnoncant lai moûe d’tos cés poûes qu’è fayait bïn sacrifiè po bèyie è maindgie en tos cés dgens. È fat dire qu’c’était l’temps des consavres, l’frâ temps chi prâtait, è n’y aivait p’encoé d’moubye è faire di frâ c’ment adj’d’heû. È fayait eûsaie l’frâ d’lai neût. C’ât lai boétch’rie d’l’hèrbâ, qu’était s’vent c’té qu’nos devïnt faire po poyait aivoi d’lai tchie ïn cop poi s’nainne. Les âtres djoés è fayait maindgie d’lai sope â tieût pain, des pomattes, des tchô-raives. Les boénnes annèes, les paiyisains les pus rétches, botchoiyïnt, ïn vélat, ou bïn ïn tchevri. Les pus poûeres s’botïnt è dous ou trâ po tûaie ènne vaitche qu’n’bèyait pu prou d’laicé.

Les dgoés aiprés lai boétch’rie en s’bâfrait de frâtche tchie, boudïn, indoéyes, dgealèe, pe to s’qu’en n’poyait’p botaie soitchi en l’tyué. Lai Mairie savait bïn aipparayie tot les moéchelats di poûe.

E n’fayait’p craire qu’lai boétch’rie poyait s’faire n’ïmpoétche qué dgoé d’lai s’nainne. Aichurément ! po di chur lai séjon n’poyait’p étre tchaindgie mains po l’dgoé è fayait bïn révisaie. Po tuaie l’poûe è fayait aipp’laie l’Djoset, l’boûetchi di v’laidge. C’ât lu qu’décidait di djoé, l’vardé était l’pu aîgie.

L’Djoset, aivait aippontie tot d’pair lu. C’était ïn vâlat d’étâle d’dôs les Cerneux. Èl airrivait, en lai pitiatte di dgoé, d’aivo brâment d’coutés, ènne savoûratte, ènne molatte, ïn grand d’vaintrie. L’premie traivaiye était d’fifraie ïn côp d’niôle po s’rétchâdaie diét’té. È saivait namaie totes les paitchies di poûe, dâli qu’po les dgens di v’laidge c’n’était qu’d’lai tchie.

L’Djoset n’vegniait dains les mâjons qu’che les dgens l’aivïnt demaindaie. L’dûemoine, aiprés lai mâsse, d’vaint l’môtie, les dgens lu ritïnt aiprés po aivoi lai dâte d’lai boétch’rie.
È ne d’mandait’p d’airgent, ènne boénne nonne, è trïntchait aivo yos ènne boenne gotte, aitot r’paitchi d’aivo ïn bout de tchie di poûe. Dïnche èl avait brament d’tchie enson sai tieûjainne.

Niun n’dichcutait son prie pouch’que niun n’poyait s’en péssaie.

In côp, tchie l’Pierrat, l’Djoset f’sait boétchrie. L’Pierrat soûetchait l’poûe di boéton, èl était fie d’son poisaintou, è y pésse ènne coûedge en lai tchaimbe d’drie, è breuyiait, è groncenait, è s’musait bïn qu’enne poûerie s’aippointaie. L’boétchie aivait ïn grôs maiyat en bôs en lai main en attendaint l’moiyou môment po i fotre moétche.

T’é prât Pierrat, demaindait l’Djoset ?
Aye te peus y allaie.
L’Djoset y allé, étaint bïn chur d’son côp, mains lai béte ne boudg’pe.
Qu’âce que s’pésse ? Demaindé l’Djoset ?
I l’tïns bïn, diét l’Pierrat.

I n’voit’p bïn chaî-ci, vïnt ïn pô pu en lai lumiere. T’és prât ?
C’ti côp mire djeûte…
Nové côp d’maiyat, ran d’pu qu’d’vaint.
Tïnt c’te béte c’ment è fât.
L’Pierrat s’engraingne é dit â Djoset. C’te m’fô encoé ïn côp d’maiyat chu lai téte i laîtche
l’ poûe.

Voîli l’hichtoire qu’m’é racontaie mon onçha. C’ât dïnche dains mes s’eûv’nis d’djûenence, è y é craibïn ènne paît d’voir’té.

St- Mie, 14.04.2005/EA
Boétchaiyaidge de dains l’ temps
(défâtè poi J-M. Moine, en lai d’mainde de ç’t’ Eribert)

Les fraids djoués d’ l’ heûvie péssè, l’ Yâde allait en lai foére de Saignleudgie aitch’taie ïn léetan. Te révis’rés qu’ èl euche les aroiyes bïn drètes, yi dit lai Mairie. È peus qu’ è feuche bïn laîrdge, bïn coyat, dains les tyïnze tchu lai quoûe. L’ soi, l’ Yâde ïn côp dains l’ nèz, è lai paivou de r’cidre cac d’ lai Mairie, s’ en r’vegniait d’ lai capitale des pives, d’aivô son léetan dôs l’ brais que groingnait d’ faim è pe d’ grie.

Dâdon ci p’tét poûe yôs bèyait bïn di tieûsain. In foérraidge bïn daidroit è peus ènne boinne rétrainnure : po ènne vétiaince de poûe, çoli n’ était p’ mâ. Èl arrivait des côps qu’ les dgens
d’ lai mâjon l’ pregneuchïnt d’aivô yôs po allaie en lai péture, dâli è s’ poyait fotre d’ l’ hierbe bïn graiche è r’bousse-meûté, bïn édure ; è n’aivait pus qu’ è engraichie.

Tiaind qu’ les djoués ècmençant de v’ni couéts, en hèrbâ, lai Mairie aidjoutait, dains sai mèltre, des feuyaidges è des palures de pomattes d’aivô di creuchon. Poûere béte, è se n’ musait qu’ è bâfraie, è lai Marie diait : « L’ poûe vïnt bïn grais, èl é son bon brûe ».
Quéques côps lai Mairie méjurait, po échtimaie, son poitrâ è pe diait : « Èl aippreutche les trente, ç’ ât dj’ ènne bouènne béte ».

L’ temps des caleindries n’ était p’ encoé v’ni, è fayait aigongie è engraichie ci poûe, en aittendaint ïn frâ temps â mois d’ nôvembre po poyait l’ botchoiyie, c’ment qu’ les véyes nôs l’ aivïnt aippris.

Lai Tôssaint péssèe, les tieurtis dgievrès et bïn s’vent ennoidgies, ainnonçant lai moûe d’ tos cés poûes qu’ è fayait bïn saicrifiaie po bèyie è maindgie en tos ces dgens. È fat dire
qu’ c’ était l’temps des consavres, l’ frâ temps ch’ y prâtait, è n’ y aivait p’ encoé d’ moubye è faire di frâ c’ment qu’ adj’d’heû. È fayait eûsaie l’ frâ d’ lai neût. Ç’ ât lai boétch’rie
d’ l’ hèrbâ, qu’ était s’vent ç’té qu’ nôs daivïns faire po poyait aivoi d’ lai tchie ïn cop poi s’nainne. Les âtres djoés è fayait maindgie d’ lai sope â tieût pain, des pomattes, des tchôs-raives. Les boinnes annèes, les paiyisains les pus rétches botchoiyïnt ïn vélat ou bïn ïn tchevri. Les pus poûeres s’ botïnt è dous ou trâs po tûaie ènne vaitche que n’ bèyait pu prou d’ laicé.

Les djoés aiprés l’ boétchaiyaidge, an s’ bâfrait de frâtche tchie, d’ boudïn, d’ indoéyes,
de dgealèe, pe d’ tot ç’ qu’ an n’ poyait p’ botaie soitchi dains l’ tyué. Lai Mairie savait bïn aipparayie tos les moéch’lats di poûe.

È n’ fayait p’ craire qu’ le boétchaiyaidge s’ poyait faire n’ïmpoétche qué djoé d’ lai s’nainne. Aichurément ! Po di chur lai séjon n’ poyait p’ étre tchaindgie mains po l’ djoé, è fayait bïn révisaie. Po tuaie l’ poûe è fayait aipp’laie l’ Djôset, l’ boétchie di v’laidge. Ç’ ât lu
qu’ déchidait di djoé ; l’ vardé était l’ pu aîgie.

L’ Djôset, aivait aippontie tot d’ pair lu. C’ était ïn vâlat d’ étâle de dôs les Cerneux.
Èl airrivait, en lai pitiatte di djoé, d’aivo brâment d’ coutés, ènne savoûratte, ènne molatte,
ïn grôs d’vaintrie. L’ premie traivaiye était d’ fifraie ïn côp d’ niôle po s’ rétchâdaie diait-té.
È saivait namaie totes les paitchies di poûe, dâli qu’ po les dgens di v’laidge, c’ n’ était ran qu’ d’ lai tchie.

L’ Djôset n’ v’niait dains les mâjons qu’ che les dgens l’ aivïnt demaindè. L’ dûemoine, aiprés lai mâsse, d’vaint l’ môtie, les dgens yi ritïnt aiprés po aivoi lai dâte di boétchaiyaidge.
È ne d’mandait p’ d’airgent, ran qu’ ènne boénne nonne. È trïntçhait d’aivô yôs ènne boinne gotte, pe r’paitchait aitot d’aivo ïn bout d’ tchie di poûe. Dïnche èl avait brament d’ tchie enson sai tieûjainne.

Niun n’ dichcutait son prie, pouch’que niun s’ n’ en poyait péssaie.

Ïn côp, tchie l’ Pierrat, l’ Djôset f’sait boétchrie. L’ Pierrat soûetché l’ poûe di boéton. Èl était fie d’sai poisaintou. È y péssé ènne coûedge en lai tchaimbe de drie. È breûyait, è gronç’nait, è s’musait bïn qu’ ènne poûerie s’aippointait. L’ boétchie aivait ïn grôs maiyat en bôs en lai main, pe attendait l’moiyou môment po y’ fotre moétche.

T’ és prât Pierrat, que dmaindé l’ Djôset ?
Aye, t’ yi peus allaie.
L’ Djôset y allé, étaint bïn chur d’ son côp, mains lai béte ne boudgé pe.
Qu’ ât ç’ qu’ se pésse que d’maindé l’ Djôset ?
I l’ tïns bïn, dié l’ Pierrat.

I n’ vois p’ bïn chaî poi ci. Vïns ïn pô pu en lai lumiere ! T’ és prât ?
Ç’ti côp, mire djeûte… $1
Nové côp d’maiyat, ran d’ pu que d’vaint.
Tïns ç’te béte c’ment qu’ è fât !
L’ Pierrat s’engraingné. È dié â Djôset : « Ch’ te m’ fôs encoé ïn côp d’ maiyat chu lai téte,
i laîtche le poûe ».

Voîli l’ hichtoire qu’ m’ é raicontè mon onçha. Ç’ ât dïnche dains mes seûv’nis d’ djûenence. È y é craibïn ènne paît d’ voir’té.

St- Mie, 14.04.2005/EA