Publié : 11 octobre

Octobre

Octobre

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 11 octobre 2019

Octobre

Inspiré deFrançois Coppée (1842-1908)

D’vaint que lai r’viere ne feuche en yaice,
I m’ veus botaie â devaint-l’heûs
Po oûyi les drieres ailombrates
Èt foraie mon nez dains les çhoès.

Tos les aibres piedant yos feuyes.
Ç’ât des étius d’oûe que tchoéyant.
Le soraye dains le cie en fûe
Çhôrit és byâtès que meurant

Mains tot çoli ne veut pe durie.
Les métchainnes pieudges aippreutchant.
D’vaint que l’airriere l’èrbâ venieuche
I m’ veus sietaie â d’vaint-l’heûs.

En révijaint les ailombrates,
I veus rébyaie l’huvie que vïnt
Écouvaie d’aivô son rété
Les échpoirs dôs les feuyes d’oûe.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.2 Mo

Octobre

Inspiré deFrançois Coppée (1842-1908)

Avant que la rivière ne gèle
Je vais m’asseoir sur le seuil
Pour écouter les dernières hirondelles
Et mettre mon nez dans les fleurs.

Tous les arbres perdent leurs feuilles.
Ce sont autant d’écus d’or qui tombent.
Le soleil dans le ciel en feu
Sourit aux beautés qui meurent.

Tout cela ne va pas durer.
Les méchantes pluies s’approchent.
Avant que vienne l’arrière-automne
Je vais m’asseoir sur le seuil.

En contemplant les hirondelles
Je veux oublier que l’hiver
Arrive armé de son râteau
Balayer les espoirs sous les feuilles d’or.