Par : Fleury LJ
Publié : 13 février 2011

Le dédjunon

Le dédjunon est un Kamishibaï, écrit par jeannine Jacquat, illustré par Marie Veya.

Il a été traduit en patois par Denis Frund, en allemand par Michel Freudenberger, en anglais par Sylvie Bailly, en espagnol par Eddie Hännggi.

Il a été publié en 2008 aux éditions Mirifique, à Porrentruy.

Le Kamishibaï peut être emprunté au Centre de ressources de la HEP BEJUNE, à Porrentruy. Cote : Multilingue JAC.

Dédjunon

1 Le dédjunon

Dédjunon 2

2 Ènne p’tète raite se révoiye en baîyaint.

3 Èlle se frotte les euyes, étire ses paittes, eurmue lai quoûe.

4 Sai mére n’aipparaye pus son dédjunon, poche qu’èlle ât grante mitnaint. Son pére ât dje pairti dains les tchaimps. Èlle conniat le tchmïn que moène â métra.

Dédjunon

5 Po se servi, èlle dait allaie feû de lai tçhaive, traivoichie lai tçheûjainne de traivie djuqu’è l’airmére è résèrves.Le tchait doûe de lai sens de l’âvie. Craibïn qu’èl ât dje feû.

6 Èlle se richque prudeinn’ment. An n’voit ran. Èlle trottene d’lai sens di métra èt peus d’lai tâle. Li, èlle se coitche drie ïn pilie d’vaint d’en entrepâre l’aiscenchion.

Dédjunon

7 Èlle bèye ïn drie côp d’euye de totes les sens. Gâtche, drète, gâtche, c’ment sai mére y é aippris. Tiaind qu’è y é di daindgie, è n’fât ran rébiaie.

Dédjunon

8 Èlle grïmpe. Taint d’tchaince, lai pôrte ât entreuvrie et lai cieutche è formaidge
ât dmoérèe tchu lai tâle. Tchu l’aissiete : ïn coûaint (coulaint) Mont-d’oûe. Çoli s’ré po le dessert(déssietche). Èlle bèye l’aissât ât parmesan. Ïn gros moéché c’ment èlle n’en é encoé d’jmais vu. Dïnche ènne montaigne ! Ê fât dire qu’èlle demouére en Suisse et tot l’monde sait que les Suisses n’imaîdginant p’ d’âtres montaignes que les loûes et qu’ès n’ coégnéchant qu’ le … raîpè parmesan.

Dédjunon

9 Ses dents léchant de bèlles petètes traices â yevaint di moéché de formaidge.
Ç’ât du, mains ç’ât bon !

10 GrosMinet, lu, ât allè feû en lai pitçhatte di djo. Èl é ïn lardgie sanne dâs quéque temps. Son poi ât gris. Èl ât dev’ni véye.

11 Le permie côp qu’èl é léchi fure ènne raite, èl en ât aiyu trichte duraint tchïnze djos.

Dédjunon

12 Le pé airrivé poétchaint le djo voù è n’ feut pus réchpèctè dains le quartie c’ment le mèrgat, tchèf des tchaits. Ci djo-li, è s’baittè daivô ïn fignolou d’siamois.

13 D’ïn côp, è predjé sai cène (domoène), mains djaingné lai churtè di déséchpoi.

È n’était pus bon è ran.

Dédjunon

14 GrosMinet s’promoinne mitnaint dains le p’tèt biève maitïn. Ç’ât ïn p’tèt fraid maitïn de décembre et sains chéraince. È tchemine lai téte pentchie, predju dains ses musattes, è révise lai tiere.

15 Po les tchaits, c’n’ât p’ bon de révisaie l’sô. Po les dgens non pus, c’n’ât p’ bon. An n’ voit airrivaie ne le bonhèye, ne le malhèye.

16 È n’é p’ le tiûere è graint-tchôse. Èl écoûetche sai promenade. Tiaind qu’èl entre dains lai tçheûjainne, è détieuvre tot comptant lai sentou d’lai p’tète raite. Son bon nèz (çhérment) ât d’mouérè fïn.

17 Ses mouch’taitches s’tendant de piaîji, è rétend ses muchques et hop ! d’ïn sât èl ât chu lai tâle.

Dédjunon

18 È trove lai p’tète rondgeouse piaintèe enson di moéché de parmesan, c’ment l’draipé suisse tchu le Cervïn. È détieuvrè. È lai foudraye des euyes. Lai p’tète raite, pairailijèe pai lai pavou, ècmence de se r’penti de son haidgience. (toupèt)

Dédjunon

19 Trop taîd. Èlle sent dje les cros di tchait chu son cô.

20 Mains GrosMinet n’é p’ faim et encoè moins envie de djûere. Dains ses euyes se riut le grant lai de lai solitude.

Dédjunon

21 Dâli è dit : Ah ! p’tète raite, p’tète raite c’que t’és bèlle et taitieûte. Te dais étre brâment boénne è croquaie. I porôs te maindgie tote crue, mains âchi seurpregniaint que çoli paireuche, i n’en n’aî p’ envie.

22 Lai p’tète raite n’é d’jmais oyu ïn tchait dïnche djâsaie. È porcheut : F’sans ïn mairtchie. I te léche piaîn po touedge che te vïns tos les sois reudjyie lai feuille vés mes aroiyes.

23 Lai p’tète raite, tot haiy’rouse de s’en tirie che bïn, accèpte.

Dédjunon

24 Dâs ci djo-li, tchéque soi, ès se r’trovant dôs lai tchaîrmèye. Le véye tchait yi raiconte les coueyenries de sai djûenasse, tiaind qu’èl était tchait de gottiere,ses promenades chu les toits, ses combaits (yuttes) de tchait, ses valmons de p’tèts tchaits. Èt peus ès s’ coidgeant et aidmirant l’étoilèe neût.

25 Vés mineût, d’vaint de rentraie, èlle reudjye c’ment convni ïn moéché de lai feuille qu’èlle é tirie feû d’lai caîs’latte è bôs. GrosMinet ainme brâment les novèlles di djo. Èlle reudjye bâlment po qu’è poyeuche bïn cheudre. Èlle ât bïn aippliquèe.

26 Quéques côps, èlle le raivoéte de ses bieus euyes de p’tète raite, aivô des côps ïn éyujon de pavou dains ses euyes tiaind qu’èlle se fot dedains de mot ou bïn de laingne.

27 GrosMinet ôt (écoute) en f’saint bïn aittention és sïns qu’èlle bote feû et rontche bâlment (dit bâlment des pautrenates). Ès sont devnis les moiyous aimis di monde.


En hèrbâ 2007 Denis Frund


Le texte en français

Le déjeuner -  PDF - 56.7 ko
Le déjeuner

Le texte en patois

info document -  Word - 19 ko