Par : Fleury LJ
Publié : 29 juillet 2011

Lai voirtè

Te n’dirés p’des mentes

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 29.7.2011 www.lqj.ch

L’Amand de Dôs-lés-Tiyâts détchairge le bôs d’lai tiûre. Èl ât chus l’tchairrat èt peus è yaince lés beûtches en son boûebe que les bote en moncé contre le murat. Tot poi ïn bé côp, rouf ! Ènne beûtche yaincie trop foûe s’en vïnt bretçhaie ènne tabatçhiere d’lai tçhaive.

« Saqueurdûe, éh bïn, nôs sons bés ! »

– Ècoute, qu’è dit en son boûebe. Se l’tiurie te dmainde tiu ç’ât qu’é bretçhè çte tabatçhiere, te n’dirés p’des mentes. Te yi dirés lai voirtè : ç’ât mon pére, mains è n’é p’faît échqueprès. T’és oûyi ?

Lo djoé d’aiprés, â catétçhisse, â yûe de cheûdre la yesson, l’afaint musaît en çt’aiffére.

– Hé, toi, le rêveur, qu’yi dit l’tiurie, dis-moi qui t’a créé et mis au monde ?

Ç’ât mon pére, Mossieu l’Tiurie, mains i vôs djure qu’è n’é p’faît échqueprès.

A la question du prêtre, l’élève répond :

– C’est mon père, Monsieur le Curé, mais il n’a pas fait exprès.

Bernard Chapuis, QJ 110729 -  PDF - 80.7 ko
Bernard Chapuis, QJ 110729