Par : Fleury LJ
Publié : 22 février 2013

Vue trouble

Troubye beûye

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 22 février 2013

Po les Bniessons, not’ tiurie é invitè son évêtçhe. Èl é envie d’se faire bïn voûere. Voili qu’ès sont è tâle tos les dous. Lai servante de tiure yôs é aiyûe ènne boénne moirrande. Ch’lai tâle, èlle é enfûe ènne roudge tchaindèlle.

Les dous prétres maindgeant d’ïn bon peûtou. Ç’ât quèls aint aivu ènne rude vâprèe, pratchie, conféssaie. Aiprés l’sâmon, voili ïn bé reûti d’aivô des floutes.Èls avaint dj’chlappè ènne botaye de bianc en l’aipéritif. Mit’naint, le chire di yûe déboétche ènne premiere botaye de roudge. Aiprés l’déssietche, le noi café d’aivô l’âve de c’liejes di Mont d’Tieuve.

– Ç’ât de l’ai boènne, dit l’évêtçhe.

Tot poi ïn bé côp, è révije lai tchaindèlle ch’lai tâle :

– Mains, qu’é dit, vôs saites que ç’ât lai crije. Vôs ôéyes se serrant l’badri. An n’ménaidge dj’mais prou. Poquoi qu’vôs èz botè dous tchaindèlles ch’lai tâle ?

– Mains, è n’y en é qu’ènne, Monseigneur.

Au terme d’un repas plantureux, l’évêque ressent les effets des grands crûs.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.2 Mo

info document -  PDF - 78.3 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">