Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Le Taignon, amicale des patoisants des Franches-Montagnes > L’amicale Le Taignon, son théâtre et son petit vent de jeunesse
Par : Fleury LJ
Publié : 15 mars 2013

Assemblée

L’amicale Le Taignon, son théâtre et son petit vent de jeunesse

Article d’Eribert Affolter, paru dans LQJ du 14 mars 2013

L’Amicale des patoisants Le Taignon, forte d’une cinquantaine de membres, s’est retrouvée récemment en assemblée.

Nôs ains djâsaie des aiffaires de note Aimicale. Enne tot boénne novelle : nôs ains aitieuyie quaitre novés membres. In miraîche obïn ènne annèe sainte. « Nous avons parlé des affaires de l’Amicale. Une toute bonne nouvelle : nous avons accueilli quatre nouveaux membres. Un miracle ou une année sainte. »

Où sont Les Bois et Les Breuleux ?

Nôs ains pailait de note chorale, di théâtre, de nôs sous, de nôs djâseries. Tos les dgens étïnt d’aiccoue de r’botaie le boéré po ènne annèe. « Nous avons parlé de notre chorale, de nos sous, de nos causeries. Tous étaient d’accord de remettre le collier pour une année. »

L’Amicale s’est demandée pourquoi il y avait si peu de membres des Bois et des Breuleux. Les personnes intéressées de ces villages peuvent s’adresser à cet effet à Eribert Affolter au Noirmont.

Deux jeunes au théâtre

In rai de soraye dains note souchitè : po le théâtre, nôs ains dous djeûnes que se béyant brâment de poème. In bouebat, qu’é dje djue l’annèe péssèe, èt ènne baîchatte qu’ât bïn hèyerouse tchu les lavons. Ces dous djeûnes sont t’aivu en l’écôle di patois. Es fât craire que lai voigne é t’aivu bïn piantè. « Un rayon de soleil dans notre société : pour le théâtre, nous avons deux jeunes qui se donnent beaucoup de peine. Un garçon qui a déjà joué l’année passée et une fille qui est bien heureuse sur scène. Ces deux jeunes sont allés à l’école du patois. Il faut croire que la graine a été bien plantée. »

Une sortie à Bulle

Les Taignons aint âchi mis â yote programme ènne grosse aictivitè po l’annèe qu’vint. Nôs airains lai féte internationale di patois ès Bulle, tchi les Dzodzais. Coli fait doues annèes qu’é aippointant c’te féte. Les Taignons aint di piaîji de s’raissembièe èt de péssaie des boussiattes ensoinne. Es djâsant, ès tchaintant, ès riolant. « Les Taignons ont aussi écrit au programme une grande activité pour l’année prochaine. Les Taignons ont du plaisir à se retrouver et à passer des moments ensemble. Ils causent, ils chantent, ils rient… » C’est bien meilleur marché que de consulter un médecin.

Les patoisants sont des bons vivants. Bïn chur, lai lovrèe ç’ât fini pai ènne boénne moirande, ïn bon varre de vïn, ïn cafelat èt ï p’tét tchissat. Aiprés çoli, ès s’sont r’mijie èl était quasi lai mineût. « Bien sûr, la soirée s’est finie par un bon souper, un bon verre de vin et une petite goutte. Après cela nous sommes retournés, chez nous, il était presque minuit. »