Publié : 3 février

Un bourdalou

Ïn bourdalou

Jean-Marie Moine, Arc Hebdo janvier 2017

Ïn bourdalou

En l’èc’menç’ment de ç’t’ annèe, nôs sont aivu, mai fanne mon fé è pe moi, péssaie quéques djoués è Pairis, po envèllie mon bâ-frére que, dâs nûef ans mit’naint, pésse ses djoénèes dains son yét obïn dains ïn rôlaint sietou, dains ïn hôpitâ d’lai pairijïnne bainleuce. C’ment qu’nôs péssïns d’vaint l’môtie d’Sïnt-Sulpiche, nôs y’sons entrè po ïn pô prayie. Nôs ains âchi fait le toué di grôs b’né chituè ch’ le poérdge de ci môtie. Des grôs lions entouérant ènne soûe-tche de maichive laintiene, poichie d’nétches dains léqués sont chculptè les bizats d’quaitre grôsses dgens di môtie, des grôs prâdgeous di temps d’aiprés lai Réframe. Tot comptant i m’seus musè en note Valérie d’Délle qu’vïnt en totes les séainches di Voiyïn nôs aippâre âtçhe di patois, pe qu’le fait aidé daivô son aivégie pe aimâbye bon s’né. Ïn djoué, èlle nôs aivait r’contè ènne hichtoire qu’se raippoétchait ïn pô en ci Louyis Bourdaloue. Ç’tu-ci naché en 1632 è Boérdges, entré dains l’oûedre des Djéjuites pe èc’mencé d’prâdgie. Èl eut tot comptant ïn vyi vait-bïn, v’nié è Pairis laivoù qu’è dev’nié l’bote-feû que prâdgeait l’pus ch’vent d’vaint lai Coué. È prononché chutôt dieche séries de prâdges, sait po l’aiveint, sait po lai couarïnme, réchitaint d’mémoûere son tèchte, daivô des dgèchtes qu’aint ébâbi pe des côps heursè ; des témoingnaidges de ci temps-li confiermant qu’è prâdgeait les eûyes framès. Ci Bourdaloue, che diff’reint d’ci Bochuèt, é piaîju és couteimpoérains poi lai loudgique ébre-djion pe lai roidyou d’ses dév’yopp’ments, poi lai soingne de ses morèyes ainayijes. È f’sait des « pourtrèts » laivoù qu’les bïn rensoingnies dgens détieûvrïnt soîe des aiyujions qu’ yôs piaîjïnt. Notèz qu’ci Bochuèt fidyure dains ènne des nétchches di b’né, mains qu’ci Bour-daloue n’y’ ât p’ ! I en r’vïns en nôte Valérie. Tiaind qu’èlle airrivé quâsi en lai fïn d’son échqu’pojè, èlle soûetché d’son sait ïn bourdalou pe l’boté â moitan d’lai tâle. Tot l’monde écâché d’rire ! È fât dire que bourdalou, ç’ât l’nom qu’an ont bèyie en ïn potat pichat, poi aiyujion és grantes è pénibyes aittentes â môtie qu’les aimpyes chèrmouns d’ci Bourdaloue âtresennïnt en l’aissôv’tè d’chèrtans naiturâs bsains.

Bourdalou, ç’ât âchi, en frainçais pe en patois, l nom d’doûes âtres tchôjes : 1) ènne trâsse, ïn coérdgeon obïn ïn riban d’ tchaipé, daivô ène bouçhe (è pairât qu’ci Bourdaloue en poétchait yun) ; 2) ènne bainde de vèrni tiûere que gairnât d’feûment lai baîje d’ïn tchaico [un shako].

J-M.Moine

Un bourdalou

Au commencement de cette année, nous sommes allés, ma femme mon fils et moi, passer quelques jours à Paris, pour visiter mon beau-frère qui, depuis neuf ans maintenant, passe ses journées dans son lit ou dans un fauteuil roulant, dans un hôpital de la banlieue parisienne. Comme nous passions devant l’église Saint-Sulpice, nous y sommes entrés pour prier. Nous avons aussi fait le tour de la grande fontaine située sur le parvis de cette église. Des gros lions entourent une sorte de lanterne massive, percée de niches dans lesquelles sont sculptés les statues de quatre personnes importantes de l’église, de grands prédicateurs de l’époque d’après la Réforme. J’ai immédiatement pensé à notre Valérie de Delle qui vient à toutes les séances du Voiyïn (le Cercle d’étude du patois) nous apprendre quelque chose du patois, et qui le fait toujours avec son aimable bon humour habituel. Un jour, elle nous avait raconté une histoire qui se rapportait quelque peu à Louis Bourdaloue. Celui-ci naquit en 1632 à Bourges, entra dans l’ordre des Jésuites, et commença à prêcher. Il eut tout de suite un vif succès, vint à Paris où il devint l’orateur qui prêchait le plus souvent devant la Cour. Il prononça surtout dix séries de sermons, soit pour l’avent, soit pour le carême, récitant de mémoire son texte, avec des gestes qui ont étonné et parfois choqué ; des témoignages de l’époque confirment qu’il prêchait les yeux fermés. Bourdaloue, si différent de Bossuet a plu aux contemporains par la précision logique et la rigueur de ses développements, par la minutie de ses analyses morales. Il faisait des « portraits » où les gens bien renseignés découvraient sans peine des allusions qui leur plaisaient. Notez que Bossuet figure dans une des niches de la fontaine, mais que Bourdaloue n’y est pas ! J’en reviens à notre Valérie. Quand elle arriva presque à la fin de son exposé, elle sortit de son sac un bourdalou et le posa au milieu de la table. Tout le monde éclata de rire ! Il faut dire que bourdalou, c’est le nom qu’on a donné à un pot de chambre, par allusion aux longues et pénibles attentes à l’église, que les amples sermons de Bourdaloue opposaient à la satisfaction de certains besoins naturels.

Bourdalou, c’est aussi, en français et en patois, le nom de deux autres choses : 1) une tresse, un cordon ou un ruban de chapeau, avec une boucle (il paraît que Bourdaloue en portait un) ; 2) une bande de cuir verni garnissant extérieurement la base d’un shako.

J-M. Moine