Publié : 18 février 2017

Mon Dieu, c’était un temps rude, difficile !

Mon Dûe, c’était ïn rude temps !

l’micou, Michel Cerf, 18 février 2017

Paru dans l’Ajoie, 170218

Mon Dûe, c’était ïn rude temps !

« I en aî coégnu yûn, tiaind èl é èc’mencie d’allaie en l’écôle, lo premier djoué, sés pairents yi d’maindïnt : è yi fait bon en l’écôle ? » « È y f’rait prou bon, mains i n’y comprends ran, ès djasant tôt allemand ! » Ç’t’afaint, que n’saivait’pe ïn mot de frainçais, craiyait qu’lo raicodgère yi djasait en allemoûese. « Tchie nôs, poidé, més pairents djasïnt tot en patois, èt nôs, lés afaints, aichbïn. Mains tiaind è y v’nait quéqu’yûn que n’était pe de lai faimille, ès s’botïnt è yi djasaie en frainçais, èt nôs, lés afaints, çoli nôs f’sait bïn rire. »
Voili c’ment nôs sont paitchis en dichcuchion, l’âtre djûedi, è Tchevenez, tiaind i seus allaie voûere lai Jeannette. (I l’aippelle dïnche poûeche que ç’ât ènne aimie d’lai rotte dés patoisaints...) Chur qu’èlle en é dés seuvnis. « Ïn djoué, mon hanne me dit : te sais, nôs s’dairïns botaie è djasaie patois en l’hôtâ... Ô nian, qu’i yi aî réponju, ç’ât bon po lés véyes ! I airôs meu fait d’l’écoutaie, poûeche qu’âdj’d’heû, i aî rébiè bïn dés patois mots ! »

Po porcheûdre, i dis : « Tiaind i étôs afaint, en lai mâjon, è y v’nait brâment de Tchevenez po voûere més pairents, o sïmpyement po boire ïn voirre. È y v’nait dés ôvries, dés copous... èt, l’dûemoine, i m’sovïns de l’Antoéne de lai pochte qu’était ïn aimi d’mon pére. » « Ô, aivô més pairents, i yi seus montè bïn dés côps, aivô l’Antoéne.  ! lu, èl était di temps, ïn dgentit l’hanne, èt pe èl en saivait dés loûenes. Ô, lâ lâ ! Aivô lu nôs ains riè. È f’sait d’lai polititçhe aivô mon pére. Ès étïns di meinme paitchi, lés nois, poidé. Ès étïns â tieûmnâ en lai fois. Mon pére, c’était ïn fô d’polititçhe... » Èt moi de porcheûdre :« Ô, ton hanne, i l’aî bïn coégnu, c’n’était pe lo d’rie en polititçhe... » « Mon hanne... En premie que nôs nôs voyïns, mon pére graimoinait. È n’le v’lait pe. Mains bïntôt è l’é aiccèptè èt ç’ât aivu l’moyou ! Mon hanne ât aivu ch’crétaire de tçheûmene, mais, achi, èl aivait ïn commerce de vïn. C’n’était pe aijie. I aivôs ché l’afaints èt lés dgens v’nïnt aitch’taie yôt vïn en n’ïmpoétche quélle houre. Tiaind qu’è y aivait d’lai lumiere, ès v’nïnt, dès côps djainqu’en méneût. L’dûemoine, aiprés lai mâsse, c’était lés haibituès : ès s’botïnt dains ènne tchaimbratte â long de lai tieûjainne. Di temps qu’i finichôs mai nonne, i lés écoutôs. Yôs fannes gremoinïnt poûeche que çoli durait grant... I yôs dios : Ès sont prou gros, yôs hannes, ès saint ço qu’ès daint faire ! È y aivait bïn è rire aivô ç’te polititçhe. Mon Dûe, lés roudges èt pe lés nois. » « Ô ! qu’i y dis po ïn pô l’enheurcie, mains dains ci v’laidge de nois, mitnaint ç’ât ïn roudge qu’ât mére ! » Mains lé, ne s’léche pe ébâbi ! « Bïn chur lés temps aint bïn tchaindgies... mains è fait son traivaiye ! »

« Âtre tchôse qu’é tchaindgie : te sais qu’mai mére ne saivait pe allaie en vélo ? Nôs allïns tot è pie, di temps d’lai f’nèjon. È y aivait ènne soeur que s’occupait di paitronaidge. Èlle c’maindait tot l’monde, meinme lo tiurie. Lés baîchattes n’aivïnt’pe lo drait d’allaie en vélo. Èlles aivïnt poétchaint cés grantes djipes qu’allïnt djainqu’â pies èt que coitchïnt yôs dg’nonyes... Po allaie dains lés tchaimps, ènne aimie s’était copè lai tchoupe... È bïn çte soeur l’aivait fotu feû di paitronaidge ! In côp, lai fanfare dés nois aivait fait ènne féte champétre. Totes les baîchattes qu’aivïnt dainsie en ç’te féte aint daivu allaie d’maindaie poidgeon en lai soeur... »

Chur que lés temps étïnt pu dus qu’mitnaint !
L’micou