Publié : 22 septembre

Comme à la chasse

C’ment lai tcheusse

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 22 septembre 2017

C’ment lai tcheusse

Ci djûene coupye é fait les tchoses d’aidroit. D’vaint que d’ péssaie â môtie, èls aint cheuyè ïn coué d’ prépairaition â mairiaidge laivou qu’an yôs é djâsè de pur’tè. Chutot, pe de r’lachion aivaint l’ mairiaidge. È n’empâtche que, dje â bout d’ chés mois de vétyaince ensoène, èls aint aivu ïn p’tèt l’afaint, ïn ptèt bouebat. Èls l’aint baptijie sains tairdgie. Rémi, qu’èls l’aint aipp’lè, c’ment l’ pére èt c’ment l’ grant-pére.

L’èrbâ, le djûene mairiè é pris lai patente de tcheusse. Le djoué d’ l’ouverture, è pait d’aivô son sait â dos èt son kwéhr en l’épâle. En l’ourée di bôs, è voit péssaie ènne béte dains l’ailombre di maitïn. « Nom de diou, ç’ât ènne lievre ! Ènne tote bèlle lievre. Lai paitronne veut étre contente. Çoli s’ré not’ r’cegnon di dûemouène. »

Èl épâle son fie-fûe èt vije. È n’é p’ le temps d“aippu”yie ch’ lai gaitchatte qu’ lai lievre fait ïn sât èt tchoé poi tiere, tyuée ch’ le côp. Le tcheussou s’dit : « Qu’â-ce qu’è s’ât péssè ? Çte lievre ât tchoé èt peus i n’aî meinme pe tirie. »

È r’vïnt en l’hôtâ èt peus è raiconte son aiventure en son pére, Rémi le véye, tcheussou c’ment lu èt peus hanne d’échpérience.

—  Qu’ât-ce te veus, qu’è yi dit, ç’ât c’ment d’aivô ton bouebat, le p’tèt Rémi, qu’ât tchoé â monde â bout d’ chés mois d’ mairiaidge. C’en ât yun qu’é tirie avaint toi.

Note

Lièvre est masculin en français mais féminin en patois (ènne lievre).

Fusil se dit kwéhr ou fie-fûe.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.8 Mo

Comme à la chasse

Ce jeune couple a bien fait les choses. Avant de passer à l’église, ils ont suivi un cours de préparation au mariage où on leur a parlé notamment de pureté. Surtout, pas de relation avant le mariage. Toujours est-il que, au bout de six mois de vie commune, ils ont eu un petit garçon. Ils l’ont baptisé sans tarder et l’ont appelé Rémi, comme le père et le grand-père.

L’automne venu, le jeune marié a pris la patente de chasse. Le jour de l’ouverture, il part avec son sac au dos et son fusil à l’épaule. A l’orée du bois, il voit passer une bête dans l’ombre du matin. « Nom de diou, c’est un lièvre ! Un tout beau lièvre. La patronne sera contente. Cela fera notre repas de dimanche. »

Il épaule et vise. Il n’a pas le temps d’appuyer sur la gâchette que le lièvre fait un saut et tombe au sol, tué sur le coup. Le chasseur se dit : « Qu’est-ce qui s’est passé ? Ce lièvre est tombé et je n’ai même pas tiré. »

De retour à la maison, il raconte son aventure à son père, Rémi le vieux, chasseur comme lui et homme d’expérience.

—  Qu’est-ce que tu veux, lui dit-il, c’est comme avec ton fiston, le petit Rémi, né au bout de six mois de mariage. C’est quelqu’un qui a tiré avant toi.


La chronique patoise du QJ en direct :