Par : Fleury LJ
Publié : 20 août 2009

Denis Frund, RFJ, 5 juillet 2009

RFJ

Rubrique en patois du 5 juillet 2009

Auteur : Denis Frund

DFrund_RFJ090705.mp3 -  MP3 - 3.5 Mo
DFrund_RFJ090705.mp3

Bïn l’bondjo en tot l’monde. Po écmencie, i vorôs adjd’heû dire quéques mots chu c’que ç’ât péssè le drie dûemoine, dains le Vâ. I djâse de c’qu’ès aint nanmmè « Slow up », que vïnt d’ l’andyais et que m’fait v’ni grègne poch’que mitnaint, po étre en lai môde, é fât utilisaie des mots andyais. Tiaind ât-ce qu’an veut râtaie çoli ? È m’ sembye qu’è y é bïn prou de bés mots en français sains qu’an feuche oblidgie de r’nayie note langaidge.
« ç’qu’ât dit ât dit ! » et i n’ seus p’ le permie è dénoncie çoli. I crais meinme que d’lai sen d’ Morépont an en ont aijebïn tieujain.

Mains è paît çoli, i trove que ç’ n’ât p’ ènne croûye aivisaîye ou bïn ènne croûye idèe d’aivoi botè dïnche âtche chu pie. S’an veut faire è cogniâtre note câre de tiere é âtres, è m’ sembye que ç’ât ïn bon moiyïn.
I aî fait l’ to en vélo et i vos aichure qu’i aî quasi pu oyu djâsaie allmouess que français ! Bïn chur qu’i airôs meu voyu oyi djâsaie patois, mains è fât voidjaie les pies chu tiere…

Tiaind an fait âtche, an n’ sèrait piaire en tot l’ monde. Lai s’nainne d’vaint ci djo consacrè é s’boudgi, é s’émeudre, an ont poyu yeûre dains note feuille qu’lai majoritè des Jurassiens n’ voyïnt yi pairticipaie. ç’ât bïn chur loute drêt. Mains tiaind qu’an dit qu’cés qu’ v’lant v’ni tchie nos v’lant soûeyie d’aivô yote dyïmbarde, çoli m’fait bïn rire, ès sèrïnt allès rôlaie âtre paît, qu’en dites-vos ?

Dâli, s’an veut qu’les dgens v’nieuchïnt tchie nos po détçhevri nôs bés paiyisaidges et nôs tchaîrmants v’laidges, è n’ fât dire nian é tot ! C’était l’permie côp qu’çoli feut botè chu pie. È fât bïn chur qu’an troveuche des moiyïns po réyie quéques probyèmes tâ qu’ le sèrvice des r’pés è aipoétchaie en l’hôtâ de nos véyes dgens ou bïn dïnche âtche d’ïmpoétchaint et de prèssaint. I crais qu’aivô d’ lai boènne v’lantè, an veut poyait s’aiccoédgeaie.

I v’lôs djâsaie di câre de tiere que m’tïnt â tiure, laivou qu’i seus tchoi â monde, la Vâ Terbi. Eh bïn, çoli srè po l’côp qu’vïnt. Mains dûemoine péssè, aiprès Vitçhes, i airôs bïn ainmè péssaie l’Pont d’Cran et faire le tot di Vâ Terbi, aivô ses v’laidges èt peus les churnoms des dgens que tchaintant che bïn dains nos aroiyes :

- Cortchaipoix, les p’tèts Pois,

- Corban, les Tchnèyes,

- Mèrvelie, les Gravalons,

- Montsev’lie, les Tchevatcheris,

sains rébiaie

- Viermes, les Breûles-Tchïns !

Ci Vâ Terbi que tot piein d’Aidjolâts et de Taignons n’cognéchant p’ !

Po adjd’heû, vos m’èz prou oyu. I vos tchvâs en tu ïn bon dûemoine, ènne bèlle s’nainne et ïn bé tchâtemps.

Èt peus, bon condgie en tot cés qu’en aint, en cés que pairtant èt peus aijebïn en cés que dmouérant drie ou bïn dvaint tchie yôs !

Rossmâjon, en djullièt 2009
D.F.


Traduction de l’émission du 5 juillet 2009

Bien le bonjour à tout le monde. Pour commencer, je voudrais dire aujourd’hui quelques mots à propos de ce qui s’est passé le dernier dimanche, dans la Vallée. Je parle de ce qu’ils ont nommé « Slow up », qui vient de l’anglais et qui m’agace parce que maintenant, pour être à la mode, il faut utiliser des mots anglais. Quand est-ce qu’on va mettre fin à cela ? Il me semble qu’il y a bien assez de beaux mots en français sans qu’on soit obligé de renier notre langage. « Ce qui est dit est dit ! » et je ne suis pas le premier à dénoncer cela. Je crois même que du côté de Morépont on en a aussi souci.

Mais à part cela, je trouve que ce n’était pas une mauvaise idée d’avoir mis cela sur pied. Si on veut faire connaître notre coin de pays aux autres, il me semble que c’est un bon moyen.

J’ai fait le tour en vélo et je vous assure que j’ai presque plus entendu parler allemand que français ! Bien sûr que j’aurais préféré entendre parler patois, mais il faut garder les pieds sur terre…

Quand on fait quelque chose, on ne saurait plaire à tout le monde. La semaine avant cette journée consacrée à se bouger, à se mouvoir, on a pu lire dans notre journal que la majorité des Jurassiens ne voulaient pas y participer. C’est bien entendu leur droit. Mais quand on dit que ceux qui veulent venir chez nous pollueront avec leur voiture, cela me fait bien rire, ils seraient allés rouler autre part, qu’en dites-vous ?

Alors, si l’on veut que les gens viennent chez nous pour découvrir nos beaux paysages et nos charmants villages, il ne faut pas dire non à tout ! C’était la première fois que cela fut mis sur pied. Il faut bien sûr qu’on trouve des moyens pour régler quelques problèmes tels que le service des repas à apporter au domicile de nos vieilles personnes ou bien quelque chose d’important et de pressant. Je crois qu’avec de la bonne volonté, on va pouvoir s’entendre.

Je voulais parler du coin de pays qui me tient à cœur, là où je suis né, le Val Terbi. Eh bien, cela sera pour la prochaine fois. Mais dimanche passé, après Vicques, j’aurais bien aimé passer le Pont de Cran et faire le tour du Val Terbi, avec ses villages et les sobriquets des habitants qui chantent si bien à nos oreilles :

- Courchapoix, les Petits Pois,

- Corban, les Chenilles,

- Mervelier, les Frelons,

- Montsevelier, les Chauves-Souris,

sans oublier

- Vermes, les Brûleurs de Chiens !

Ce Val Terbi que bien des Ajoulots et des Francs-Montagnards ne connaissent pas !

Pour aujourd’hui, vous m’avez assez entendu. Je vous souhaite à tous un bon dimanche, une belle semaine et un bel été.

Et puis, bonnes vacances à tous ceux qui en ont, à ceux qui partent et aussi à ceux qui restent derrière ou bien devant chez eux !

Denis Frund