Par : Fleury LJ
Publié : 12 juillet 2013

Elever, éduquer

Aiyeutchie

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 12 juillet 2013

« Èn’fâtdjemais triquaie les afaints », diait çt’Albert. Son boûebeétaitc’ment tos les âtres. Des côps, vôs yi airïns bèyiel’Bon Dûe sains confessaie. D’âtres côps, vôs yi airïnsfotuènneboènnetoûertche, en diaint :

« Te sais poquoi. »Mainsçt’Albertn’était p’po ces pratiques. Ïn djoué qu’èlétaitfïngraingne contre son boûebe, è yi dié : « Vais dains tai tchaimbre ! Te v’rés tiaind qu’i t’appel’raî. » Le pére se bote à musaie c’ment qu’è poérrait corridgie ci nitiou sains pâre le martinet.

 bout d’ïn moment, è raippele l’afaint.

« Te vois ci lavon ? « qu’è yi dit.

« Tchétçhe côp qu’te f’rés âtçhe de mâ, i veus piaintaie ïn çho. Mains te peus t’raittraipaie. S’te fais âtçhe de bïn, i rôte le çho. »

Le ptèt é bïn compris lai yeuçon. Tote lai snainne, è n’é p’râtè d’rendre des services, che bïn qu’le dûemoènne, è n’yi aivait pus ïn çho chu ci lavon.

« Compyiment ! Te vois tiaind qu’te veus. »

- Mains, que fait eurmairtçhaie l’nitiou, les pchus sont aidé li.

Education non-violente.

Bernard Chapuis


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.6 Mo

info document -  PDF - 132.9 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">