Publié : 27 septembre 2018

Autour de l’alambic

Âtouè de l’ailaimbic

François Busser, patois roman

ÂTOUÈ DE L’AILAIMBIC

Lou tch’mïn d’fie pésse tchie nôs dâs pus de ceint cïntçhante onnèes et peus èl ât malaîjie de djâbyaie lou temps laivoù les vaitches de Banv’lai ne raivoiétïnt pé les coulainnèes de wagons s’embrûere dains ci grôs terrâ que cope lou finaidge dains lai sen d’Héricouè.
Ci tch’mïn d’fie é tchaindgie lou paiyisaidge, mains èl é âchi aimoinnè des novâtès dains les hôtâs, dïnnai les produts di médi d’lai Fraince : nos tiaives aint aitieuyie les estagnons d’hoile et les feuyattes de vïn di Languedoc.
Mains tot d’meinme, ci vïn côtait des sôs, dâli nos véyes dgens s’béyïnt v’lantie di coéraidge daivô c’qu’ès poyïnt produre dâs tôdje en raiméssaint les fruts d’yos voirdgies : lai gotte bïn chur ! c’t’âve maîdgique qu’an aippeule âch’bïn : « lai dichtillèe », « lai gniôle », « lou branvïn », « lai damèe », « l’âve de c’lèdges », « lou tchïn », « lou trâs-ché », vôs èz l’tchoix, En botoille, en boss’lat, en daime-djeanne, on en trovait dains tos les d’gnies, mais âchi dains les biffots, dains les boudges obïn les armères, daivô yot’onnèe graiy’nèe chu ïn p’tét paipie.

Lai gotte ât aivu lai compaigne des bésignes et des djouès des dgens de tchie nôs : lou maitïn po tuaie l’vie, dains les près po lou r’cignat des sayous, dains les r’pés de féte po tchaintaie et gogâyie. Lou tchâvè de gniôle était dains lai baigatte de c’tu que tchem’nait po allaie en lai foère, èl était r’mijie daivô les r’médes po les dgens et po les vaitches. Lai botoille de dichtillèe airrivait chu lai tâle tiaind qu’vignïnt des envèllies, obïn po r’méchiaie c’tu qu’aivait prâtè son tchouvâ… Dains les grôs hôtâs an aivait fâte de cïntçhante litres de gotte po l’onnèe.
Mains d’vaint que c’t’abnète v’nieuche r’bèyie des foûeches et rédjôyi les tiûeres, è fayait cognâtre les piaîjis d’lai dichtillâtion et saivoi faire eûsaidge d’ci marvoiyou uti que s’aippeule l’ailaimbic !

L’ailaimbic ! Ci mout nôs é v’ni des Airaibes, i n’sais c’ment, mains, po chûr, è fait paitchie d’not paitrimoine et évoiye ïn moncé de seûv’nis.
Poétchaint lai pupaît d’ces bèlles maichines s’sont évadnèes duraint lai dyerre, pouèch’que yot couvre é servi po faibritçhaie des obus. È n’en tchât, i aî bïn cognu è Banv’lai l’ailaimbic d’lai tieum’nâtè, que d’moérait quiat’ment dains lai « mâjon di boirdgie ».
An nanmait dïnnai ïn p’tét bacu, r’tirie di v’laidge, brâment bés, daivô ïn toét qu’aivâlait quasi djunque pai tiere. Lai talvanne en d’vaint preujentait ïn heus ïn pô beûtou et enne f’nétratte, poi dérie s’eûvrait enne beûyatte que raivoétait d’lai sen di v’laidge. Lai tieumene botait âch’bïn li-d’dains lou tché po condure les vois â ceim’tiere. Tot sannait noi, piein d’poussat, déléchie, r’veuche : ïn yûe rébiè di Bon Dûe et des hannes !
Mains poi-côps, tot s’rempiâchait d’émeû, de çhaîmes, de sentous et de djâs’ries. Ces djouès-li l’ailaimbic d’vignait l’embreûye, lou ré, lou grôs chir, lou f’sou de miraîçhes !

I lai vois tôdje c’te maichine. Enne grôsse tchâdiere de fie, piaicie chu ïn aître lairdge et fond. Poi d’chu an r’mairtçhait « lou tchaipé » en couvre ryuaint, d’laivoù paitchait ïn grant tyau que f’sait ïn rebras, se tchaindgeait en serpentïn qu’aivâlait dains ïn tiuvé de fraide âve. Aivâ ci tiuvé an poyait trévoûere ïn dichcrèt goutterot, qu’était en lai fïn lai piece lai pus impoétchainne dains l’eûsaidge de l’ailaimbic.

Eh bïn nôs voichi en févrie, lai nadge é élairdgie son biainc mainté chu lou v’laidge que sanne endremi, nitchie â pie di bôs ; lai yaice chu les vies fait les dépiaich’ments malaîjies, lai cadje envôjne lai naiture, ran n’boudge…. Poétchaint lai f’miere, que s’éyeuve tot bal’ment pai lai tchem’nèe d’lai mâjon di boirdgie, ât saingne qu’è s’pésse aîtçhe li-d’dains. In djûene aivaince dains c’te sen en tiraint enne tchairratte rempiâchue de beûtches, è s’aippreutche et èl ôt des voûes que brond’nant, des c’maind’ments, des écaçhèes, des bruts de sobots… Eh âye, adjed’heû lou Gustave breûle ses bloûeches !

Les voirdgies, ci tchâd temps, redjonfïnt de fruts, dâli lou Gustave, tot c’ment les âtres, é rempiâchu ïn grôs véché de bloûeches qu’aint beût’nè duraint des mois po dev’ni ïn paipèt, qu’eûffre dje enne sentou d’alccol : ç’ât « lai maitiere ». Ci véché ât dains ci local dâs lai voiye et embâme lou bacu. En lai pitçhatte lou Gustave é enfûe l’aître daivô des p’tétes beûtches et ïn boquat de çhaîmes éçhaire les murots déçhaipis, rétchâde les dgens et fait è vétçhie ci poiye predju dains lai nadge.
Mitnaint, daivô dous véjïns qu’y prâtant lai main, ès aint voiché lai maitiere dains lai tchâdiere, r’botè lou tchaipé en d’chu et ci Gustave rèye, tot en prignaint bïn vâdge, ïn p’tét poulat, aivâ lou grôs tyau de couvre, encheûte è raituje lou fûe. È fât aittendre : lai maitiere c’mence è bruâtre dains lai tchâdiere, quéques vapous s’évoulant dôs lou tchaipé …les hannes sont ès aidyèts di temps qu’les brussous de bloûeches péssant dains l’tyau, se tçhissant dains lou serpentïn, qu’ât piondgie dains lai fraide âve, et se tchaindgeant en litçhide, çhai c’ment de l’âve, mains piein de pairfum et d’alcool : ç’ât lai gniôle en lai fïn que vait soûetchi en p’tét felat di goutterot , chu l’qué tos les eûyes sont çhoulès ! Et voili que les premieres gottes tchoéyant c’ment des pierles dains l’embossou et peus dains lou tchâvé qu’ensoinne lai biaintche litçheur. D’ci côp lou Gustave avaince ïn câlice, lou rempiât è moitie et saivure c’te « premiere gotte ». È tiafe dains sai goûerdge, les eûyes predjus, èl aivise et peus en lai fïn è léche tchoère sai seinteince : « 58 – 59, moiyouse que l’âtre onnèe ! » Vit’ment lai mâjenatte résoûene de grôsses voûes, tchétçhun s’aippreutche vés lou goutterot daivô ïn calice, tos les aivis s’ensâvrant dains ïn djoyou traiyïn…

Tiaind qu’lou tchâvé ât piein, an l’bote chu lai rive d’lai f’nétratte, c’ment se c’était lou Sïnt Saicrement et ci Gustave y piondge ïn p’tét tube po meûjurie lou degré. È bote ses berliçhes, raivoète ïn môment et ainnonce, tot loitchou et tot fie : « 59 ! qu’ât-ce qu’i vôs aivôs dit 
Braivo, Gustave ! T’és tôdje enne fïne dieule !
Ç’ât d’lai boènne, an y sent l’got di dyeuné !
Elle çhaite lou gairgueusson, ç’ât lou p’tét Djésus en tiulatte de vloué !....
Dâli c’était paitchi po moénaie l’aiffaire dains lai dyétè, mains âchi dains totes les rèyes d’l’art.
Aiprés les tchâvés se cheûyant, mains lou degré béche pô è pô, dadon è fât poijaie tchétçhe litre, faire des mâçhaidges po airrivaie è 45 degrés è pô près. Tiaind qu’les botoilles c’mençant è s’enlaingnie dains ïn câre, i seus tchairdgie de viaidgie sains râte dâs ci local djunqu’en l’hôtâ, daivô dous litres coitchis dôs ïn grant mainté : i vais, i r’vïns tote lai mait’nèe en prignaint vâdge de n’pé tçhissie chu lou voiryais pouèch’qu’i trainch’poétche ïn trésoûe ! Dains lou bacu dempie vïnt botoilles daivant réchtaie, è câse « des raits d’tiaive » lai yoi ç’ât lai yoi ! Et peus voili d’âtres tiurious que reugu’nant po bêuyie et chutôt po épreûvaie lai bloûeche di Gustave. Les croûeyes tch’mïns ne yos f’sant pé paivou, et peus « d’ci temps pé d’daindgie d’étre emmiedgès pai « les indirectes ». ç’ât l’occâjion de contaie totes sôtches de vaiyainces laivoù c’ que les raits d’tiaive sont aivus fotus d’dains, c’ment des nitçhious…

Lou Gustave é rempiâchu quéques paipies, i n’sais c’ment : i aî enne dyïmbrade, dâli i dais les aippoétchaie po l’contrôle. c’n’ât pé malaîjie, çoli s’pésse dains ïn caibairèt de Baiv’lie. Lou contrôlou ât présideint di club de foot, ç’ât ïn Corse, ïn sâcrè baidgé ! D’ci côp nôs djâsans di foot sains râte et è n’raivoète ran dains les paipies.
I r’vïns tot bal’ment en lai « mâjon di boirdgie » Lou traiyïn é encoué montè de quèques encrannes : tos les chlapous di v’laidge sont raimonc’lès et breûyant, déraimant, envôjnès dains les brussous d’alcool : ïn voirtâbye saibbait ! Et peus, daivô lai sentou des réchtes de maitiere an n’sairait dire que c’te séaince de beûye feuche dichcrètte ! È y en é qu’aint dje de boènnes çhiâtres, d’âtres que sont bïn maivus et qu’airaint di mâ po traîre yos vaitches ci soi ! Mains, è n’en tchât, è fât tot d’meinme pâre lou piaîji laivoù c’qu’an peut, chutôt se è n’côte ran. Les tieusains et les poénes v’lant dje r’veni vit’ment. Et peus adjed’heû l’ailaimbic eûffre â Gustave d’quoi rébiaie ses mijères duraint doze mois, nôs poyans faire saintè !

En r’musaint è ces djoyouses djoénèes, i m’révije âchi c’ment des hannes, des faimilles sont aivus décombrèes pai lai gotte et ses enviétainces. An m’é contè ces boiyous que vudïnt des chopes de gniôle c’ment di laicé, en ran d’temps et qu’an trovait dains les terras â long d’lai vie, que n’poyïnt pus traivaiyie et vendïnt yot butïn pô è pô : lai gotte brijait yos brais et yos tchaimbes, ès predjïnt tot yot s’né et yot coéraidge…

Et poétchaint…dâs que c’t’Emile Zola l’euche dépeûtè, i n’veus pé ciro rantiujie l’ailaimbic de nos campaignes, pouèch’que ran n’sairait rempiaicie lai boènne gotte de nos voirdgies. Mitnaint nos n’treûyans pus l’âve de bloûeche ataint qu’nos véyes dgens : nos ains brâment d’âtres boichons po s’rétchâdaie lai painse. Mains en voirtè nôs ains tus enne botoille de bloûeche, de poire, de damèe obïn de biasson dains ïn biffot, obïn drie les féchïns. Nôs les soûetchans po bèyie di got ès loitch’ries que sont faic’nèes en l’hôtâ, nôs les prijans po raiss’nédi les mâs de deints, nôs en eûsans po nantayie les biassures, nôs les saivurans dains les lôvres, dains les r’pés de féte, tiaind que daivô lou caf’tat nôs moèyans ïn socre et que not’nai ât émiraçhè pai yos sentous sains pairie. Dâli l’aissembyèe d’vïnt pus djoyouse, lou bon aigrun rempiât les aîmes, les laiyïns d’aimitie d’vignant pus voirtâbyes et pus siéjaints. Tot l’monde veut dire aîtçhe chu lai qualitè di breuvaidge, des fruts, lai science di beûyou, an compare lai gotte de dains l’temps, lou degré, lai foûeche obïn lai douçou, lai féte s’émeût dains ïn dyé traiyïn, les dgens sont hèy’rous…

Cobïn de seûv’nis et de sôris se bortiulant dains enne lichée de c’t’âve de vétçhaince que poétche se bïn son nom !

F. Busser
djuyèt 2018


A propos de distillation, un panneau de Val Terbi Rando