Publié : 10 décembre 2017

Lettres galantes

Gailainnes lattres

Bernard Chapuis

Il n’est pas bon que l’homme soit seul.

(La Genèse)

Gailainnes lattres

- Justin, te dairôs te r’mairiaie, que dyait not’ bon tiurie en ci vaf que n’ poéyait p’ churmontaie son tchaigrïn. Le temps n’ât pus qu’è faiyait réchpectaie ènne annèe d’ vavaidge. Sondge en tes dous baîchattes : è yôs manque ènne mére. Èt peus, t’és encoé djûene : è t’ manque ènne fanne.

Mains laivou trovaie lai daimatte que tyïndrait l’ ménaidge, bâtch’rait le tieutchi, bèy’rait és dg’rènnes èt és laipïns, poétch’rait l’boire és poûes, nentay’rait les létans ? Laivou trovaie lai fanne qu’ainm’rait cment les sïnnes ces dous dôbattes, midjot’rait des boènnes sopes, étchâd’rait le yét, meûdrait l’ café tchéque maitïn po l’aimoé di bon Dûe èt les bés l’oeûyes di Djustïn ?

Les fannes qu’ le prétre yi présenté, tchoijies aivô l’ pus gros tieusain pèrmè les moyouses bairoitchouses, Djustïn les é totes eurfujèes.

- En vôs r’méchiaint, Chire. Ç’ n’ât p’encoé le môment. Lai deloûe ât trop frâtche. Piepe yènne de cées qu’ vôs prepôjez ne peut rempiaicie mai poûere Clémence.

D’vaint son r’fus, le tiurie décidé d’ léchie faire le temps. Dûe, dains sai grante saidgence, sârait bïn éçhairaie Djustïn â djoué qu’è djudg’rait bon èt yi botaie chu sai vie ènne novèlle compaigne. Las-moi, lai lumiere di Cie taîtieutait èt peus ci trichte vaf vétçhait touedge tot d’ pai lu.

Ïn bé maitïn, è trové dains sai boéte ènne lattre qu’allait tchaindgie sai vie. Ïn tyujïn d’ sai fanne l’ïnvitait po l’ baptême de yôte heûtieme afaint, ïn boûebat.

En ci Justin çoli n’yi dyait pe trop. Ci tyujïn, è le coègnéchait è poène. Èt peus, c’était d’ l’âtre sens d’ lai frontiere. Tiu que voidg’rait les baichattes. Tiu qu’aiffoûetrait les bétes ? Le tiurie, recoégnu po son épiais, réglé tos les probyèmes. Les baîchattes péss’rïnt lai djouénèe en lai tiure. Ïn sèrvégeâle véjïn airait tieûsain des bétes.

Djustïn s’ fsé tot bé po paitchi tchie ses tyujïns frainçais. È feut r’ci tchâlroujment. En lai tâle, an l’ boté â long d’ènne fanne de son aidge. Ès d’vijainnent tot l’ temps ensoènne. Lai fanne s’ïntèrèché brâment en lu. Cment qu’è d’vait seûffri sains fanne dôs son toét ! Quée vayaince ! Quél aittaitch’ment en sai compaigne paitchie trop tôt.

Èlle était diaîchatte de tiure, mains èlle ne t’nyait pe è le d’moéraie djuqu’en la fïn d’ ses djoués. Çoli n’yi dépyairait p’ de s’mairiaie s’èlle trovait ïn hanne cment qu’è fât, maivuri, réj’nâbye, qu’an peut comptaie d’chus.

Èlle yi fait promâttre de graiy’naie. È prômât. Djustïn était ïn hanne d’ lai tiere, que s’ sent meu d’aivô ènne pieutche que d’aivô ènne pieume. Ç’ât lée qu’è graiy’nè en premie. Djustïn daivait répondre. È r’bote â dûemoène, peus â dûemoène cheuyaint. « Çte fanne é di raicoédgeaige, qu’è musait. I n’ seus p’ inchtrut cment lée. I n’ai fait qu’ l’écôle di v’laidge. Po d’vijaie, çoli vai, mains po graiy’naie, nian, que nian, i fais piein d’ fâtes. I aî pavou qu’èlle me troveuche noérian. » È s’en feut en lai tiure.

È s’ fât r’piaicie dains ci temps-li. An n’enviyait p’ de méssaidges cment mit’naint. Les laividjâses étïnt rais èt peus croûyes, è faiyait breûyaie d’dains.

- I t’ veus prépairaie ïn brouillon, qu’ yi dit l’aibbé. T’ n’airés qu’è le r’copiaie. Léche-me çte lattre èt peus r’vïns d’adj’d’heû en heûte.

Le tiurie m’né sai p’tète enquête. D’Hélène - c’était le ptèt nom d’ lai bèlle - , è n’oûyé que des éleudges. Aiprés son écôle tchie les soeurs, èlle s’était dévouèe po son pére, vaf lu âchi, d’vaint que d’ s’engaidgie en lai tiure. En pus, c’était ènne fanne chéduainne. Drèt ço qu’è fayait en ci Djustïn.

Dains sai lattre, èlle djâsait di dénè d’ baptême, dyait tot l’ piaiji qu’èlle eut d’ faire lai coégnéchaince di Djustïn. « I échpére qu’ vôs étes bïn rentrè. Èt peus vos baîchattes, cment qu’èlles vaint ? Embraichietes-les d’ mai paît. I aittends d’ vos novelles. »

Le tiurie, que graiy’nait en piaice di Justin dyé cobïn è feut seinsibye en sai lattre. È bèyé des novelles des baichattes. È se f’sait brament d’aimèe po yote aiv’ni, èl aivait pidie d’ ces oûerfenattes. È djâsé âchi d’ lai f’néjon. « I n’aî qu’ dous brais. S’â moins è y aivait ènne fanne en l’hôtâ. »

En graiy’naint, le pidayaint tiurie s’ât pris â djûe. È feut toutchi. Pus d’ïn côp, les laîgres yi paitchïnt des l’oeûyes. Lai réponche d’ lai bèlle v’nié vite. Èlle compregnait, èlle pregnait paît, èlle aivait pidie. Ah, s’èlle n’était p’engaidgie en çte tiure.

De lattre en lattre, not’ chire l’emmn’né à tytie son tiurie. Çtu-ci rtrov’rait aîgiement ènne âtre diaîchatte. « Vôs étes trop chcrupuyouse, tchiere Hélène. » Les lattres v’nyïnt aidé pus ençhaimèes, pus prechainnes. Mon Djustïn s’aippliquait è les rcopyaie ch’ lai tâle de lai tieujènne, di temps qu’ les baichattes f’sïnt yos yeuçons.

Not’ tiurie ne feut dj’mais taint hèy’rou. È poéyait vivre ènne hichtoire d’aimoé, èt peus, di meinme côp, enyevaie ènne diaîchatte de tiure. Ènne sakeurdie de diail’rie è djûere en son confrére.

L’étchaindge de lattres duré quasi ènne annèe. Ç’ât l’ temps di vavaidge. Tot é ènne fïn. En lai mé-careime, not’ tiurie eut lai grante djoûe d’ célébraie l’ mairiaidge Hélène èt Djustïn.

Bernard Chapuis