Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou

Articles

  • Nôs raiceinnes - Novembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 25 octobre 2014
    Nôs raiceinnes
    Bondjoé lés d’gens de tchie nôs, Voili qu’ïn nové djoénâ è vu l’djoé. Tiu ât-ce qu’airait musé qu’ènne novèlle feuye airriv’rait tchu nôs tâles di temps que quasi tos lés djoénâs di paiyis aint d’lai poinne de churvivre. C’ât que lai concurreinche ât roide, aivo totes cés boétes que d’jasant, cés sites tchu l’internet èt c’qu’an aippeule mitnaint les réseaux sociaux . C’tu qu’è aivu l’aivijaîe de botaie chu pie dïnche ènne entreprije è ïn sacré valmont coraidge èt ïn (...)

  • Voidgeaie sai laindye . - Novembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 6 décembre 2014
    Voidgeaie sai laindye .
    I ne m’engraingne pe bïn s’vent. Mains dâli, è y é dés cops qu’è fât l’chie sés aigruns paitchi, tiaind ès vôs étôffant l’tiûere. È y é aidé aivu dés gredïns qu’aint aibaindnè l’frainçais po l’rempiaicie poi dés étraîndges laindyes, dés laindyes que n’aient ran è fotre tchie nôs.
    È n’y é’pe chi grant, è Coerdgenaie, tchu l’mûe d’ènne faibrique de tchâsses, an poyait yére, en allemoûess : « Strumpfwarenfabrik »… Dïnche ènne peute réclame ne poyait que moinnaie lai (...)

  • Baîchattes è mairiaie : lai tirie feûs - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 7 mars 2015
    Baîchattes è mairiaie : lai tirie feûs
    Dains l’temps, an aivait totes soûetches de dirats tchu lés môments d’lai vie. C’ât ènne rétchaince de not’ véye laindyaidge. An n’y allait pe poi quaitre tchemïns, èt meu vayait n’se pe engraignie…
    Dïnche, tiaind ènne baîchatte ne trovait’pe ïn hanne po s’mairiaie, è y en aivait aidé yun po laincie : « Èlle l’é bel è trïnnaie son tchvâtre, niûn ne s’veut entraipaie d’dains ! » Vit’ment ïn âtre apponjait : « Chur qu’èlle veut d’moéraie tchu sés (...)

  • Tiaind l’peupye se bote è compojaie dés tchainsons - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 23 mai 2015
    Tiaind l’peupye se bote è compojaie dés tchainsons.
    Tiu ât-ce que n’é’pe, ïn djoé o l’âtre, graiyennè dous trâs laingnes po en faire ènne p’tète tchainson ? Qu’se feûche po ïn mairiaidge, lai féte d’ïn aimi o po tote soûetches d’eur’troves. Bïn s’vent, aivô ènne p’tète tchainson, an bote les envèllies de bon aigrun èt tot l’monde eur’prend lo rdyïndiat en tiûre. È y é achi dés tchainsons qu’aint ïn seins politiçhe ô bïn que v’lant bâiyie ïn méssaidge. Ènne dés pu coégnues, cés drieres (...)

  • Lés aippondjus l’engïns - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 18 juillet 2015
    Lés aippondjus l’engïns.
    Da lés temps lés pus r’tieulès, lés hannes aint aivu fâte de saivoi qué môment d’lai d’joénèe ès vétçhïnt. Po çoli, ès aivïnt lo sraye, lai yune, lés yeûtchïns. Ès cheûyïnt l’dépiaichment di sraye dains l’cie èt dïnche poyïnt réyie yot’ vie. Bïntôt lés çieutchies aint aivu dés eur’leuges. Cés churpregnaintes machines soénïnt lés houres, lés quâts d’houre, lai d’mé, lés trâs quâts… èt réyïnt lai vie dés v’laidges. Aivô l’inchtallation dés çieutches dains lés (...)

  • Proudjus méties. - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 3 octobre 2015
    Proudjus méties.
    Dains mon d’rie biat, i m’seus reub’nè tchu lai fïn dés foéres di véye temps, aivô tote ènne vie de Poérreintruy rempiachu de roudg’s bétes, de tchvâs, de bèchtiaus, de dgerainnes vou de tçhnis. Bïn chûr, è nos en encrat de voûere tot ç’qu’an é daivu aibandnaie dés aivéges de ci bé temps, dés méties qu’se sont proudjus, mains an dait bïn r’coégnâtre, âchi, que lai vie tchaindge.
    Pairmé totess lés ambrûes que n’sont pu pratitçhès, an trove cés que lés dgens de métie (...)

  • Herbâ d’Aidjoûe. - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 14 novembre 2015
    Herbâ d’Aidjoûe.
    Da bïn dés s’naines lés aillombrattes ne faint pu de pichas de poue dains lo cie d’Aidjoûe. Dains lés tchaimps, aivô lai fritçhaisse eur’venue, paîturant moins d’airâs d’bétes, mains, po not’ dépiaiji, de peûtes biantches rondes balles lés aint rempiacies. Lés paiyisains, aivô yôs tirous aidé pu foûes èt yôs courieûs engïns, aint raiméssè c’qu’è yi d’moérait de voiyïn èt aint vangnie l’biè po lai séjon è v’ni. Mit’naint qu’nôs heurleudges sont réyies tchu (...)

  • Lo prochès de lai Montaigne d’Alle. - Décembre 2015

    Paru dans l’Ajoie du 28 novembre 2014
    Lo prochès de lai Montaigne d’Alle.
    Ç’tu que s’botte en train dains lo v’laidge de V’lais-tchu-Fontenais po grïmpaie lai côte djainqu’en lai Vaitcherie-Moyaîd pésse â long d’ïn bôs que feut lai caje d’ènne étraindge dichpute entre lés tçheûmenes d’Alle èt de Coérdgenaie. Ç’ât ïn bïn de pus de dous cents cïnquante djoénâs de paîture èt de bôs de saipïns vou de fiattes, qu’an aippeule encoé adj’d’heû « lo Bôs d’Alle », vou « lai Montaigne d’Alle ».
    Ci bôs ât aivu baiyie en lai (...)

  • Djôsèt Barotchèt airait cent ans ! - Janvier 2016

    Djôsèt Barotchèt airait cent ans !
    Coégnu bïn â d’li di Jura po son aittaitch’ment en lai laindye de sés anchétres, lo patois, ç’tu que se f’sait aippelaie Djôsèt Barotchèt, airait cent annèes en lai fïn de ci mois. Dali r’moémérans-nôs ç’t’hanne, echtimè taint po aivoi défendu not véye laindye que po son engaidgement dains lai yutte po aiffraintchi lo paiyis de l’aidmenichtration de Bierne. V’ni â monde è Ferdgiecô, dains ènne faimille d’ôvries, è cheuyé lés sïns è Montbiaîd, en végènne Fraince, aiprés lai premiere (...)

  • Tchie nôs, an djase frainçais (o patois) ! - Janvier 2016

    Tchie nôs, an djase frainçais (o patois) !
    Voili qu’i m’seus encoé engraingnie ! Nian’pe è case di patois, mains poûeche que dés sakerdies de pubyichitès aint, ïn cop de pus, empoég’nè not’ bé paiyis, lés entrèes de nôs v’laidges : dés aiffiches en aindyais, po raipp’laie ès dgens qu’ès s’daint léchie voûere, étre bïn vésibyes. Èt ç’ât graiyenè : « SEE YOU » ! Nôs aint aivu lés allemoûess que s’crayïnt en l’hôta èt pe que botïnt totes soûetches de méssaidges, dés « Eintritt », dés « Wirtschaft », dés « Verboten ». Tiaind (...)

  • R’médes de boénnes-fannes. - Décembre 2016

    R’médes de boénnes-fannes.
    Nos ains tus, ïn côp o l’âtre, fâte de r’médes tot sïmpyes, po soingnaie dés p’tèts aiccreus dains not’ sainté, po faire péssaie ènne boénne creuve… Quoi de meu, po édie en lai didgèchion o po aipaîjie ènne raidge de deints qu’ïn p’tèt voirre d’âve de çhlieje o de pamme. D’lai gotte, an en sied achi po nenttayie ènne bieumure que s’porait empoûej’naie.
    Lés boénnes-fannes, qu’an aippeule adjed’heû dés aiccoutchouses étïnt d’maindèes en l’hôtâ poi nôs anchètres, tiand lés mâs d’aiccoutchement (...)

  • Lai tchavouènne, lo fûe dés « Brandons » - Décembre 2016

    Lai tchavouènne
    Lo fûe dés « Brandons »
    Lai tchavouènne, voili encoé ïn bé mot patois, que vïnt d’an sait pe laivoù, mains que révoiye en nôs lés pus bés seuvnis. Lo fûe que freguéye, lés fèyes que virant tot âtoé d’nôs, en tchaimpant dés éplûes, djainqu’en mé d’lai neût. An n’sairait dire djeûtement dâ tiaind dure ç’te côtume. Di temps dés Romains, an enfûait dje dés heuttes* po fétaie lai fïn de l’huvie èt l’révoiye de lai naiture.
    Ȃ Moiyein-Aîdge, an craiyait qu’lo fûe poyait dépurie l’air de tot ç’qu’était oûedge. An (...)

  • L’herbâtatte, te coégnas ? - Décembre 2016

    L’herbâtatte, te coégnas ?
    Ç’ât ènne boénne aivéje, dains not’ care de tiere, d’ïnvitaie, tiaind ènne lôvrèe tire en sai fïn, ènne rotte d’aimis en l’hôtâ po pare ïn d’rie voirre. Bïn s’vent, ènne petète gotte, ïn tçhissat de gniôle fait l’aiffaire. Dés côps, meinme aivô dés patoisaints, lés vartâbyes noms de cés dichtillès d’moérant mâ coignus. Dali, i prens l’richque de péssaie po ïn véye raicodgeaire, èt i vôs ïnvite è faire lo toué de totes cés gniôles po en raippelaie l’nom.
    Lai pamme ç’té que fait taint de bïn tiaind (...)

  • Lés noms dés yûes, po meu compâre èt ainmaie son care de tiere . - Décembre 2016

    Lés noms dés yûes, po meu compâre èt ainmaie son care de tiere .
    En djasaint d’nôs tchaimps, d’nôs v’laidges, de not’ care de tiere, an ât bïn s’vent chôrpris poi lés noms de yûes qu’an y trove.
    È y é cés que faint sôri : lo Pairaidis, lo Frelâ (Purgatoire) o l’Enfie. D’lai san de Montfâcon, è y é meinme lo Péché. Mains ci nom ne dait’pe faire musaie en totes soûetches de croueyes pratiçhes… È vïnt de « pessou » utilijè en lai Montaigne po ènne dôlaidge, o ènne étchile po péssaie poi tchu lés murats de piere. Dali, an (...)

  • Igoville - Décembre 2016

    Igoville
    Lés Aîdjôlats aint l’tiûere en lai boénne piaice. Voili ènne hichtoire que ç’ât péssè è y é quaji septante annèes. Tiaind lés aiyies de lai Fraince, en 1944, sont airrivès en Normandie poi lai mée po fotre lés Allemoûess feûs, è y é aivu dés combaits que lai mémoûere ne s’rait rébiaie. Brâment de dgens y aint proudju lai vie èt dés v’laidges enties sont aivu raivaidgies. Tchu lo tchmïn de cés soûdaies que v’nïnt savaie lai Fraince se trove Igoville, ïn v’laidge de ché cents dgens, en cés temps-li, mains qu’en é (...)

  • Bonfô, tiere de poties. - Décembre 2016

    Bonfô, tiere de poties.
    « Montaie dains lai Boyevatte po Bonfô tot â fond,
    ç’ât lai tiere dés potats, dés étçhéyes, dés câquelons… »
    Chur qu’è vôs en s’vïnt, de lai tchainson de Léon Vultier : « I tchainte lo paiyis dés Aîdjôlats ». Dali qu’ât-ce qu’è yi d’moére âdj’d’heû de tot lo saivoi-faire èt d’lai bèlle bésaingne dés câqu’lounies di véye temps ?
    Dés poties, è n’y en aivait’pe ran qu’è Bonfô, mains, ç’ât aleintoé d’ci v’laidge qu’an poyait trovaie lai moiyou arbûe (argile), ç’té que n’aivait’pe trop de p’tès caiyôs po (...)

  • Dous grammes de graiche - Décembre 2016

    Dous grammes de graiche
    Bïn dés ainimâs, po totes soûetches de raijons, ne péssant’pe tote l’annèe dains lés meinmes yûes : dés oûejés, dés voulpés, dés poûechons... Cés viaidgeaintes bétes (animaux migrateurs) se dépiaiçant â long dés séjons, è case de lai fritçhaisse de l’huvie, o bïn poûeche qu’ès n’trovant pu è maindgie. Mains è y é d’âtres raijons encoé. Po quéques poûechons, lés sâmons poi ésempye, an on di mâ de compare ço que c’mainde yôs dépiaicements. Voili dés bétes que v’niant â monde dains lés r’vieres èt que (...)

  • Lés seuv’nis d’Agnès - Décembre 2016

    Lés seuv’nis d’Agnès
    Po öyi djâsaie l’bé patois de nôs véyes dgens, i vais dés côps lés voûere en l’hôtâ. È n’s’en fât’pe privaie. Dains çte laindye, lai mainiere de dire lés tchôses, o de n’lés pe dire poi voirgoingne, (pudeur) m’ïntèrèche achi brâment.
    È Graindfontainne, i aî djâsè aivo Agnès que fait paitchi de not’ rotte de tchaintous èt qu’é dés seuv’nis piein lai téte.
    Dis voûere Agnès, che te m’djasais di tiûrie di v’laidge, tiaind t’étôs djûene...
    Not’ tiûrie, c’était ïn rude hanne. Ïn djoué, èl airrive en (...)

  • Vie èt craiyainces di temps péssè. - Décembre 2016

    Vie èt craiyainces di temps péssè.
    Nôs sons encoé è Graindfontainne*... èt Agnès porcheut sés seuv’nis :
    Te sais, tiaind nôs s’sons mairiès, nôs n’étïmpes rètches. Mon hanne qu’était maiçon allait tchu lés tchainties èt pe moi i f’sôs dés pieres po l’eur’leudg’rie, en l’hôtâ. Nôs en-graichïns ïn poûe. Dali, tiaind qu’an l’boétchaiyait, mon hanne avait d’l’aindoéye o bïn di laîd po pare aivô lu â traivaiye. Nôs ains achi aivu ènne vaitche po l’laissé. Pu taîd nôs ains poyu aitch’taie ènne petète péture. Èl é fayu aitch’taie (...)

  • Ïn ré que fait dés miraîtçhes - Décembre 2016

    Ïn ré que fait dés miraîtçhes
    Dés novâtès, é y en aidé dés inaittendûes. Voili qu’lai s’nainne péssèe, ch’lai feuye, on djasait d’ènne môtre que n’ïmpoétche tiu sairait montaie, ran qu’en aissembyaint lés pieces vendues dains ïn saitchat...
    L’âtre djoué, i m’seus trovè bïn aittraipè. An ïn maiçon, i r’comaindôs, po tirie ènne laigne que monte bïn drèt di piaintchie enson ïn mûe, de pare ènne de cés fasces aiccretchie en ènne pitçhe en fie (un fil à plomb). O bïn chur qu’è m’diait, di temps qu’èl aillumait ènne petète (...)

  • Lés premies tèchtes de not’ véye laindye, lo patois. - Décembre 2016

    Lés premies tèchtes de not’ véye laindye, lo patois.
    Dains totes lés laindyes, lés véyes tèchtes, lés premies que sont aivu graiyenès, sont raivoétis ïn po c’ment dés trésoûes. An dit aidé qu’lo patois s’graiyenne c’ment an l’ô, èt que ç’ât nôt’ aroiye que dait nôs dyidie. Poétchaint, dés réyes, è y en é quéqu’yènnes. Cès que graiyenant en patois âdj’d’heû aint en l’échprit lo glossére que Vatré é pubyiè en 1947. Quasi dieche mil mots, raissembiès, tradus èt echpyiquès.
    Aivaint, en 1880, è y é aivu ïn r’tieuyerat d’ènne (...)