Par : Fleury LJ
Publié : 14 octobre 2011

Politèsse

Ïn oûejé mâ éy’vè

Bernard Chapuis

Paru dans le QJ du 14.10.2011 www.lqj.ch

Marianne é r’tieuyi ïn perroquèt de son boûebe, l’Arseinne.

Ç’ât ïn bé l’oûejé qu’é ïn gribolè pieumaidge èt peus que djâse. Lâmoi, çt’ Arseinne n’y é aippris ran que des grôchier’tès.

Ïn craimpèt soénne pus d’ïn côp en lai poûetche. Niun n’répond, èl entre dains l’poértchayat. Èl oûye ci mâ éy’vè d’oûejé que breuille :

« Trou di tiu ! Trou di tiu ! »

Marianne airrive tote eurvirie.

« Vôs m’échtiuj’rèz. « 

Le craimpèt que n’é p’vu l’oûejé : « Ç’ât aidé pus du, mai ptéte daime, d’éyevaie des afaints â djoué d’aj’d’heû. »

Marianne a reçu un perroquet de son fils Arsène.

C’est un bel oiseau au plumage coloré et qui parle. Hélas, Arsène ne lui a appris que des grossièretés.

Un colporteur sonne plusieurs fois à la porte. Ne recevant pas de réponse, il entre dans le corridor. Il entend alors les invectives du perroquet :

« Trou du cul ! Trou du cul ! »

Marianne arrive sur ces entrefaites. Gênée, elle s’excuse. Le colporteur, qui n’a pas vu l’oiseau :

« Ça devient difficile, n’est-ce pas, Madame, d’éduquer des enfants aujourd’hui. »

info document -  MP3 - 1.5 Mo
Bernard Chapuis, LQJ, 111014 -  PDF - 56 ko
Bernard Chapuis, LQJ, 111014