Par : Fleury LJ
Publié : 16 mai 2014

Une histoire de Bonfol

Noire couéynâde

Madlon, Madeleine Blanchard

L’histoire s’est passée dans les années 1950, et elle est authentique. Le patron restaurateur-paysan du Grütli de l’époque possédait un cheval bien habitué pour ce genre d’attelage. De l’écurie à la remise, il n’y avait qu’à traverser la route pour mettre le cheval dans les limonières.

Noire couéynâde.

Dains le vlaidge de Bonfô è y é bïn lông temps, le cantonnie è pe le tyeummnâ gréynou aivïnt lai tchairge d’aipontie les botaie en térre.
Le tyeummnâ gréynou è f’sait les démairtche è pe le cantonnie è tchairvoiyait le môe aivô le tchvâ.
Le tché feut aidé randgie dains le tchairi d’lai tyeummune aivô po d’lumiere. Ïn joué le gréynou – ïn farçou – a dicidaie de djûere ïn toué ai son aimi l’cantonnie. El aiccreutche derrie le tché des môe enne aiffiche aivô enne tchairmante baîchatte, aivô ïn engaidgie sôrire qui feume di toubac en petét rôlat « Stella  ».
Tot lai bôle aivait rébyaie l’aiffiche.
Le djoué de botaie en térre ci Pierrat de Beurnevéjïn, le cantonnie aipyaie le tchvâ, enfèle sai noire véture, et pe son tchaipé et se bote en tchmïn po Beurnevéjïn.
En tchmïn, des dgens aivô enne djimbarde aidgite les tèrpes è pe sont sôriaint. Le cantonnie s’ musé, adjd’heu ès sont bïn aimâbye.
Dains lai coué d’lai ferme, le tchurie, tote enne rotte è pe le môe chu ïn trébeutchat aittende le tché.
Le tchairtou fait le toué d’lai coué - bïn chur aivô l’aiffiche – le tchvâ s’airrâte. Le cantonnie s’ diridge derrie le tché.
Cmen fidgie, è décreutche l’aiffiche pô l’aipoulaie contre lai raindgie et pe mitnaint è peut tchairgie le vaïe main les dgens aint ïn pô lai rujolatte.
Ci Pierrat était bïn aidgie, è feut achi ïn couéynou, chür èl airait aito rujolaie.

Plaisanterie tordue

Il y a bien longtemps dans le village de Bonfol, le cantonnier et le secrétaire communal avaient la charge des enterrements. Le secrétaire communal faisait les démarches et le cantonnier conduisait le mort avec le cheval. Le corbillard fut comme toujours rangé dans la remise sans lumière de la commune. Un jour, le secrétaire, un farceur, décida de jouer un tour à son ami le cantonnier. Il accroche derrière le corbillard une affiche avec une charmante demoiselle, avec un sourire engageant qui fume du tabac « Stella » en petit rouleau. Tout le monde avait oublié l’affiche. Le jour de l’enterrement du Pierre de Beurnevésin, le cantonnier attèle le cheval, enfile son costume noir et son chapeau et se met en route pour Beurnevésin. En chemin, des gens en voiture agitent les mains en souriant. Le cantonnier pense : « Aujourd’hui, ils sont bien aimables ! ». Dans la cour de la ferme, le curé, toute une bande et puis le mort sur des tréteaux, attendent le corbillard. Le croque-mort fait le tour de la cour, bien sûr avec l’affiche. Le cheval s’arrête. Le cantonnier va derrière le char. Comme figé, il décroche l’affiche pour la déposer et charge le cercueil mais les gens rient sous cape. Ce Pierre était bien âgé, il fut aussi un farceur, sûr qu’il aurait aussi rigolé.