Par : Fleury LJ
Publié : 15 septembre 2013

Le voleur de pommes de terre

Le laîre de pommattes

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 13 septembre 2013

Dans Le Trésor de l’Ecolier , livre de lecture du début du siècle passé, on peut lire une fable intitulée La conscience et signée du mystérieux pseudonyme de Stop .

En voici le début adapté en patois :

È soénnait méneût â cieutchie di v’laidge.

Tot dremait, safe ïn hanne

Que s’en allait dains le tchaimp di véjïn

Po déreubaie des pommates.

È boussait sai boy’vatte en montaint lai gasse.

Lai rûe, è tçhétçhe toé, breûyait en son djâsaidge :

« Nôs s’rons pris, nôs s’rons pris ! »

« Nian, nian, bouédj’nait l’hanne, èt peus les tchavétch’ris

Dyïnt : « Chié, chié ! » chu son péssaidge

Èt viraiyïnt d’avô des p’téts hieûtchèts.

Èl airrivait poétchaint èt rempiyé sai boy’vatte.

Combien de nos anciens ont récité : Minuit sonnait au clocher du village...


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 2.2 Mo

info document -  PDF - 103.8 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">