Publié : 27 septembre 2018

Mon Oncle

Mon Onçhiot

François Busser, patois roman, bulletin n°35

info document -  PDF - 3.7 Mo

Mon Onçhiot

Nôs sons en 1914, lai dyierre é vudie lou v’laidge : pus de tyairante djûenes hannes et péres de faimille sont paitchis dôs les draipés, et peus quasi ataint de tchouvâs, en piein mois d’ôt, tiaind qu’les moûechons ondoiyïnt en aittente d’étre sayies. Les hôtâs sannant moûes, sains émeû, ébèrluès.
Les véyes aint aipiaiyie les vaitches, les fannes aint loiyie les dgierbes, les afaints aint oeuvrè c’ment qu’ès poyïnt : lou biè en lai fïn ât aivu sâve. Poétchaint lai dyierre était tôdje li et d’vignait tôdje pus pé : an oûyait les groncein’ments di cainon dains lou preutche Sundgau. Pus d’échpoi de r’toué po les sudaies ! Mains voichi lou d’rie temps, è fât tot d’meinme voingnie se an veut maindgie di pain…

Tchie nôs mai grant-mére Rélie ât tote po lie daivô tyaitre afaints qu’lou pus véye é crébïn déche ans et peus daivô son pére qu’ât dje bïn sôle po ses septante sèpt ans. È n’en tchât, ç’ât l’môment po tchairruaie li-enson « Chu l’Farray », ïn bé tacon de trâs câtches, prou éloingnie di v’laidge, de l’âtre sen d’ïn bôs.
Dâli, c’tu que s’ré mon « onçhiot Arthur », que s’craiyait dje ïn hanne di hât de ses nûef ans, vait tieuri ïn caim’rade, l’Henri, qu’en aivait trâs d’pus, et peus en dit d’totes les sôtches è sai mére po poyait aipiaiyie les bûes è lai tchairrue.

Voili mes dous apchars paitchis en djûaint ès grôs : ès aittieuyant les bûes que vaint tot bâl’ment en rôlaint les épâles et en béchaint yos baivous meûtés… Nôs poyans djâbyaie que l’aiffaire n’ât pé aivu aîjie et qu’les bûes se fotïnt bïn mâ d’ces frelutçhèts que yos dieulïnt d’chu, di temps qu’lai tchairrue allait è drète-è gâtche et qu’les râyes f’sïnt de soûetches dessïns. Crébïn qu’ces braîves bétes s’sont râtèes po raindgie ?
Tôdje ât-é qu’è lai roûe-neût, pé d’novelles de nos coyats ! Lai Rélie était ès tyaitre-ceints côps, po chur, elle musait en tos les aiccreûs pôssibyes… Et peus voili lai sèrre-neût ! D’ci côp lou véye grant-pére, daivô ses sobots, son soûeta et peus enne laintiene, s’ât botè chu lou tch’mïn di Farray… et tot d’ïn côp èl é ôyi des rûes que couinïnt, et les dous boûebes que rujolïnt en chaquaint d’lai rieme. I crais qu’èl ât aivu taint solaidgie d’les r’trovaie sâves qu’èl é rébiè d’les endieulaie. Et peus quoi ? È lai dyierre c’ment è lai dyierre !

C’te vaiyaince qu’an m’é contèe é c’mencie enne grante vétçhiaince bèyie tote entiere ès ôvraidges d’lai tiere, tot di long di XX° siecle, ïn exempye que m’é taint mairtçhè qu’ i aî di mâ d’en djâsaie.

L’onçhiot Arthur … El é voichè sai ch’vou chu lou finaidge de Banv’lai dâs son afaince, èl é moènè son train d’paiyisain des fïns meus, èl é conchtrut sai férme et son hôtâ, èl é tôdje aigrôchi son butïn, èl é éyeutchi enne bélle faimille : doûes fèyes et trâs boûebes, è s’ât chutôt fait è prijie de tos cés qu’l’aint cognu, et y en aivait quéques yuns !

Dâli mai mére m’é contè des seûv’nis, et lu m’en é dit âchi dains ces pieudgeouses vâprèes, tiaind qu’è trassait des tchairpignes dains ïn at’lie, laivoù ïn fouénot ronçhait et tapoiyait. Et peus i aî péssè brâment d’temps è l’cheûdre dains totes les bésignes di tchâd-temps, duraint les vacainces : i étôs « son djûene hanne de compaignie » c’ment qu’è diait.

Tiaind qu’èl était boûebat è f’sait v’lantie lou rossard : èl épaivurait les féyes daivô lou tchïn… Èl aivait tchaimpè â fûe lou djûe d’câtches, ïn soi qu’èl aivait predju sains râte … In djouè qu’ès aivïnt dichtillè, èl aivait aivâlè quéques câlices, encoéraidgie pai les arsouyes que virayïnt âtouè d’l’ailambic. Dâli è d’moérait en rotte, sains poyait r’toénaie en l’hôtâ : è pûerait en diaint : « Qu’ât-ce qu’èlle veut dire lai mére ? » C’était dje tot l’onçhiot : ïn dieut daivô ïn tiûere d’oûe.
Ç’ât tot drèt c’qu’i d’vise en l’raivoétaint chu enne photo d’faimille. Son vesaidge rendieuchi ât éçhairè pai lai târe lumiere de ses eûyes, d’lai tieulèe des prevenches. Son lairdge sevré fait è r’mairtçhaie ses pois brâment bionds, r’nouéyous, tôdje étchouplès. Ses épâles sannant baîties po soy’vaie lou monde et ses mains foûetches c’ment des taipoûeres, toûedjouses et déframèes pai l’ôvraidge f’sant è saivoi âchi qu’elles aint voingnie l’aimitie et brecie les afaints. Tiaind qu’i étôs p’tét, i aidmirôs l’onçhiot c’ment ïn Hercule, pus taîd i aî détieuvri lai douçou de son aîme.

Èl ât aîjie de djâbyaie son paircouè : totes les bésignes di paiyisain, è l’aiv’neutche di pére po c’mencie, lou condgie è B’sançon, lou mairiaidge è 25 ans, les afaints, tôdje pus d’hectares è tiultivaie, et lu, daivô ses brais et son s’né, que moénait tot çoli sains airtieulon. Dïnnai èl é cognu totes les aivaincies d’son métie : èl é aipiaiyie les bûes, les tchouvâs et peus les tirous, èl é écouè â çhain et peus è lai moûech’nouse-baittouse. È n’était djanmais lou d’rie po faire eûsaidge des novèlles machines, mains èl é oeûvrè sains comptaie. Poi-côps èl allait lai neût, â çhai d’lai yeune, po élaîrdgie lou f’mie dains ïn tchaimp qu’è tchairruait lou matïn d’aiprés.
Mains âchi les tieûsains n’lu aint pé fait défât. Cobïn d’côps qu’i l’aî vu chu les tchairbons, tiaind qu’lou temps allait è renvie : tchâd temps pieudgeou, dgeâlèes di paitchi-feûs, tocâyes di dérie temps, laivoù c’qu’ an n’poyait voingnie, grôsses fritçhaisses de l’huvie que freûlïnt les biès … ses niès et son aigrun étïnt en seûffraince…

Tot d’meinme èl aivait lai pâtience d’ïn bon raicoédjaire : â long d’lu i aî saivu côpaie â bôs, daivô les utis et les brais, pus taid daivô lai trôç’nouse, i aî botchâyie l’pô, i aî aippris è traîre les vaitches, è sayie daivô lai fâ, è l’entchapaie, è dépeûmaie les laipïns, è moénaie l’tirou… et tot piein d’âtres bésignes que f’sïnt mai fiertè et mon bonhèye ach’bïn.

Tos ces môments d’aipprentéssaidge étïnt égâyies pai ses riôles et ses seûv’nis : dïnnai sai djûenence r’vétçhiait : di temps d’enne « période » de sudaie, c’ment qu’èl aivait aistiquè ïn « Parigot » que s’fotait d’lai r’lidgion. Et peus c’t’empieûnure de Brev’lie qu’èl aivait r’trovè è lai pitçhatte di djoué, nayie dains lai fontainne. Et peus ci Djules d’Uchrè : tiaind qu’è s’endieulait daivô sai fanne, è fotait l’camp è Béfoûe chu sai bécane, è s’en r’vignait lou soi en diaint : « eh bïn, lou biat de ceint fraincs y ât r’péssè ! »
Chutôt i aî t’aivu lai tchaince de l’voûere et l’ôyi s’tchaimâyie daivô les maiquegnons : des séainces que vayïnt tos les théâtres di monde !

Bïn s’vent è mâçhait di patois dains ces raicontes, vôs peutes craire que mes arayes s’drassïnt po n’en pé piedre enne miatte, çoli bèyait d’lai sâ et i m’sentôs compyiche. È m’sannait aivoi tôdje vétçhiu dains ci v’laidge, â moitan d’nos véyes dgens, de yos asseintes, de yos p’tétes djoûes, de yos graingnances et de yos aimities.
Mains en l’écoutaint, i poyôs âchi révisaie l’hichtouère di paiyis : lai dyierre de tiaitoûeje, aiprés : les sôs que n’vayïnt pus ran, lou « Front Populaire », lai raîçhèe de 1940, son péssaidge d’lai laingne de déssavraince, l’Otiupâtion, que tot f’sait défât…

L’onçhiot aivait lai landye bïn aiccreutchie, è diait son aivis chu tot. Ach’bïn, mâgrè tote sai bésigne è yéjait lai feûye tos les djouès : lou piéton l’aippoétchait pairvés lou meûdi. Dïnnai l’Arthur n’raivoétait pé c’qu’è maindgeait, ses eûyes étïnt pris pai les novèlles et peus è diait ses musattes, tôdje bïn tchaimpèes, que f’sïnt s’vent è rujolaie âtouè d’lai tâle.
Mains è s’engraingnait brâment se l’piéton était en r’taîd : è l’endieulait c’ment ïn nityou. Tiaind qu’meûdi souènait, lai feûye daivait être â long d’l’aissiete de sope !
Aiprés ses octante ans sont airrivès quéques ennus « cardiaques ». Ïn pô sôle, èl é pessè pus d’temps è faire des tchairpignes dains lai tieûjeûne, obïn è yére totes sôtches de yivres qu’an lu prâtait, mains èl aivait tôdje son bé djâsaidge et nôs ains encouè cognu de boènnes boussèes.

Lou maitïn d’ïn bé dûemoinne de paitchi-feûs è nôs é tçhittie tot d’ïn côp, en nôs léchaint écâmis et malhèy’rous. Mains dains lai moûe âchi è s’ât môtrè dgénérou. Pouèch’que ses bés l’eûyes, bieus c’ment lou cie di tchâd temps, è les aivait bèyie è lai méd’cïnne, po soladgie les mijéres des âtres !

È traivie ci bal des seûv’nis, mon tiûere ât rempiâchu pai l’aimitie que m’é léchie l’onçhiot. Aimitie et peus aidmirâtion po chur. Eh âye, èl é traicie sai râye , grante, drète et fonde. Èl é moénè sai bairtçhe c’ment ïn voirtâbye paitron, èl é tchem’nè sains paivou et sains eurpreudge dains ci XX° siecle se malaîjie. Èl é faiç’nè en paitchie l’hanne qu’i seus dev’ni.
Méchi, l’onçhiot, méchi po tot et po tôdje, te m’é aippris lou coéraidge et lai bontè, lai foûeche et lai fiaince. Se tus te r’sannïnt, nôs s’rïns dains ïn pairaidis !

Paitchi-feûs 2018