Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, presse, radio, films, pages d’histoire > Ajoie, les mots du Micou > Tçhïnze d’ôt : lo voiyaidge en Not’ Daime de Lourette.
Publié : 5 août 2017

Quinze août : pèlerinage à Notre Dame de Lorette

Tçhïnze d’ôt : lo voiyaidge en Not’ Daime de Lourette.

l’micou, Michel Cerf, 5 août 2017

Paru dans l’Ajoie, 170805

Tçhïnze d’ôt : lo voiyaidge en Not’ Daime de Lourette.

Tot ç’tu qu’é l’aimoué de son paiyis, chutôt chi èl ât patoisaint, s’y r’trove ïn pô dains cés voiyaidges (pélérinages) que sont botès tchu pie tot â long di tchâtemps dains not’ care de tiere. En Aîdjoûe, ç’ât tchu ïn tchaimp, d’vaint lai tchaipèlle de Not’ Daime de Lourette que, dâ brâment d’annèes, lés dgens dés bairoitches alentoué v’niant praiyie lai Vierdge, lo tçhïnze d’ôt. Ç’n’ât’pe qu’ès n’aimpent envie d’entraie dains lai tchaipèlle, chutôt tiaind qu’è pieut, mains è yi vïnt taint de dgens qu’ès n’y s’rïnt tus t’ni.

I crais qu’â c’maincement lés dgens v’nïnt po r’méchiaie lai Vierdge d’aivoi savè lai vèlle de Poérreintru, tiaind lés Schwédes lai v’lïnt envahi, en saze cent trente-quaitre. Mitnaint ç’ât craibïn putôt po d’maindaie l’patronaidge de Mairie tchu yôs tchaimps èt yôs bïns.

Lo djoué d’aiprés, lai bairoitche de Bonfô vait è pie en lai tchaipèlle de Sïnt Fromont. È y é dïnche totes soûetches de michemârées (dévotions). È Montenô, lo djoué de lai Sïnte Anne, ès s’aiccoédgeant ïn djoué foirie (férié). En lai bâme de Sïnte Colombe è Ondrev’lie, cés que voyant crouiye moyiant yôs eûyes en èchpéraint se meu senti...Taint de yües brâment visitès ci-en-devaint. Ïn pô moins de nôs djoués... tot vait è vâ-l’âve.

Lés voiyaidges lés pus nïmbreux se faint d’dôs l’patronaidge de lai Vierdge Mairie. Ne rébians’pe lo Forboé o lai Piere (Mariastein), taint ainmès dés Jurassiens. En Chuisse, lo voiyaidge lo pu cheûyu ât ç’tu dés Ermites, è Einsiedeln. Ènne mâjon de praiyiere po lés Bénédictins y ât aivu conchtrute â long di grant môtie.

Tot â long d’l’annèe, an s’peut djoindre en cés que vaint è Rome, Fatima o Lourdes. De cés grands voiyaidges, an raimoine, dés seuv’nis, de l’abnète âve, dés tchaipelats…

Ènne âtre soûetche de voiyaidge ât ç’tu qu’an fait, lo pu s’vent è pie, de son hôtâ djainqu’è Sïnt-Jacques de Compostelle. Èl ât diff’reint poueche qu’an y vait tiaind qu’an veut, tot de pai soi o aivô dous trâs dgens. Â long dés siecles, dés t’chmïns sont aivus traicies. An peut dreumi dains dés dgites, tchie dés dgens que vôs aitçheuyant o meinme d’dôs lés yeûtchïns tchu ènne tçhevietche qu’an emmoine aivô soi. Tchu lés tch’mïns, an trove des dgens de totes lés r’lidgions, de to lés paiyis èt de tos aidges. Yôs raîjons de dïnche mairtchie ne sont’pe aidé r’lidgiouses. Dés côps, an veut sïmpyement s’botaie en l’épreuve, vouere ç’qu’ât possibye, musaie en son aiveni... tot en èchpéraint que dés graîces porïnt craibïn tchoire di Cie.

Voili qu’i m’seus ïn po éleuchie di voiyaidge en Not’ Daime de Lourette !

L’micou