Par : Fleury LJ
Publié : 15 mars 2013

Education

Aiyeutche

Bernard Chapuis

Paru dans LQJ du 15 mars 2013

Aiyeutche

Education

En l’école, les tchâtoits èt peus les révoûes, c’était quasi tos les djoés. Èt peus, è n’ faiyait p’allait se piaindre en l’hôtâ. T’en r’cevais ataint : « T’aivais qu’è te t’ni d’aidroit ! » Les poirents étaient d’lai sen des régents. Ci bon véye temps !
È y aivait ïn régent que diait : En l’école, è n’y é qu’ènne méthôde, lai trique. Èt peus, è n’ s’en privait pe.

Lai régente nôs botait à dgenonyon chus ïn bôs, ou bïn èlle nôs botait ch’lai téte lai caipe d’aîne.

 catétçhisme, d’aivô l’tiurie, c’était du meinme toubac.

- Dûe ât ïn échprit, infiniment bon. Redis-m’le !

- Dûe ât ...

Èt l’afaint que grûlait, que pûerait,

- Ïn échprit, grôs potat.

Èt pan, ènne toûertche. « Et peus mit’naint, vais t’drassie â fond d’lai clâsse djuqu’ât-ce qu’i t’raippelle !

Châtiments corporels et punitions pleuvaient. Le bon vieux temps ?


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.1 Mo

info document -  PDF - 418.2 ko

La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">