Publié : 16 juin 2017

Prévoyance

Prévoiyaince

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 16 juin 2017

Prévoiyaince

Lison ainme l’écôle. Mains laivou qu’èlle grote le meu, ç’ât le sport. É fât voûere lai soplèsse de çte baîchatte de doze ans. É fât lai voûere tiaind qu’èlle faît la rue. Ènne vraie aicrobate.

—  Qu’ât-ce que t’ veus faire pus taid, Lison ?

—  I veus cheudre çt’écôle de cirquye â Pont d’Âbye è Poérreintru.

Èll’ n’é que çoli en téte.

Ïn djoué, èlle rentre en l’hôtâ déjolèe.

—  Qu’ât-ce que t’és, mai ptète ? qu’yi d’mainde sai mére.

—  Ç’ât ces boûebes, en l’écôle.

—  Qu’ât-ce qu’é s’ pésse d’aivô ces boûebes ? Ès n’ sont dgentis d’aivô toi ?

—  Â contraire. Ès sont tus bïn dgentis. Mains ès m’ sôlant en lai fïn. Â quât d’hoûere, ès v’lant aidé qu’i f’seuche lai rue.

—  Ces tchairvôtes ! È n’te fât p’ les écoutaie. Ç’ât ran qu’ po voûere tai ptète tiulatte, tiaind qu’ t’ és en lai renvoiche le goéné poi d’chu lai téte. Te dais l’ dire â régent qu’ès râteuchïnt yos peutes mainies.

—  Mains, Mére, mai ptète tiulatte, ès n’ poéyant p’ lai voûere. D’vaint que d’ faire lai rue, i lai caitche aidé dains mon sait d’écôle.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo


Prévoyance

Lison aime l’école. Mais c’est dans le sport qu’elle a les meilleurs résultats. Il faut voir la souplesse de cette fillette de douze ans. Il faut la voir quand elle fait la roue. Une vraie acrobate.

—  Qu’est-ce que tu feras plus tard, Lison ?

—  J’ai l’intention de suivre l’école de cirque au Pont d’Able à Porrentruy.

Elle n’a que cela en tête.

Un jour, elle rentre à la maison en sanglots.

—  Qu’as-tu, ma petite ? lui demande sa mère.

—  Ce sont les garçons, à l’école.

—  Qu’est-ce qui se passe avec ces garçons ? Ils ne sont pas gentils avec toi ?

—  Au contraire. Ils sont tous bien gentils. Mais ils m’ennuient à la fin. A la récréation, ils veulent toujours que je fasse la roue.

—  Ces coquins. Il ne faut pas les écouter. C’est uniquement pour voir ta petite culotte, quand tu es à la renverse, la jupe par dessus la tête. Tu dois le signaler au maître, qu’ils cessent leurs vilaines manies.

—  Mais, Maman, ma petite culotte, ils ne peuvent pas la voir. Avant de faire la roue, je la cache dans mon cartable.

La chronique patoise du QJ en direct :