Publié : 19 août 2016

Mal d’oreilles

Mâ d’airoiyes

Bernard Chapuis

Paru dans le Quotidien Jurassien du 19 août 2016

Mâ d’airoiyes

Lai Mathilde n’ât djemais paitchi d’ l’hôtâ, safe po allaie en Lai Piere po r’méçhiaie o d’maindaie. I n’ compte pe non pus son viaidge de nace cïnquante ans pus tôt. Èls aivïnt péssè ènne neût èt dous djoués è Lugano. Èlle en djâse aidé en montraint des véyes photos.
Èll’ vïnt d’ fétaie ses quaitre-vingts. Ses boûebes yi aint euffri ïn voul en aivion. Baîle-Nice. Viaidge èt sédjoué compris, dâ yundi â vardi. Ç’ât son pus djûene bouebe èt sai bru que l’aiccompaignant. Èlle s’édjoyât, bïn chur, mains elle é ïn po pavou.

- Vôs airèz di piaiji, Mère. Èt peus, nôs airons ïn eûye chus vôs.

- Oh, po çoli, i seus confiainne.

Lai Mathilde é boçhè son bodri. Tiaind l’oûjé d’ fie s’ât envoulè, èlle é sarrè l’ brais d’sai bru è gâtche èt l’ brais d’ son boûebe è drète. L’aippairoiye é pris d’ lai hâtou. Mathilde é çhioûe les oeûyes. L’hôtesse s’ât aippreutchie èt yi é d’maindè dgentiment : « Vôs n’ vôs sentèz pe bïn, Daime ? »

- I aî les aroiyes que bouédj’nant.

- Aittentes. I veus vôs bèyie âtçhe. Çoli veut péssaie.

Èlle y é bèyie dous taiblattes è tcheulaie. En l’airrivèe, lai Mathilde dit en l’hôtesse :

- Qu’ât-ce que vôs m’èz bèyie poi-li ? Ces taiblattes, ç’ât ènne bèlle truerie. I n’aî p’ poéyu les rôtaie. Èlles me sont d’moérèes collèes dains les aroiyes.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.7 Mo

Mal d’oreilles

Mathilde n’a jamais quitté la maison, sauf pour se rendre en pèlerinage à N.-D. de la Pierre à Mariastein afin de remercier ou de d’implorer une grâce. Je ne compte pas non plus son voyage de noce cinquante ans auparavant. Ils avaient passé une nuit et deux jours à Lugano. Elle en parle encore toujours en montrant de vieilles photos.
Elle vient de fêter ses quatre-vingts ans. Ses fils lui ont offert un vol en avion. Bâle-Nice. Trajet et séjour compris, du lundi au vendredi. C’est son fils cadet et sa belle-fille qui l’accompagnent. Elle se réjouit, bien sûr, mais elle est un peu inquiète.

—  Vous aurez du plaisir, Mère, dit la bru. Et puis, nous veillerons sur vous.

—  Oh, pour ça, j’ai confiance.

Mathilde a bouclé sa ceinture. Quand l’avion a décollé, elle a serré le bras de sa belle-fille à gauche et celui de son fils à droite. L’appareil a pris de la hauteur. Mathilde a fermé les yeux. L’hôtesse s’est approchée et lui a demandé aimablement : « Vous ne vous sentez pas bien, Madame ? »

—  J’ai les oreilles qui bourdonnent.

—  Attentez. Je vais vous donner quelque chose. Cela passera..

Elle lui a donné deux tablettes à mâchonner. A l’arrivée, Mathilde dit à l’hôtesse :

—  Qu’est-ce que vous m’avez donné par là ? Ces tablettes, c’est une belle saloperie. Je n’ai pas réussi à les retirer. Elles me sont restées collées dans les oreilles.


La chronique patoise du QJ en direct :

<iframe
src="http://lqj.ch/patois" style="display:block;
width:98%; height:1000px; margin:auto;" marginwidth="1"
marginheight="1">