Articles

  • Eric Matthey : Fôle di tchvâ è pe di poûe - Juillet 2012

    Fôle di tchvâ è pe di poûe
    Vôs èz bïn chur tus coégnu nôs véyes étâles laivous’qu’ les bétes d’lai fèrme étïnt leudgi tus ensoinne. En dgén’râ è y’aivait d’ènne sen ènne raindgie d’ vaitches â long déquées s’trôvïnt, drie ènne déssâvraince ïn obïn dous tchvâs. D’ l’âtre sen étïnt quéqu’ djûenes roudges-bétes pe, bïn svent driere le tchvâ, ïn bolat po les poûes. Des côps, tot â fond d’ l’étâle quéqu’ dgerainnes étïnt aidjoqui chu des soûetas.
    Mon Due qu’an était bïn les sois d’ huvie, dains lai boénne tchâlou d’ l’étâle, sietè chu (...)

  • Eric Matthey : Les cigangnes - Juillet 2012

    Les cigangnes
    C’ment qu’vôs l’saîtes, è y’è d’j’ bïn quéques annèes, ènne trope de cigangnes s’ât ïnchtallè è Daimphreux, djeûte â long des étaings des Tieûdres. Ces graicious étcheûssies aint conchtru yôs nids en lai boquatte des toiyies que s’ trovant â yuedit Moûetche Tchievre. È y’ en é meinme ïn coupye qu’ é éyu d’moéraince chu l’toit di môtie d’ces Etiureûs !
    Tchétche paitchi-feû, an ont l’piaiji d’voûere des p’téts bacs s’eûvri ât raintchat des nids è pe des poirents brâment otiupès è les rempiâtre. Dâli, d’aivô tos (...)

  • Michel d’Béfoue : Lou p’tchu d’lai grande Tiaitrine - Août 2012

    Lou p’tchu d’lai grande Tiaitrine
    E i ai bïn grant temps, tchu lés bâts d’Béfoue d’lai sen di yevaint, è i aivait enne soûetche de bâme qu’en aipplait lou p’tchu d’lai grante tiaitrine. An diait qu’s’était ïn réchte di véye tchété, lavou qu’s’trove mitnaint lai toué d’lai Miotte. L’eûsaidge nos dit qu’è s’y ai péssaie dous trichtes évén’ments. An n’sait pu tiend dans lou véye temps, aiprès c’te « révolution », enne djûene fenne, étraindgiere, d’aivô ïn aifnat, était airrivaie li po s ’botre en lai sôte, to po lée aiprès (...)

  • Biaije s’ât mairiaie - Septembre 2012

    Texte à télécharger

  • Le patois roman en Alsace et dans le Territoire de Belfort (résumé) - 14 janvier

    Lorsque l’on parle de l’Alsace, sur le plan linguistique, on pense au dialecte alsacien germanophone. Or, il existe en Alsace, plusieurs secteurs où, comme dans le Territoire de Belfort qui autrefois faisait partie de cette province, on parle le patois roman. Et malgré les annexions allemandes, la population a maintenu ce parler, richesse de son patrimoine. Souvent par dérision, les germanophones ont qualifié les gens parlant la langue romane, de Welsches. Mais ce terme utilisé aussi par Voltaire (...)

  • Les us, côtumes et craiyainces de not’ câre de tiere - 10 janvier