Par : Fleury LJ
Publié : 5 décembre 2011

Eribert Affolter, RFJ, 4 décembre 2011

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 4 décembre 2011

Auteur : Eribert Affolter

Thème : Une histoire à répétition ... Loup ou renard ?

Eribert Affolter RFJ 111204 -  MP3 - 4.1 Mo
Eribert Affolter RFJ 111204

Rfj 4 décïmbre 2011

Aimis di patois bondjoué.

Adjed’heû, les Taignons sont raissembiaie, ès Dgenevéz, po fétaie Sïnt-Nicolas. Ề fât r’méchiaie note Francine èt peus note Jose que se bèyeant brâment de poène po aipponti c’te féte.

Dadon qu’nôs sont ès Dgenevéz, è fât qu’i vôs dieuche ènne fôle que mon onchiat m’é raicontè tiaint i étôs afaint.

Ềs Prédaime, p’tét haimé â long des Dgenevéz, d’morait, dains ènne véye mâjon, l’Gustïn èt Aigathe. Ềnne mâjon que r’sannait pu è ïn bacu de coupou (cabane de bucheron) qu’è ïn hôtâ.

Le véye n’était’p aîjie èt lai véye pus tôt fassematte-aidiaice (pie-grièche). Ềs n’aivïnt’p t’aivu d’afaint èt vétçhïnt c’ment des oûes dains yote bâme sains raivoétie les véjïns.

Ềnne annèe, lai voiye de Nâ, an allant en lai mâsse de mieneût è Dgenevéz, ès voiyant péssaie tchu lai vie ènne béte. Ềs sont d’vaint lai p’téte tchaipèlle d’lai Fin de lai Tchâ,

Ề fait fraid c’te neût. Lai tiere ât r’tieuvrie d’ïn bianc-mainté da bïntôt trâs senainnes. Ề dgeale è piere écachaie. Les rés d’lai yune péssant è traivie les raimées des fiattes. Hèyerousement coli chére ïn pô le tchemïn. Les dous véyes mairtchant, emmitonait dains yote cape, le bagnolèt tchu l’nèz, ènne laintierne en lai main. Ềs s’dépâdgeant, lai bije â moère, préssie d’airrivaie â môtie di v’laidge.

- Te vois c’te béte dit l’Aigathe ? C’ât ïn loup.

- T’és dôbe ! Ç’n’ât’p ïn loup, c’ât ïn r’naîd.

- I te dis qu’c’ât ïn loup !

- Beûjon, moi i te dis qu’c’ât ïn r’naid !

Niun n’é voyu en démoûedre.

L’Gustïn, biainc d’raidge, prend sai fanne pai l’brais èt lai r’vire de lai san de l’hôtâ.

T’é lai téte âchi due qu’ïn boqué, nôs n’vlans’p’allaie nôs tchaipitraie â môtie, lai voiye de Nâ, nôs r’virans â l’hôtâ.

L’annèe qu’vïnt, ès s’rendant d’nové en lai mâsse d’mieneût.

Tiaint qu’ès airrivant è l’eûche di Prédaime, l’Gustïn dit è l’Aigathe :

- Te t’svïnt l’annèe péssè, d’aivô ci loup, nôs étïns ïn po fôs.

- Oh ! Nôs étïns fôs, mains te saies, s’n’était’p ïn r’naîd c’était ïn loup !

- I te dis qu’nian, c’était ïn r’naîd.

Et les voili r’paitchi ! Les dous véyes boqués rècmençant è s’crèpaie l’tchignon. Fô de raidge, l’Gustïn se r’vire èt prend l’tchmïn de l’hôtâ. Lai mâsse d’mieneût sré po ènne âtre annèe. Tos les Nâs sont aivus dïnche.

Quéques annèes pu taîd les voili que clapsant èt se r’trovant d’vaint Sïnt Pierrat ! Ci drie les r’cie bïn mâ.

- Echpèce de dous fôs, vôs èz fini de vôs tchaipitrait po ran.
C’n’était’p ni ïn loup, ni ïn r’naîd, c’était ïn tchait. Po vôs peuni d’aivoi mainquait lai mâsse d’mineût, i vôs renvie chu tiere, po allait virie dains les Fraintches-Montaignes èt révisait totes les bétes savaidges. Dïnche vôs aippârèz lai diffreince entre ïn loup èt ïn r’naîd.

C’ât po çoli, que bïn svent, vôs voites, lai neût, doues ailombres que cheuaint les aîdges èt les boûetchèts.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine, ïn bon Sïnt-Nicolas èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


Rfj 4 décembre 2011

Amis du patois bonjour,

Aujourd’hui, les Taignons sont rassemblés, aux Genevez, pour fêter St-Nicolas. Il faut remercier Francine et Jose qui se donnent beaucoup de peine pour préparer cette fête.

Puisque nous sommes aux Genevez, il faut que je vous conte une histoire que mon oncle me racontait lorsque j’étais enfant.

Au Prédame, petit hameau à côté des Genevez, vivait, dans une vieille maison, Gustin et Agathe. Leur maison ressemblait plus à une cabane de bûcheron qu’à un immeuble.

Le vieux n’était pas facile et la vieille plutôt pie-grièche. Ils n’avaient pas eu d’enfants et vivaient comme des ours dans leur grotte s’en s’occuper des voisins.

Une année, la veille de Noël, en allant à la messe de minuit aux Genevez, ils voient passer sur le chemin une bête. Ils sont devant la petite chapelle de La Fin de la Chaux.

Il fait froid. La terre est recouverte d’un blanc manteau depuis bientôt trois semaines. Il gèle à pierre fendre. Les rayons de la lune passent à travers les branches des sapins. Heureusement cela éclaire un peu le chemin. Les deux vieux marchent, emmitouflés dans leur cape, le capuchon sur le nez, une lanterne à la main. Ils se dépêchent, la bise à la figure, pressés d’arriver à l’église du village.

- Tu vois cette bête dit Agathe. C’est un loup.

- T’es folle ! Ce n’est pas un loup, c’est un renard.

- Je te dis que c’est un loup !

- Nigaud, moi je te dis que c’est un renard !

Personne ne veut en démordre.

Gustin, blanc de rage, prend sa femme par le bras et la retourne du côté de la maison.

- Tu as la tête aussi dure qu’un « boqué », nous n’allons pas nous disputer à l’église, la veille de Noël, nous retournons à la maison.

L’année suivante, ils se rendent de nouveau à la messe de minuit.

Lorsqu’ils arrivent à la sortie du Prédame, Gustin dit à l’Agathe :

- Tu te souviens l’année passée, avec ce loup, nous étions un peu fous.

- Oui ! Nous étions fous, mais tu sais, ce n’était pas un renard c’était un loup !

- Je te dis que non, c’était un renard.

Et les voilà repartis ! Les deux vieux « boqués » recommencent à se crêper le chignon. Fou de rage, Gustin se retourne et prend le chemin de la maison. La messe de minuit sera pour une autre année. Tous les Noël furent ainsi.

Quelques années plus tard ils meurent et se retrouvent devant St-Pierre ! Ce dernier les reçoit bien mal.

- Espèces de deux fous, vous avez fini de vous disputer pour rien !

- Ce n’était ni un loup, ni un renard, c’était un chat.

- Pour vous punir d’avoir manqué la messe de minuit, je vous renvoie sur terre, pour aller revisiter les Franches-Montagnes et regarder les bêtes sauvages. Ainsi vous apprendrez la différence entre un loup et un renard.

C’est pour cela, que bien souvent, vous voyez, la nuit, deux ombres qui suivent les haies et les bosquets.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche, un bon St-Nicolas et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter