Articles

  • La grippe espagnole à Lajoux - Février 2009

    Raphaël Brahier, en recourant aux récits de ses parents et aux articles du Franc Montagnard, raconte l’épidémie survenue à Lajoux à la fin de la Guerre de 1914-18.
    Son récit est découpé en 5 courtes tranches, plus faciles à utiliser.
    L’histoire s’accroche au monument de Lajoux, élevé à la mémoire des soldats morts durant la mobilisation.
    1. Présentation de la situation, le déclenchement de la guerre et les soldats aux frontières.
    2. Description des effets de la grippe
    3. La mort des soldats et le (...)

  • La grippe espagnole à Lajoux, textes - Février 2009

    Le Monument d’Laidjoux, par Raphaël Brahier
    écouter le récit en patois de la Courtine dit par Raphaël Brahier, de Lajoux.
    1. Présentation de la situation, le déclenchement de la guerre et les soldats aux frontières.
    Le promenous qu’bacale de Laidjoux po allaie è Sacy é le r’dyaie raitirie pai le Monument qu’ât drassi en enne dijaine de métres è main gâtche d’lai vie, è quéque tros cents métres aipré le vlaidge. Ç’ât enne crou de tros métres de hat daivo doues stèles de ïn métre de t’chéques sans. Tchu (...)

  • Guerre de 39-45, frontière, résistance et contrebande - Mars 2010

    Marie Mure-Sabot a eu l’énergie et la chance d’enregistrer les souvenirs de son papa, Louis Mure.
    Il en existe une version en français, une autre en patois et les textes dans les deux langues.
    Merci à Marie de nous confier ces documents et de les rendre publics.
    1. Introduction, contexte familial et historique
    2. Mes débuts dans la résistance avec Lucette Vautier et l’aviateur américain, les réfugiés
    3. La résistance, citation et reconnaissance, les services de renseignements suisses, le capitaine (...)

  • Les malheurs de Louise - Juin 2018

    LES MALHEURS DE LOUISE
    Assise à sa place, bien au chaud, juste à coté du grand poêle, qui avait pourtant bien du mal à chauffer la classe, Louise était toute heureuse. Ce vendredi était une bonne journée pour la petite gamine de dix ans. Elle en avait fait des choses depuis le matin. Elle s’était levée de bonne heure pour s’en aller vers l’école, aussitôt venue l’aube, dans le froid de janvier et la bise qui soufflait. C’est vrai qu’il faisait froid mais, avec sa grande pélerine et la paille dans ses (...)