Par : Fleury LJ
Publié : 23 mai 2011

Eribert Affolter, RFJ, 22 mai 2011

Radio Fréquence Jura RFJ

Rubrique en patois du 1 mai 2011

Auteur : Eribert Affolter

Thème : beauté des Franches-Montagnes ! et souvenirs de neige tardive ...

Eribert Affolter, RFJ, 110522 -  MP3 - 3.3 Mo
Eribert Affolter, RFJ, 110522

Rfj 22 d’mai 2011

Aimis di patois bondjoué,

Voili bïn des annèes qu’i tchainte les biâtès des Fraintches-Montaignes èt qu’i braigue ses rétçhainces (que je vantes ses richesses). I n’en airé djemais prou, i n’en srés djemais sôle (fatigué). Tiaind i en djâse i é aidé l’aime qu’y s’rédjoiyie èt le tiure qu’y se r’vire. Bïn des côps les laîgres me v’niant è eûyes. I raivoite aidé, d’aivô réchpèt èt aimoé, ci care de tiere . Pu bé ès n’fât’p y sondgie. Ç’ât ïn écregnat de voidjure (écrin de verdure), nôs ains de lai tchaince di d’moraie. I seus chur que le Bon Dûe ç’ât raté tchi nôs èt qu’èl é tot béyie ce qu’è l’aivait de pu bé.

Les hannes èt les fannes aiche bïn r’sannant (ressemblent) en ci paiyis. Oh ! Bïn chur ç’n’sont’p tos des aindgelats mais ès aint des tiures gros c’ment yote hôtâ. Aidé les poétches sont euvries èt dains brâment d’hôtâs qu’i cognâs, en l’houre de lai nonne, lai fanne é botaie ïn aijement de pus (des services de plus) po ç’tu que pésseré poi li. Ềs vôs bèyierèz yos pantèts (leurs chemises).

Brâment de yeuvres èt brâment de grèynous aint botaie c’te tiere tchu le d’vaint de lai sceîne. I é di piaîji de poyait les vouere tiaint i veus. Ç’ât lai rétchaince de mai bibliothèque.

Le drie, ç’ât le traivaiyie d’ènne fanne èt d’ïn hanne que motrant ci care de tiere d’aivô des môlures (des peintures) èt des imaidges (des photos). Ềnne biatè. An y trove des paiyisaidges de bontemps, de tchâtemps, d’herbâ èt d’heûvie. Po botaie di sâ, dains tot çoli quéques dgens aint grèyenaie des hichtoires. C’té de lai Courtine ç’ât lai moiyouse, i n’e peut’p faire sains vôs lai raicontaie.

Dains le temps, l’heûvie, les paiyisains tchâlaie les tchemïns (ouvraient les chemins) d’aivô ïn tcheusse noidge èt des tchvâs. Ềnne annèe, en l’ècmencement di mois de mai, tchoit ïn gros tchevrie (une couche de neige) d’â moins trente centimétres. Ề fât euvrie les tchmïns. Les paiyisains s’botant en brue po allaie tchâlaie. Ềs paitchant po lai dyaîre de Laidjoux. Li è s’râtant po boère ïn tchavé. Bïn chur ès fât allaie tchu doues tchaimbes, ès commaindant ïn tchavé de pus, les voili que s’botant en ribote. Tiand, dains lai vâprèe, è s’en aint prou è gayès, ès déchidant de se r’mijie. Devaint l’heû le soraye était d’v’ni foue èt aivait fonju lai noidge. C’ment faire po raimoènaie ci tcheusse noidge en l’hôtâ. Ềs l’aivïnt démisselè (demonté) èt botè tchu ïn tché è étchielle.
Vôs les voites péssaie dains le v’laidge !

I n’veus’p vôs dire qu’en l’hôtâ ès feuchïns t’aivus bïn r’ci.

Èt bïn ç’ât tot po adjed’heû. I vôs tchvâ ïn bon duemoine èt ïn bon peûtou che vôs péssè è tâle.

E. Affolter


22 mai 2011

Amis du patois bonjour,

Voilà bien des années que je chante les beautés des Franches-Montagnes et que je vante ses richesses. Je n’en aurai jamais assez, je n’en serai jamais fatigué. Quand j’en parle, j’ai toujours l’âme qui se réjouit et le cœur qui chavire. Bien des fois les larmes me viennent aux yeux. Je regarde toujours, avec respect et amour, ce coin de pays. Plus beau, tu ne peux y songer. C’est un écrin de verdure, nous avons de la chance de vivre à cet endroit. Je suis sûr que Le Bon Dieu S’est arrêté chez nous et qu’Il a donné ce qu’Il avait de plus beau.

Les hommes et les femmes aussi ressemblent à ce pays. Oh ! Bien sûr ce ne sont pas tous des angelots, mais ils ont des cœurs gros comme leur maison. Toujours les portes sont ouvertes et dans bien des foyers que je connais, à l’heure du repas, la femme a mis un couvert de plus pour celui qui passerait par là. Ils vous donneraient leur chemise.

Beaucoup de livres et d’écrivains ont mis cette terre sur le devant de la scène. J’ai le plaisir de les consulter quand j’en ai envie. C’est la richesse de ma bibliothèque.

Le dernier, présentait le travail d’une femme et d’un homme qui montraient ce coin de pays grâce à des peintures et des photos. Une beauté. On y trouve des paysages de printemps, d’été, d’automne et d’hiver. Pour mettre du sel, quelques personnes l’ont agrémenté d’histoires. Celle de la Courtine est la meilleure, je ne peux résister à l’idée de vous la raconter.

Dans le temps, l’hiver, les paysans ouvraient les chemins avec un triangle tiré par des chevaux. Une année, au commencement du mois de mai, tomba une couche de neige d’au moins trente centimètres. Il fallait ouvrir les chemins. Les paysans se préparèrent à cette besogne. Ils partirent pour la gare de Lajoux. Là, ils s’arrêtèrent pour boire un demi. Bien sûr il faut aller sur deux jambes, ils commandèrent un demi de plus, les voilà parti en « ribouldingue ». Lorsque, dans l’après-midi, ils eurent assez, ils décidèrent de rentrer. Dehors le soleil tapait fort et avait fait fondre la neige. Comment faire pour ramener ce chasse-neige à la maison. Ils le démontèrent et le chargèrent sur un char à échelle !

Vous imaginez les voir passer dans le village !

Je peux vous garantir que la réception à la maison s’était bien passée.

Et bien c’est tout pour aujourd’hui. Je vous souhaite un bon dimanche et un bon appétit si vous passez à table.

E. Affolter