Vous êtes ici : Accueil > Contes, nouvelles, chansons, films, pages d’histoire > Poèmes, fables, comptines et prières

Articles

  • Noël, Le petit sapin, Lo p’tét saipïn - Novembre 2009

    Un poème appris à l’école en 1955, à Vicques
    Lo p’tét saipïn
    Lo p’tét saipïn
    Tôt l’enson dains les grants bôs. è y aivait ïn p’tét saipïn que diait :
    Oh ! c’ment qu’i vorôs être de Nâ lo messaidgie, i seus chûrement trop p’tét po ci péssaidgie banheur
    Ïn copou I’ oyi è pe tôt dgentiment yi dit :
    C’ ment ? Po L’ Maître que b’nât les afaints, trop p’tét niun n’peut l’étre. P’têt saipïn i t’veus pâre .
    Te m’veus pâre ? Oh ! C’qui en seus hèyeroux !
    Mains ... oye ! Poiraîvaint è t’ veut fayait bèyîe tai vie !
    Tchittie (...)

  • La cigale et la fourmi, lai tchaintouse ét pe l’fremi - Novembre 2009

    La cigale et la fourmi, poème dit par Michèle Lièvre, patois d’Ajoie
    Lai tchaintouse ét pe l’fremi.
    Lai tchaintouse aivait tchaintè tôt 1’tchâtemps,
    N’eut pus ran, tiaind qu’v’nié lai bije.
    Piep’ïn p’tét moéchê d’moûetche ne d’varméché.
    Elle s’en feut tchie son véjïn
    Yi d’maindé quéques grains
    Pô péssaie lai croûeye séjon.
    I vos en r’vadré, d’vaint ôt
    Bïn pus encoé, vos m’peutes craire.
    Mains l’fremi n’ât p’prâtou : ç’ât son pus p’tét défât.
    Qu’ât-ç’que vos fsïns à tchâtemps ?
    Qu’è dié en ç’te paitlouse. (...)

  • Le crâ pe le rnaid, Le corbeau et le renard - Novembre 2009

    Le crâ pe le rnaid
    Hichtoire di crâ pe di rnaid raicontèe pai ène djûene baichatte pyeine d’échprit, mains svent dains lai yune.
    M : Méetrasse. P :Pieratte.
    P. - Bondjoué méetrasse.
    M. - Bondjoué Pieratte, t’és bïn en l’hoûre. Te vïns po tai yeçon qu’y muse ? Te l’aîs aippris ? Pon cmen lai snainne péssèe, te ne saivôs ren. Ècmence.
    P. - Méetre crâ su ïn aibre pentchie…
    M. - Mains nyan, ce n’ât pon djeute, rècmence.
    P. - Méetre crâ su ïn aibre p…peurtchie, çolì veut dire su ène braintche. Aiye hô ! Ç’ât lai (...)

  • Clarté d’hiver, Raivou d’huvie - Novembre 2009

    Raivou d’hûvie
    Nâ ç’ât neurri de mie
    De brètchelle ét de lumiere
    Èl é trempè dains lai frayure
    Tçhétçhe grelat de çhaire voidjure
    Mil, mil cieutçhes nadgent
    És quaitre câres de l’hûvie
    Ét tote lai mâjon sondge
    Dâ qu’an eûvre lai f’nétre Clarté d’hiver
    Noël s’est nourri de miel
    De brioche et de lumière
    Il a trempé dans la crème
    Chaque grelot d’herbe claire.
    Mille mille cloches neigent
    Aux quatre coins de l’hiver
    Et toute la maison rêve
    Dès qu’on ouvre la (...)

  • Bernard Chapuis traduit un poème de son père, Abel - Février 2009

    Abel Chapuis
    1892 – 1962
    Son fils cadet Bernard honore ici sa mémoire.
    Boulanger et poète. Artisan du pain et artisan du mot. Admirable similitude des deux activités, dont l’une consiste à nourrir le corps et l’autre l’âme.
    Mon père fut l’un et l’autre. Son pain était à son image, simple et bon. Ses mots aussi sont simples et bons. Je les ai recueillis pieusement à l’intention de ceux qui l’ont connu et aimé.
    BC, 1977
    Mon père consignait ses poèmes dans un petit carnet cartonné intitulé Poésies (...)

  • Le M’nusie - Avril 2010

    Le m’nusie
    I aî vu le m’nusie
    Tirie pairti di bôs.
    I aî vu le m’nusie
    Comparaie pus d’ènne piaintche.
    I aî vu le m’nusie
    Cajolaie lai pus bèlle.
    I aî vu le m’nusie
    Aippretchie le rabot.
    I aî vu le m’nusie
    Bèyie lai djeute frome.
    Te tchaintôs, m’nusie,
    En aissembyaint l’airmére.
    I varde ton imaidge
    Aivô lai sentou di bôs.
    Moi i aissembye les mots
    Èt c’ât ïn pô pairie.
    Trâdu pai Denis Frund
    Aivri 2010
    Eugène Guillevic
    Né en 1907. Adolescence dans le Haut-Rhin, près de la frontière suisse. (...)

  • Les Paniers et autres poèmes, Raspieler - Septembre 2010

    Une publication des Paniers de Raspieler
    Consulter aussi
    L’étude littéraire sur quelques poésies en patois de l’Ancien Evêché de Bâle
    Cette étude est suivie par le poème Les paniers, du Curé Raspieler.
    accès direct

  • Notre Père en patois jurassien d’Ajoie - Octobre 2010

    Le « Notre Père… » en patois jurassien d’Ajoie
    Nôt Pére qu’ât â cïe, que ton nom sait sainctifiè,
    Que ton reingne venieuche, que tai v’lantè feuche faite
    Tchu lai tïere c’ment â cïe.
    Bèye-nôs adjd’heû nôt’ pain de çi djoué.
    Poidjeune-nôs nôs fâtes c’ment nôs les poidj’nans
    Achi en cés qu’nôs aint fait di mâ.
    Et ne nôs léche pe tchoére dains lo p’tché,
    Mains débairaisse-nôs di mâ.
    Poéche que ç’ât en toi qu’aippaitcheniant lo reingne, lai foûeche èt lai gloûere po lés sïecles des sïecles.
    Traduction : Chanoine Jacques (...)

  • Nâ, poèmes autour de Noël - Mars 2011

    Djésus
    I ainme bïn Nâ.
    Djésus ât v’ni chu lai tiere.
    Pô nos, él é tçhittie le cie.
    Mon tiûere ât djoyeû
    Tchaintant Nâ.
    Les tieurtis di cie
    I ainmerôs taint tieudre les étoiles
    Que crâchant dains les tieurtis di cie
    Pô en faire ïn boquat po Nâ.
    Les aindges
    Lai noi tchoit chu les môjons
    Mains chu les toits s’eûvre le cie !
    Et tot en biainc, le tiûere des aindges
    Tchainte és boirdgies : Nâ, Nâ (...)

  • Dodo, mai poupatte - Mars 2011

    Dodo, mai poupatte,
    Où sont nos oueyattes ?
    Es sont allés ès tchaimps
    Pour tieuri di pain.
    Dodo, not’afin.
    --
    Où vai lai dgerenne (poule) grige ?
    Ell’ s’envai aivo lai bige.
    Le ptô (la fouine) y fut aipré,
    Dit qu’è lai maindgeré.
    Dodo, ci pété.
    --
    Dodo, not’affena,
    Lai mémé n’a pe l’ôta,
    Ell a en lai fouérate (foire)
    Pou kromé (acheter) de lai sopate.
    Dodo, ci boueba
    Dors, ma poupée,
    Où sont nos petites oies ?
    Elles sont allées aux champs
    Pour chercher du pain.
    Dors notre enfant
    --
    Où va la (...)

  • E pieut - Septembre 2011

    Une ancienne comptine de la Courtine, dite par Irène Surdez-Gigandet, la maman d’Agnès Surdez.

  • Le premier vélo - Octobre 2011

    Le poème de Jules Surdez dit par Marie-Madeleine Oriet, Vadaise Le premie vélo
    (Conte)
    Tot le monde était chu lai pouetche
    Mïnme les afenats qu’en crouetche.
    Des véyes fannes se soingnïnt,
    Colons, dgerinnes sévoulïnt...
    Que se pésse-t’é chu lai vie ?
    Tiu ravoéte-t-on de traivie ?
    In hanne ou le diaile en tchairat
    Que vire ai gros côps de djairrat,
    Filaint, filaint cment inné éyuje ?
    ...Les dires de tchoir en éssiuje...
    "Vos êtes bânes, y vïns tschâ »,
    Railé d’sai fouerdge le mairtchâ,
    « Mains (...)

  • Nos pâtchous - Octobre 2011

    Le poème de Jules Surdez dit par Marie-Madeleine Oriet, Vadaise
    Beuret Frantz, Goumois, MJAH

  • Bernard Chapuis et Jacques Oeuvray, Cantique des Créatures de François d’Assise - Janvier 2012

    Bernard Chapuis, avec l’aide du Chanoine Jacques Oeuvray, a traduit ce poème pour une publication concertée des patois de Suisse romande, à l’initiative des Valaisans.
    Il indique la difficulté de la traduction dans un domaine poétique qui n’est pas celui de la langue utilisée dans la vie journalière.
    Cantique des Créatures
    Patois jurassien
    Dûe Brâment-Hât, Brâment-Foûe, bon Chire,
    en Toi sont les éleudges,
    lai gloûere, lʼhonnoûe,
    èt peus tote bnâchon.
    Tot çoli ne vât ran que pou Toi, Dûe (...)

  • Danielle Miserez, Cantique des créatures, version Courtine - Mars 2012

    Tchaint d’cés qu’sont aiyus fait
    B’nâchu feusses, hât chire,
    por toi sont les éjeudges,
    lai glouere è l’honneu
    è totes les b’nâchures.
    Ranqu’por toi hât chire è conv’niant.
    piepe ïn hanne n’ât prou hât po dire ton nom
    **
    B’nâchu feusses, hât chire
    aivo totes les piaintes, dgens è bétes
    q’t’é botaie chu not’bôle
    en ècmençaint pai not’frérat l’soreil
    qu’nos bèye l’djo.
    Aivo lu te nos bèye lai lumiere.
    El a bé è riuéjaint, tot pien d’çhéraince
    De toi hât chire el â l’signat.
    **
    B’nâchu feusses, hât chire (...)

  • Marc Monnin, Ma bonne eau, Mai boinne âve - Avril 2012

    Un poème d’André Brodard traduit et dit par Marc Monnin, Develier.
    Enregistré le 15 mars 2012.

  • Bernard Chapuis, Les sorcières - Septembre 2009

    Ce texte a été publié dans Micromania n°51. Les six jours des sorcières
    le texte à télécharger
    Si le texte apparaît verticalement, utiliser la fonction rotation dans votre lecteur PDF.
    Le son suivra

  • Jules Paroz : Conseils en patois du Fuet, 1846 - Août 2012

    Fates-vo donc di bon caifé,
    Op coutchie-vo dins un bon yé ;
    Pa stu moyan, autint qu’un tia,
    Vo vla vévre ai vot’ Fuat
    Envoyé par Jules Paroz à sa maman, depuis l’école normale de Porrentruy au Fuet, le 21 septembre
    Faites-vous donc du bon café,
    Puis couchez-vous dans un bon lit :
    Par ce moyen autant qu’un tilleul,
    Vous voulez vivre en votre Fuet
    Fates-vo donc di bon caifé,
    Faites-vous donc un bon café,
    Op coutchie-vo dins un bon yé ;
    Et puis couchez-vous dans un bon lit (Ajoie : èt (...)

  • Tiere d’Aidjoûe, Terre d’Ajoie - Septembre 2012

    TIERE D’AIDJOÛE
    Oh mai tiere d’Aidjoûe
    En lai roûe-neût di paitchi-feû
    Chus lés tchaimps bruns ét moûes
    Djünqu’à pie dés grands bôs
    Lo vengnou ât defeû, po vengnie sés grïns d’oûe
    À ré di s’raye, dôs lai yune
    Dains lo ch’crèt dés djoés, lo michtère de lai neût
    Lés grïns vaint crâttrent pou nos béyie yos fruts
    Oh mai tiere d’Aidjoûe, bèlle ét dgén’rouse
    Lés moûries ne faint pe meûris lés grïns que proméchant brament.
    Et voili que lés tchaimps trichtes de l’huvie
    Se çheuréchant de bèlles djânes matalas
    En (...)

  • Jour de lessive - Septembre 2012

    Jour de lessive
    Texte de Bernard Chapuis mis en musique par Abner Sanglard
    Et tchic ! et tchac ! et l’on s’éclabousse
    Autour du grand baquet.
    Et vlic ! et vlac ! les bras dans la mousse
    Et l’eau jusqu’aux mollets.
    La brune s’en donne,
    La blonde savonne.
    C’est le jour de la lessive.
    **
    Le feu de bois qui crache et qui tousse
    Et qui pleure en secret.
    Dans la buée, de jolies frimousses
    Et de joyeux caquets.
    La blanche ronchonne,
    La rousse bougonne.
    C’est le jour de la lessive.
    **
    Si le (...)

  • Lai rainne qu’se veûche faire aiche grosse qu’lo bûe - Septembre 2012

    Le texte original La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf
    Une grenouille vit un boeuf
    Qui lui sembla de belle taille.
    Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un oeuf,
    Envieuse, s’étend, et s’enfle et se travaille,
    Pour égaler l’animal en grosseur,
    Disant : "Regardez bien, ma soeur ;
    Est-ce assez ? dites-moi : n’y suis-je point encore ?
    Nenni- M’y voici donc ? -Point du tout. M’y voilà ?
    Vous n’en approchez point."La chétive pécore
    S’enfla si bien qu’elle creva.
    Le monde (...)

  • Lo loup èt lo tchïn - Septembre 2012

    Le texte original
    Le Loup et le Chien
    Un Loup n’avait que les os et la peau,
    Tant les chiens faisaient bonne garde.
    Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s’était fourvoyé par mégarde.
    L’attaquer, le mettre en quartiers,
    Sire Loup l’eût fait volontiers ;
    Mais il fallait livrer bataille,
    Et le Mâtin était de taille
    A se défendre hardiment.
    Le Loup donc l’aborde humblement,
    Entre en propos, et lui fait compliment
    Sur son embonpoint, qu’il admire.
    « Il ne tiendra (...)

  • Lo cra èt pe lo rnaid - Septembre 2015

    La fable racontée en patois par Christiane Lapaire, Fontenais
    Le texte original Le Corbeau et le Renard
    Maître Corbeau, sur un arbre perché,
    Tenait en son bec un fromage.
    Maître Renard, par l’odeur alléché,
    Lui tint à peu près ce langage :
    «  ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
    Sans mentir, si votre ramage
    Se rapporte à votre plumage,
    Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
    A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
    Et pour montrer sa belle (...)

  • Lo labouérou èt ses afaints - Septembre 2012

    Le texte original Le laboureur et ses enfants
    Travaillez, prenez de la peine :
    C’est le fonds qui manque le moins.
    Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,
    Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins.
    « Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l’héritage
    Que nous ont laissé nos parents :
    Un trésor est caché dedans.
    Je ne sais pas l’endroit ; mais un peu de courage
    Vous le fera trouver : vous en viendrez à bout.
    Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’oût :
    Creusez, fouillez, bêchez ; ne (...)

  • Lo loup èt l’aigné - Septembre 2015

    La fable racontée en patois par Christiane Lapaire, Fontenais
    Le texte original
    Le Loup et l’Agneau
    La raison du plus fort est toujours la meilleure :
    Nous l’allons montrer tout à l’heure.
    Un Agneau se désaltérait
    Dans le courant d’une onde pure.
    Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
    Et que la faim en ces lieux attirait.
    Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
    Dit cet animal plein de rage :
    Tu seras châtié de ta témérité.
    Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté
    Ne se (...)

  • Etre jeune de Samuel Ullman - Février 2016

    Patois d’AjoiePatois des Franches MontagnesVersion française

  • Trâs prayieres - Novembre 2012

    Nôt’ Pére
    Nôt Pêre qu’ât â cie, que ton nom feuche sanctifiè. que ton raigne venieuche,
    Que tai v’lantè feuche faite, tchu lai tiere c’ment â cïe. Bèye-nôs adjed’heû nôt’ pain de ci djo.
    Poidjeune-nôs nos fâtes c’ment nôs les poidjenant achi en cês qu’nôs aint fait di mâ,
    É ne nôs lèche pe tehoêre dains lo p’tchê, mains débairraisse-nôs di mâ.
    Poêche que ç’ât en toi qu’aippaitcheniant lo raigne, lai foûeche et lai gloûre po lés sïecles des sïecles,
    I crais en Dûe
    I crais en Dûe, lo Pêre qu’é fait lo monde ê tot (...)

  • Benedicite - Mars 2016

    Le pain d’hyie ât raissis
    Le pain di djoué qu’vïnt, n’ât p’ tieût
    Méchi Segneû, po le pain d’adjed’heû
    È tus, bon peûtou !
    Le pain d’hier est rassis
    Le pain du jour qui vient, n’est pas cuit
    Merci Seigneur, pour levain d’aujourd’hui
    A tous, bon appétit !

  • Dans nos pénates - Mars 2016

    Un précieux recueil de poèmes : Lucien Lièvre a écrit ainsi en patois d’Ajoie, les paroles de nombreuses chansons qui nous sont chères.
    De splendides dessins de F. Garraux, très épurés, soulignent les propos de L. Lièvre.
    Pour des raisons de définitions, le poids des dossiers a été réduits. Le volume total est fractionné par groupes de 10 pages.
    pages 11 à 20
    pages 11 à 20
    pages 20 à 29
    pages 29 à 40
    pages 41 à 50
    pages 41 à 50
    pages 51 à 60
    pages 61 à 70
    pages 71 à 80
    pages 81 à 90
    pages 91 à (...)

  • Ainmaie, Saint François d’Assise - Décembre 2016

    Saint François d’Assise
    Le poème dit par Bernard Chapuis
    Ainmaie
    È n’y é p’ de miraîçhe, è y é raiccoédgeaidge.
    I aî ainmè les loups èt peus ès m’aint bèyie yôte tarou.
    I aî ainmè les aîbres èt peus ès m’aint bèyie yôte ailombre.
    I aî ainmè les étoiles èt peus èlles m’aint bèyie yôte çhairaince.
    È n’y é p’ de miraîçhe. Putôt tot ât miraîçhe.
    Le pairaidis s’ trove dains l’ tiûere, l’enfie âchi.
    Tote mai vie, i n’aî fait qu’ainmaie.
    Èt peus le premie commaind’ment de l’aimoé,
    ç’ât d’ léchie vivre ço qu’ât vétçhaint (...)

  • Souhaits de bonne année 1898, en patois ! Denis Moine - Janvier 2011

    Denis Moine tient la plume avec alacrité et persévérance. Chaque jour, il nous rappelle des images et des événements du temps passé dans sa chronique Au fil du temps, publiée dans le Quotidien jurassien.
    Un tout grand merci à cet illustrateur de la vie jurassienne !
    Nous reprenons ici ses voeux parus dans LQJ du 31 décembre 2010.
    Souhaits
    Bonne année 1898, dites-le en patois ! Denis Moine, Au fil du temps, LQJ, 31.12.2010
    On peut imaginer cent manières de faire des vœux pour l’an nouveau, le (...)

  • Ènne petét’ cruche, Valérie Erard - Janvier 2011

    Postulation auprès du Bon Dieu au poste de sainte écrite par Valérie Erard dite Chante Clair. Texte plein d’humour et d’humilité dit par Norbert Brahier.
    Une petite cruche
    Seigneur, excusez-moi si je vous dérange,
    Il me vient tout à coup à l’esprit
    Que vous auriez besoin d’une sainte...
    Alors, je suis venue pour la place, je ferais bien votre affaire.
    Quoi qu’on dise, le monde est plein de gens comme il faut.
    Il y en a qui vous font tant d’offrandes
    Que, pour que vous ne vous trompiez pas (...)

  • Comptine : Jean-Pierre des Bois, par René Pierre - Juillet 2011

    DJEAN-PIERE DES BÔS
    Djean-Piere des Bôs
    T’ n’ és ran qu’ïn véy’ fô
    Te n’ sais pe dainsie
    Te m’ tripp’ tchu les pies
    Djean-Piere des Bôs
    Te me bèy’ mâ dos
    De pus te faîs l’ fie
    Mains te sens le f’mie
    Djean-Piere des Bôs
    Te me sèrr’ le cô
    Te m’ scies les arailles
    T’ m’ écrèses les atchailles
    Djean-Piere des Bôs
    I n’ t’ainm’ pe di tot
    Te n’és pe mon hanne
    Tieur’ ènn’ âtre fanne.
    Comptine recueillie et complétée par René PIERRE (...)

  • Comptines et dialogue par les enfants de Fontenais - Juin 2012

    Les enfants de Fontenais, grâce à Michèle Lièvre, se passionnent pour le patois. Ils ont présenté le spectacle des Aidjolats et nous adressent un mot en patois ci-dessous. Comptine
    une autre version Une conversation tirée du coffret patois :
    Explorer le contenu du coffret patois

  • Le tchêne èt l’époulat - Août 2015

    Le tchêne èt l’époulat
    Jean de La Fontaine
    Le Tchêne ïn djoué dyé en l’Époulat :
    « Vôs èz bïn des réjons d’aitiujaie lai Naiture ;
    Ïn Oujelat po vôs ât ènne poisainte tchairdge.
    Lai pus ptète brije que, des côps,
    Fait frognie la faice de l’âve,
    Vôs borge è béchi lai téte :
    Di temps que mon cervé, eur’channaint â Caucase,
    Ne s’contente peus d’râtaie les rés di s’raye,
    Tïnt bon tiaind choçhe le grôs temps.
    Tot vôs ât Vent di Diaîle, tot me sanne Brijatte.
    Hèy’rou s’vôs étïns nè en lai sôte d’mai feuyrie (...)

  • I s’raî Pére Nâ - Octobre 2013

    I s’raî Pére Nâ
    Tiaind qu’i s’rai brâment véye
    I s’rai Pére Nâ
    1 vétchrôs dains lo cie
    D’dos ïn toét d’arbois.
    *
    Mes aitlies de bibis (djôtats)
    Srains dains les nuaidges
    D’leûchus i voirôs
    Tiu sont les saidges afaints.
    *
    Mains i m’seuvraî
    De tiaind qu’i étôs p’tét l’afaint
    Des rèts qu’i aî fait
    Des côps voù qu’i n’étos pe saidge
    *
    I airai dains mai breinte
    Po les p’téts coquïns
    Des bibis que rieujant
    Pe des malïns yutïns .
    Nicole (...)

  • En lai revoiyure Alice - Janvier 2014

    En lai revoiyure Alice
    Â coué d’ène de nos lôvrèes di patois é Breuleux, Alice, t’és aivu lai bouénne aivisâle de nos yére ïn byat se bé, d’âtou ïncoué.
    Aivô réchpèct po toi, Alice, y le gréyène po les aimis di patois, aifïn qu’ès se seuvenyaïnt.
    Tchaind te verrai me tchri, Seigneu, ât-ce qu’y peus te demaindaie d’aivoi lai bontè de caquaie en mai pôtche, po qui seutche que t’airrive ?
    Y sais bïn que t’és dit que te vlôs vni cmen ïn laîrre, mains ce n’ap oblidgie. Te peus vni âtrement. Ç’ât po que nos feuchïns aidé (...)

  • Les Béatitudes - Janvier 2015

    Les Béatitudes
    1. Révijaint çte rotte de dgens, Djésus graipoènné lai montaigne. È s’ sieté èt ses aipôtres s’aippretchainnent de Lu.
    2. Peus è prit lai pairole po les ensoingnie : è dyé :
    3. Hèy’rous cés qu’aint ènne aîme de poûere, poéch’ que le royaume des cies yos aippairtïnt.
    4. Hèy’rous cés qu’ pûerant, poéch’ qu’ès sraint concholès.
    5. Hèy’rous cés que sont bïnveuyaints, poéch’qu’èls hértraint lai tiere.
    6. Hèy’rous cés qu’aint faim èt soi de dieûchtice, poéch’ qu’ès sraint aissôvis.
    7. Hèy’rous cés que (...)

  • Cloches de Vendlincourt, Emile Boinay - Avril 2015

  • ïn sacerdie d’tchaissou ! - Avril 2015

    dit par Maurice Jobin