Publié : 18 août 2017

Vieille chanson française

Véye tchainson de France

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 18 août 2017

Véye tchainson de France

Le roi aivait fait taimboérnaie

Po voûere totes ces Daimes

È lai premiere qu’èl é vu

Yi é voulè son aîme.

*

Mairtyi, dis voûere, te lai coégnâs ?

Tiu ç’ât çte chi bèll’ daime ?

Le mairtyi yi é réponju :

—  Chire roi, ç’ât mai fanne.

*

Mairtyi, t’és pus hèy’rou que moi

D’avoi fanne chi bèlle.

S’ te v’lôs me l’ailôsaie,

I veus bïn m’en tchairdgie.

*

Chire, s’ vôs n’étïns p’ le roi,

I en tir’rôs veindgeaince.

Mais poéch’ que vôs étes le roi,

En vote réfiaince.

*

Mairtyi, ne t’engraigne donc pe.

T’airés tai récompeinse.

I veus te faire dains mes aîrmèes

Bé dgénérâ de Fraince.

*

« Aidûe mai mie, aidûe mon tiûere,

Aidûe mon bél échpoi.

Poéch’ qu’è nôs fât servi le roi,

Sépairans-nôs d’ensoènne ! »

*

Lai reinne é fait faire ïn bocat

De çhoés frâtch’ment tyeuyies

Èt lai seintou de ci bocat

Fé meûri lai martyije.


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 1.3 Mo

Vieille chanson française

Le roi a fait battre tambour

Pour voir toutes ces dames

Et la première qu’il a vue

Lui a ravi son âme.

*

- Marquis, dis-moi la connais-tu,

Qui est cette jolie dame ?

Et le marquis a répondu :

—  Sire roi c’est ma femme

*

Marquis, tu es plus heureux que moi

D’avoir femme si belle.

Si tu voulais me l’accorder,

Je me chargerais d’elle.

*

Sire, si vous n’étiez pas le roi,

J’en tirerais vengeance.

Mais puisque vous êtes le roi,

A votre obéissance.

*

Marquis, ne te fâche donc pas.

Tu auras ta récompense.

Je te ferai dans mes armées

Beau maréchal de France.

*
Adieu m’amie adieu mon cœur,

Adieu mon espérance.

Puisqu’il te faut servir le roi,

Séparons d’ensemble.

*

La reine a fait faire un bouquet

De belles fleurs de lys.

Et la senteur de ce bouquet

A fait mourir marquise


La chronique patoise du QJ en direct :