Publié : 5 juillet

Un collier de prix

Ïn tchie collie

Bernard Chapuis

Publié dans le Quotidien Jurassien le 5 juillet 2019

Ïn tchie collie

Ènne bôle de biancs pois que se yaince dains vos tchaimpes â richque de vos faire è traibeutchie, ç’ât lai tchïnne d’ lai Fidélia. Èlle lai raimene, lai prend dains ses brais èt yi paile cment en ïn afaint.
Crais bïn qu’lai Fidélia ainme meu sai p’tète tchïnne qu’ son hanne. « Tchairvote de Finette, te sais que te n’ dais p’ dïnche te tchaimpaie dains les dgens. I t’ l’ai dj’ dit pus d’ïn cop. » Èlle lai chmoutse èt lai r’bote bïn dgentiment poi tiere.

Ç’ât qu’èlle l’aidôre, sai Finètte. Èlle lai fait dremi chu ïn tieuchain dains ènne tchairpaingne. Èlle yi é aitchtè ïn os è maîtcheyie èt totes soûetches de collies. Èlle yi é aitchtè in mainté contre lai pieudge, des p’tèts tchâssons, des ribans è nouqaie dains ses pois. Èlle ne vait djemais feu sains son rollat de saitchats po raiméssaie les miedges. Ç’at ènne boénne cliente d’ lai botiçhe po tchïns èt di vétrinaire.

Lai Finètte, taind qu’èlle ât contente, èlle drasse lai quoûe. Mains tiaind qu’èlle s’engraingne, èlle môtre les dents èt groncene.

Lai Fidélia s’ pourmene en vèlle â bras d’ son hanne èt sai tchïnne â bout d’ènne lèche . Ès s’ râtant d’vaint lai bidjouterie. Les bracelets, les eurleudges, les bagues èt chutot les collies faint l’aidmirâchion d’ lai fanne.

- Dis voûere, Léon, qu’èlle dit, dains heut djoués, ç’ât not’ anniversaire de mairiaidge. Te sais ço que m’ ferait piaiji ? Ç’ât ïn collie, c’ment çtu-li è gâtche.
- Ïn collie, répond Léon que raivoéte le prix. T’ n’és qu’è pâre yun d’ not’ Finètte. Èlle en é prou.

Note
nouqaie, nouer


Ecouter la chronique lue par Bernard Chapuis

info document -  MP3 - 4.4 Mo

Un collier de prix

Une boule de poils blancs qui se lance dans vos jambes au risque de vous faire trébucher, telle est la chienne de Fidélia. Sa patronne la ramène, la prend dans ses bras et lui parle comme à un enfant. Peut-être bien que Fidélia préfère sa petite chienne à son mari. « Coquine de Finette, tu sais que tu ne dois pas te jeter ainsi dans les gens. Je te l’ai déjà dit plus d’une fois. » Elle l’embrasse et la pose délicatement à terre.

C’est qu’elle l’adore, sa Finette. Elle la fait dormir sur un coussin dans une corbeille. Elle lui a acheté un os à ronger et toutes sortes de colliers. Elle lui a acheté un manteau de pluie, de petits chaussons, des rubans à nouer dans sa toison. Elle ne sort jamais sans son rouleau de sachets en plastique pour ramasser les crottes. C’est une bonne cliente de la boutique canine et du vétérinaire.

Quand elle est contente, Finette, dresse la queue. Mais quand elle est de mauvaise humeur, elle grogne et montre les dents.

Fidélia se promène en ville au bras de son mari. Elle tient sa chienne en laisse. Ils s’arrêtent devant une bijouterie. Les bracelets, les montres, les bagues et surtout les colliers suscitent l’admiration de la femme.

—  Dis donc, Léon, dit-elle, dans huit jours, c’est notre anniversaire de mariage. Tu sais ce qui me ferait plaisir ? Un collier, comme celui à gauche.
—  Un collier, répond Léon qui considère le prix. Tu n’as qu’à prendre un de notre Finette. Elle en a assez.